Menu
A+ A A-

Le brut baisse à New York, absence de nouvelles inquiétudes sur l'offre

prix-du-petrole (reprise de la veille)</p(reprise de la veille):

(reprise de la veille)


New York - Le pétrole a clôturé en forte baisse mardi à New York en l'absence de nouvelles inquiétudes sur l'acheminement du brut en Egypte et sur fond de doute sur l'avenir de la politique monétaire américaine.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en septembre a lâché 2,14 dollars à 104,96 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre s'est repris avant la clôture, grappillant 25 cents pour s'établir à 110,15 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

Après plusieurs séances au cours desquelles l'actualité en Egypte a entraîné les prix à la hausse, "il n'y a pas eu aujourd'hui de nouvel événement sur ce front qui puisse nuire à l'offre", et donc renchérir le cours du pétrole, souligne Robert Yawger, de Mizuho Securities USA, en ce deuxième jour de baisse consécutive à New York.

"Les prix continuent à se réajuster", conclut-il.

"Sans parler du fait qu'on s'approche de la saison de transition", qui suit la période des grands déplacements d'été et précède celle des besoins en chauffage d'hiver, deux saisons constituant des pics pour la consommation de pétrole, fait valoir Phil Flynn, de Price Futures Group. "A moins qu'une menace de tempête ne se présente, les prix actuels sont bien trop surestimés dans ces conditions".

Actuellement en plein dans la saison officielle des ouragans, les Etats-Unis ne sont pas à l'abri d'une tempête pouvant atteindre les installations pétrolières sur les côtes du pays. Mais aucun avertissement météorologique n'est en cours en ce moment.

L'évolution du prix du baril était aussi suspendue au sort des mesures de relance de la Fed: plusieurs responsables ont évoqué la possibilité de les ralentir dès septembre. Une telle décision rendrait moins attractifs les actifs risqués, comme les matières premières, qui bénéficient de l'actuelle injection massive de liquidités par l'institution bancaire sur les marchés.

Selon Phil Flynn, cette décision de la Fed aurait aussi un impact négatif sur l'économie de pays émergents, comme la Chine et l'Inde, grands consommateurs de pétrole. Ceux-ci ont en effet largement bénéficié des liquidités américaines. S'ils subissaient un ralentissement, leur consommation de pétrole diminuerait, ce qui tirerait les prix vers le bas.

Une grande prudence régnait donc à la veille de la publication du compte-rendu de la dernière réunion du comité de politique monétaire de la Fed (FOMC). Ces minutes pourraient fournir aux investisseurs des indices quant au futur des mesures de soutien de la Fed.

Même si les prix se dégonflent, l'offre reste soumise à des problèmes au Moyen-Orient, notamment en Libye où un conflit entre le gouvernement et des gardes d'installations pétrolières menace la production d'or noir.

Les principaux terminaux pétroliers du pays sont affectés depuis fin juillet par des mouvements de protestation qui ont paralysé leur fonctionnement, faisant baisser drastiquement la production à moins de 330'000 barils par jour avant de remonter à 670.000. La production quotidienne moyenne, en temps normal, s'établit autour de 1,5 à 1,6 million de barils.

afp/rp



(AWP / 21.08.2013 06h21)


Commenter Le brut baisse à New York, absence de nouvelles inquiétudes sur l'offre


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    mercredi 20 mars 2019 à 16:37

    Le pétrole monte après une chute brutale des stocks américai…

    Londres: Les cours du pétrole approchaient mercredi de leurs plus hauts en quatre mois en cours d'échanges européens après une baisse inattendue...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite