Menu
A+ A A-

Le brut baisse, les stocks à un sommet historique aux Etats-Unis

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole se repliaient légèrement vendredi en cours d'échanges européens, sur fond d'inquiétudes sur la demande de brut aux Etats-Unis, où les stocks sont à des niveaux historiques, tandis que l'Organisation des pays producteurs de pétrole (Opep) devrait annoncer dans la journée le maintien de son plafond de production.

Vers 10H00 GMT (12H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 101,62 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 57 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance baissait de 69 cents à 92,92 dollars.

Après avoir clôturé dans des directions différentes jeudi (le Brent en baisse et le WTI en hausse), les prix du pétrole baissaient de concert vendredi, sous le coup des statistiques hebdomadaires américaines publiées la veille par le Département américain de l'Energie (DoE) -- faisant état d'un bond des stocks de pétrole brut à leur plus haut niveau depuis 1982, et même depuis 1931 selon les données mensuelles.

Selon Torbjorn Kjus, analyste chez DNB Bank, ces statistiques américaines avaient majoritairement un effet baissier sur les prix du brut, malgré un repli encourageant des stocks d'essence aux Etats-Unis, qui sont très surveillés à l'orée de la saison estivale des grands déplacements en voiture.

Malgré ce recul, "les niveaux des stocks d'essence restent parmi les plus élevés (constatés) en cinq ans", notait l'analyste, estimant que cela limite l'effet positif de ce signal sur la demande des Etats-Unis, premier consommateur de pétrole de la planète.

"Etant donné l'actuel excédent (de l'offre d'or noir) et l'absence prévisible de surprises positives de l'Opep, les prix du pétrole resteront probablement sous pression", jugeaient pour leur part les analystes de Commerzbank.

La réunion de l'Opep, qui a débuté vendredi matin à Vienne, ne devrait effectivement pas déboucher sur des décisions inattendues quant au plafond de production.

Les déclarations des ministres des Etats membres avant le début de la réunion suggéraient en effet que le plafond collectif de 30 millions de barils par jour, en vigueur depuis fin 2011, sera reconduit.

Même l'Iran, qui avait pourtant ce mois-ci répété son appel traditionnel à l'abaisser pour soutenir les cours du brut, a plaidé en faveur du plafond actuel.

"Je pense que le plafond actuel est logique, rationnel, raisonnable", et "lors de cette réunion, nous allons recommander (aux membres) de maintenir leur production", a ainsi déclaré à la presse le ministre iranien, Rostam Ghassemi.

"Je ne pense pas qu'il y ait de difficulté particulière. Le plafond est normal étant donné la situation du marché, qui est bien équilibré", a abondé son homologue algérien, Youcef Yousfi.

L'Opep, dont la production réelle dépasse actuellement le plafond officiel (d'environ 700.000 barils par jour selon l'Agence internationale de l'énergie), pompe environ 35% de l'offre mondiale de brut.

jh



(AWP / 31.05.2013 13h21)


Commenter Le brut baisse, les stocks à un sommet historique aux Etats-Unis


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 19 novembre 2018 à 09:47

    Nouveaux rassemblements de "gilets jaunes", des dé…

    Paris: Plusieurs rassemblements de "gilets jaunes", qui souhaitent pérenniser leur mouvement contre la hausse des taxes contre les carburants, perturbaient à nouveau...

    lundi 19 novembre 2018 à 04:24

    Le pétrole en hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient en hausse lundi en Asie, portés par les espoirs que l'Opep et ses partenaires vont agir...

    dimanche 18 novembre 2018 à 17:54

    Bulgarie: blocage des routes contre la hausse du prix des ca…

    Sofia: Des milliers de Bulgares ont bloqué dimanche les principaux axes routiers et les postes-frontière entre la Bulgarie et la Turquie et...

    dimanche 18 novembre 2018 à 16:36

    Sulzer: le prix du pétrole n'inquiète pas le CEO, Vekselberg…

    Zurich: Le directeur général (CEO) de Sulzer, Greg Poux-Guillaume, affirme que malgré les récentes turbulences autour du prix du pétrole, son groupe...

    dimanche 18 novembre 2018 à 14:45

    Le gouvernement entend le "ras-le-bol fiscal", mai…

    Paris: Le gouvernement entend le "ras-le-bol fiscal" mais son "devoir" est de transformer l'économie pour la rendre moins dépendante du pétrole, a...

    samedi 17 novembre 2018 à 19:40

    Burkina: appel à une grève générale contre la hausse de l'es…

    Ouagadougou: Des syndicats et organisations de la société civile burkinabè ont appelé samedi à une grève générale et une journée de protestation...

    vendredi 16 novembre 2018 à 21:52

    Le pétrole chute pour la sixième semaine de suite

    NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en ordre dispersé vendredi, n'empêchant toutefois pas une sixième chute hebdomadaire de suite...

    vendredi 16 novembre 2018 à 16:14

    Le pétrole monte sans effacer ses pertes sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens pour leur troisième séance d'affilée mais restaient en baisse sur la...

    vendredi 16 novembre 2018 à 14:45

    Bagdad et les Kurdes vont reprendre l'exportation en Turquie…

    Kirkouk (irak): Le gouvernement fédéral et le Kurdistan irakiens se sont mis d'accord pour reprendre l'exportation vers la Turquie du pétrole de...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Carburants en France: des grognes récurrentes contre la hausse des prix

    Le jeudi 15 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Paris: La grogne contre la hausse des prix à la pompe n'est pas un phénomène nouveau: ces 20 dernières années la France a vécu plusieurs vagues de protestations contre le pétrole cher.

    Lire la suite

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite