Menu
A+ A A-

Le brut recule, craintes sur la demande et offre abondante pèsent

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole se repliaient jeudi en cours d'échanges européens, retombant après leur léger rebond de la veille, dans un marché toujours hanté par l'ampleur de l'offre d'or noir et les inquiétudes sur la demande de brut après des indicateurs décevants en Europe et aux États-Unis.

Vers 10H15 GMT (12H15 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin, dont c'est le dernier jour de cotation, valait 103,30 USD sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 38 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 75 cents à 93,55 USD.

Les cours du baril repartaient à la baisse après avoir terminé mercredi en petite hausse, "ce qui était étonnant, étant donné les chiffres relativement décevants du rapport hebdomadaire du Département américain de l'Énergie (DoE)", soulignait David Hufton, analyste du courtier PVM.

Le DoE a certes fait état d'une légère diminution, sur la semaine achevée le 10 mai, des stocks américains de brut (qui avaient atteint la semaine précédente un niveau record depuis 31 ans) mais les réserves d'essence et de produits distillés (dont gazole et fioul de chauffage) ont fortement gonflé, prenant par surprise les analystes et ravivant les craintes sur la demande énergétique aux États-Unis, premier pays consommateur de brut.

En fait, "on s'attendait tout de même à des chiffres moroses dans l'ensemble", ce qui explique que les cours du baril aient effacé leurs pertes mercredi après le rapport du DoE, d'autant que "les prix étaient aussi soutenus par la bonne santé des marchés boursiers", Wall Street ayant terminé à un nouveau sommet historique, notait M. Hufton.

Mais les investisseurs renouaient avec la prudence jeudi : selon M. Hufton, la question de l'abondance de l'offre continuait de dominer le marché, après le rapport de l'Agence internationale (AIE) publié mardi, et qui a fait état du fort accroissement de la production pétrolière mondiale dû à l'exploitation des hydrocarbures non-conventionnels en Amérique du Nord.

"Par ailleurs, les prix du pétrole pâtissent d'indicateurs maussades aux États-Unis, où la production industrielle s'est contractée plus fort que prévu en avril", selon des chiffres publiés mercredi qui témoignaient d'un accès de faiblesse du secteur industriel américain, ajoutait Andrey Kryuchenkov, de VTB Capital.

Alors que dans le même temps, "les chiffres de la croissance économique de la zone euro ne donnaient aucune raison aux opérateurs de se réjouir, et ont accru la pression sur le marché", soulignait l'analyste, estimant que les prix du baril "pourraient s'enfoncer encore un peu (à court terme), suspendus aux publications macro-économiques".

Le Produit intérieur brut (PIB) dans la zone euro pour le premier trimestre, publié mercredi, s'est révélé inférieur aux attentes, confirmant la poursuite de la récession au premier trimestre 2013, l'Allemagne n'enregistrant qu'une reprise timide de sa croissance, tandis que la France, l'Italie ou encore l'Espagne voyaient leurs PIB reculer.

al



(AWP / 16.05.2013 13h04)


Commenter Le brut recule, craintes sur la demande et offre abondante pèsent


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite