Menu
RSS
A+ A A-

Le brut miné à New York par les incertitudes sur la Syrie et la Fed

prix-du-petrole (reprise de la veille)</p(reprise de la veille):

(reprise de la veille)


New York - Le pétrole a terminé en légère baisse lundi à New York, les investisseurs se plaçant en retrait en attendant de voir comment évolue la situation en Syrie et avant une réunion importante de la Réserve fédérale (Fed).

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en juillet a perdu 8 cents pour clôturer à 97,77 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août a terminé à 105,47 dollars, en baisse de 46 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Le prix du brut, dopé par la peur d'une escalade des tensions après l'annonce par les Etats-Unis d'un soutien accru aux rebelles syriens, avait terminé vendredi à son plus haut depuis fin janvier.

"Mais même si on a reçu des informations de nature à faire grimper les prix du brut ce week-end, les cours ont hésité ce lundi, se consolidant en attendant des nouvelles plus concrètes", selon Matt Smith, de Schneider Electric.

L'implication de Washington dans le conflit syrien a en effet provoqué dans un premier temps "beaucoup d'anxiété sur le marché", les investisseurs "craignant de voir les tensions s'étendre à l'ensemble de la région, où beaucoup de pétrole est en jeu", a remarqué John Kilduff, d'Again Capital.

Des inquiétudes d'autant plus prégnantes que d'autres acteurs internationaux s'impliquent dans le dossier, dont la Russie: le président Vladimir Poutine a mis en garde les Occidentaux contre toute velléité d'armer les rebelles syriens.

Quant à l'autre grand soutien de Damas, l'Iran, il s'est, par la voix de son nouveau président élu vendredi Hassan Rohani, déclaré contre toute intervention étrangère dans les affaires syriennes.

Mais l'élection de ce religieux modéré a par ailleurs été accueillie avec une prudence bienveillante. "L'élection de ce +diplomate pragmatique+ va peut-être repousser le calendrier d'une confrontation sur le programme nucléaire iranien", a remarqué Tim Evans de Citi.

Les Occidentaux ont en effet imposé un embargo financier et pétrolier à l'Iran, qu'ils soupçonnent de vouloir se doter de l'arme nucléaire sous couvert d'un programme civil.

Cet embargo a fait drastiquement chuter les exportations iraniennes de brut, qui se sont établies à 1,39 million de barils par jour (mbj) le mois dernier, contre 2,4 mbj début 2012, selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Parallèlement aux Etats-Unis, les opérateurs attendent toujours avec fébrilité la réunion du Comité de politique monétaire de la Fed mardi et mercredi, à l'issue de laquelle le président Ben Bernanke devrait s'exprimer sur la longévité du programme de soutien massif à l'économie américaine en place.

"Ralentir ou ne pas ralentir, telle est la question" que ne cessent de se poser les acteurs du marché, a remarqué Phil Flynn, de Price Futures Group.

Les injections massives de liquidités de la Fed dans le système financier américain ont en effet tendance à stimuler les investissements dans les actifs risqués, tels que le pétrole, et une éventuelle évolution de la politique monétaire de l'institution aurait des conséquences sur le marché.

La publication en début de séance d'indicateurs de bon augure pour l'économie américaine, de nature à revigorer la demande en brut du premier consommateur mondial d'or noir, avait pourtant aidé à inscrire les cours à la hausse.

A la surprise des analystes, l'activité manufacturière de la région de New York s'est redressée en juin, et la confiance des constructeurs américains de logements est remontée pour la première fois en sept ans à son niveau d'avant la crise immobilière et financière.

rp



(AWP / 18.06.2013 06h21)



Commenter Le brut miné à New York par les incertitudes sur la Syrie et la Fed

Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 21 février 2018 à 21:54

Le pétrole finit en ordre dispersé, le dollar pèse

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole cotés à Londres et à New York ont terminé en ordre dispersé mercredi, la hausse...

mercredi 21 février 2018 à 21:18

CGG a achevé sa restructuration financière

Paris: Le groupe parapétrolier CGG a achevé son plan de restructuration financière, ramenant sa dette à 1,2 milliard de dollars, a-t-il annoncé...

mercredi 21 février 2018 à 16:14

Le pétrole baisse, lesté par le renforcement du dollar

Londres: Les cours du pétrole baissaient mercredi à l'approche de la fin des échanges européens, le renforcement du dollar effaçant les effets...

mercredi 21 février 2018 à 12:16

Le pétrole baisse en raison de la fermeté du dollar

Londres: Les prix du pétrole reculaient en cours d'échanges européens, plombés par la hausse du dollar et malgré des commentaires encourageants de...

mercredi 21 février 2018 à 09:30

Pétrole: la Norvège produit moins que prévu en janvier

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'ouest, a augmenté moins que prévu en janvier, selon des...

mercredi 21 février 2018 à 05:08

Le pétrole à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse mercredi en Asie, plombés par le renforcement du dollar et la hausse...

mardi 20 février 2018 à 21:59

Le pétrole, scrutant toujours l'Opep, en ordre dispersé

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole coté à New York et à Londres ont terminé en ordre dispersé mardi dans un...

mardi 20 février 2018 à 18:44

Chevron a repris ses activités au Kurdistan irakien

New York: Le géant pétrolier américain Chevron a confirmé mardi avoir relancé ses opérations dans la région du Kurdistan irakien, après les...

mardi 20 février 2018 à 16:12

Le pétrole recule un peu dans un marché calme

Londres: Les cours du pétrole reculaient légèrement mardi en cours d'échanges européens dans un marché calme qui surveillait tout de même la...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2017

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2017.

Lire la suite

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite

En octobre 2017, le prix du pétrole poursuit sa hausse

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,2 % après +5,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées diminuent (−1,1 % après −2,3 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En octobre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,2 % après +5,9 % en août), à 49 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu moins marquée (+3,8 % après +6,9 %), l'euro s'étant légèrement déprécié au cours du...

Lire la suite