Menu
RSS
A+ A A-

Le brut reste sous pression, inquiétudes sur la demande mondiale

prix-du-petrole Londres Londres : Les cours du pétrole restaient sous pression jeudi en fin d'échanges européens, toujours pénalisés par des inquiétudes sur la demande mondiale de brut, et surtout de la Chine, même si le Brent londonien était soutenu par quelques achats à bon compte.

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre valait 107,46 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 27 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance, perdait 10 cents, à 105,29 dollars.

Les investisseurs profitaient d'un accès de faiblesse du billet vert - monnaie dans laquelle sont libellés les achats d'or noir - et de la récente baisse des cours du Brent pour effectuer quelques achats à bon compte, mais dans l'ensemble ,le marché restait pénalisé par des inquiétudes sur la demande de brut.

L'annonce mercredi d'un nouveau recul de la production manufacturière en Chine a renforcé les craintes d'une baisse de la demande énergétique du géant asiatique, deuxième économie mondiale et deuxième plus gros consommateur d'or noir.

"La Chine est et restera le moteur (de la croissance) de la demande mondiale de pétrole, dont le dynamisme traîne cette année considérablement derrière l'expansion de l'offre", observaient les analystes de Commerzbank.

"La faiblesse de la demande chinoise provoquerait une hausse encore plus forte du surplus de l'offre", poursuivait-on chez Commerzbank, ce qui pèserait encore plus sur les prix du brut.

Par ailleurs, alors que les cours du Brent tentaient de se redresser, "le pétrole new-yorkais est resté sous pression après la publication de chiffres plus mauvais qu'attendu des nouvelles inscriptions aux allocations chômage aux États-Unis", relevait Myrto Sokou, analyste chez Sucden.

En effet, les nouvelles inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage aux États-Unis ont augmenté un peu plus que prévu, avec le dépôt de 343.000 demandes lors de la semaine achevée le 20 juillet.

Ces inquiétudes prenaient ainsi le pas sur le net recul des réserves de pétrole aux États-Unis, selon les chiffres publiés mercredi par le Département américain de l'Énergie (DoE).

Les réserves de brut aux États-Unis ont reculé plus que prévu (-2,8 millions de barils contre les -2,1 millions attendus) lors de la semaine achevée le 19 juillet.

afp/fah



(AWP / 25.07.2013 18h30)


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 20 avril 2018 à 21:39

Le pétrole avance, les déclarations de l'Opep éclipsant cell…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont progressé vendredi, davantage influencés par les déclarations à l'occasion d'une réunion de l'Opep que...

vendredi 20 avril 2018 à 16:48

Ryad veut un pétrole plus cher, Donald Trump s'y oppose

Djeddah (arabie saoudite): Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh a estimé vendredi que le marché avait la capacité de supporter des...

vendredi 20 avril 2018 à 16:42

Le pétrole en berne, Trump voit les efforts de l'Opep d'un m…

Londres: Les cours du pétrole reculaient vendredi en cours d'échanges européens alors que le président américain Donald Trump a suscité de vives...

vendredi 20 avril 2018 à 14:18

Trump dénonce le cours "artificiellement" élevé du…

Washington: Le président américain Donald Trump s'en est pris vendredi aux membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), estimant que...

vendredi 20 avril 2018 à 13:39

Le marché peut absorber des prix du pétrole plus élevés (min…

Djeddah (arabie saoudite): Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh a estimé vendredi que le marché avait la capacité de supporter des...

vendredi 20 avril 2018 à 13:38

Le pétrole hésite, l'accord de l'Opep dans le viseur de Dona…

Londres: Les prix du pétrole hésitaient vendredi en cours d'échanges européens alors que l'Opep et ses partenaires tenaient une réunion de suivi...

vendredi 20 avril 2018 à 11:57

Pétrole: la Russie voit des bases solides pour prolonger l'a…

Djeddah (arabie saoudite): La Russie a affirmé qu'il y avait "des bases très solides" pour prolonger la coopération entre les membres de...

vendredi 20 avril 2018 à 06:23

Le pétrole recule en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient légèrement vendredi en Asie dans un marché volatil, en attendant une réunion de l'Opep dans un...

vendredi 20 avril 2018 à 06:03

Au-delà du pétrole: les majors en quête de diversification

Paris: Le rachat de Direct Energie par Total annoncé cette semaine illustre la volonté des groupes pétroliers de se diversifier face à...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En février 2018, le prix du pétrole diminue

Le mercredi 21 mars 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En février 2018, le prix du pétrole en euros se replie (−6,6 % après +4,1 % en janvier). Les prix en euros des autres matières premières importées augmentent légèrement (+0,3 % après +0,2 %). Le prix du pétrole diminue En février 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros diminue après sept mois de hausse (−6,6 % après +4,1 % en janvier), à 53 € en moyenne par baril. La baisse de février est un peu moins marquée en dollars (−5,4 % après +7,3 %). Cours du pétrole février 2018...

Lire la suite

Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2017

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2017.

Lire la suite

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite