Menu
A+ A A-

Reprise grâce à l'espoir d'une baisse des stocks US

prix-du-petrole Londres Londres : Les cours du pétrole se reprenaient mardi en fin d'échanges européens, après avoir passé la majorité de la séance en baisse sur fond de craintes d'un ralentissement imminent des mesures de soutien de la Réserve fédérale américaine (Fed).

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre valait 110,14 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 24 cents par rapport à la clôture de lundi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en septembre, dont c'est le dernier jour de cotation, perdait 43 cents, à 106,67 dollars.

"Le Brent et le WTI ont tous les deux été sous pression (mardi), même si le Brent a vu ses pertes modérées" par le fait que les investisseurs anticipent une nouvelle baisse des stocks de brut américains, dont les niveaux officiels seront donnés mercredi, résumait Michael Hewson, chez CMC Markets.

Le WTI est descendu jusqu'à 105,23 dollars mardi, mis sous pression à la veille de la publication des minutes (compte-rendu) de la dernière réunion du comité de politique monétaire de la Fed.

Ces minutes pourraient fournir aux investisseurs des indices quant au futur des mesures de soutien de la Fed à l'économie américaine.

Car s'il semble maintenant acquis que la banque centrale américaine commencera à réduire en septembre ses énormes injections de liquidités, l'ampleur de cette réduction reste floue, selon des analystes.

La Fed injecte actuellement 85 milliards de dollars par mois dans le système financier américain via des rachats d'actifs, ce qui a tendance à inciter les investissements dans les actifs risqués, comme les matières premières.

Toutefois, la perspective d'un nouveau recul des stocks de brut aux États-Unis apportait un peu d'oxygène aux cours du pétrole, le WTI modérant ses pertes en fin d'échanges européens tandis que le Brent s'orientait à la hausse.

Le département américain à l'Énergie (DoE) doit communiquer mercredi l'évolution des stocks pétroliers aux États-Unis, premier consommateur mondial d'or noir, pour la semaine terminée le 16 août.

Selon Addison Armstrong chez Tradition Energy, les réserves de brut pourraient avoir reculé de 2 millions de barils, tandis que les stocks d'essence, très surveillés en pleine saison estivale des grands déplacements automobiles, se seraient repliés de 1,5 million de barils. Les réserves de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage) auraient en revanche progressé de 1,7 million de barils.

La semaine dernière, le DoE avait fait état d'un recul des stocks de brut (-2,8 millions de barils) et d'essence (-1,2 million de barils) et d'une avancée des réserves de produits distillés (+2 millions de barils).

Enfin, "les prix sont toujours maintenus à des niveaux élevés en raison des troubles en Egypte et en Libye, qui menacent de perturber des voies d'acheminement cruciales (pour le pétrole) et qui pourraient potentiellement se répandre aux pays voisins", indiquait Kash Kamal, analyste du courtier Sucden.

Depuis que l'armée a déposé et arrêté le président Morsi le 3 juillet, l'Égypte est plongée dans une crise politique, qui est devenue particulièrement violente la semaine dernière, faisant des centaines de morts.

L'Égypte n'exporte que très peu de pétrole mais dispose, en plus du canal de Suez, d'un important réseau d'oléoducs et se situe ainsi au coeur de l'acheminement du brut d'Afrique du nord et de la région du Golfe.

En Libye, un conflit opposant des gardes des installations pétrolières au gouvernement a provoqué la chute de la production libyenne, à 670.000 barils par jour contre 1,5 million barils par jour dans des conditions normales.

afp/jq



(AWP / 20.08.2013 18h30)


Commenter Reprise grâce à l'espoir d'une baisse des stocks US


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    mercredi 20 mars 2019 à 16:37

    Le pétrole monte après une chute brutale des stocks américai…

    Londres: Les cours du pétrole approchaient mercredi de leurs plus hauts en quatre mois en cours d'échanges européens après une baisse inattendue...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite