Menu
A+ A A-

Le brut ouvre en baisse à New York, miné par des craintes sur la demande

prix-du-petrole New York New York : Les cours du brut ont ouvert en nette baisse mercredi à New York, minés par des indicateurs moroses en provenance d'Europe, de mauvais augure pour la demande d'or noir, et par l'anticipation d'une nouvelle hausse des stocks de brut aux Etats-Unis.

Vers 13H15 GMT/15h15 HEC, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en juin perdait 1,14 dollar, à 93,07 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Le pétrole chute en raison des craintes sur la demande alors que l'Europe semble s'enfoncer un peu plus dans la récession", a remarqué Phil Flynn, de Price Futures Group.

Selon l'office européen des statistiques, la récession s'est de fait poursuivie au premier trimestre dans l'ensemble de la zone euro, avec un PIB en repli de 0,2%.

Et même si en Allemagne, moteur économique de la région, la croissance est repartie tout doucement sur la période, la France est parallèlement entrée dans sa deuxième récession en quatre ans.

"Cela n'augure rien de bon pour le pétrole car cela va accroître l'inquiétude sur la demande non seulement en Europe, mais aussi en Chine, l'un de ses principaux fournisseurs", a noté M. Flynn.

"De la même façon, cela n'arrange pas la monnaie européenne", a-t-il ajouté. "Avec une zone euro en récession, la possibilité d'un renforcement de l'assouplissement de la politique monétaire (de la Banque centrale européenne, ndlr) se renforce", faisant monter le dollar face à l'euro.

Or le renchérissement du billet vert rend moins attractifs les achats de brut libellé en dollar pour les investisseurs possédant d'autres monnaies.

"L'anticipation d'une annonce (dans la journée) d'une nouvelle hausse des stocks de brut aux Etats-Unis fait aussi pression sur l'ensemble du complexe pétrolier", a par ailleurs souligné John Kilduff, d'Again Capital.

L'American Petroleum Institute (API), fédération professionnelle publiant ses propres estimations, a ainsi fait état mardi soir d'un bond de 1,10 million de barils des stocks de brut aux Etats-Unis lors de la semaine achevée le 10 mai.

Selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires, le DoE devrait toutefois plutôt annoncer une stabilisation des stocks de brut, à 395,50 millions de barils.

Les réserves d'essence, très surveillées à l'approche de la saison estivale des grands déplacements en voiture, sont attendues en recul de 700'000 barils, et les stocks de produits distillés (qui comprennent le gazole et le fioul de chauffage) en hausse de 700'000 barils.

rp



(AWP / 15.05.2013 15h45)


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 13 novembre 2018 à 16:22

Le pétrole baisse, inquiété par Trump et les prévisions de l…

Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens alors que Donald Trump a demandé à l'Opep de ne pas...

mardi 13 novembre 2018 à 14:12

Le marché du pétrole trop dépendant du schiste américain, se…

Londres: Le marché de l'or noir va être de plus en plus dépendant de la production de schiste des Etats-Unis, faute d'investissements...

mardi 13 novembre 2018 à 12:23

L'Opep revoit la demande de pétrole en baisse, s'inquiète d…

Paris: L'Opep s'est inquiétée mardi d'une offre excédentaire de brut sur le marché, avec une demande plus faible que prévu, alors que...

mardi 13 novembre 2018 à 12:20

Le pétrole en nette baisse après des propos de Trump contre …

Londres: Les prix du pétrole baissaient nettement mardi en cours d'échanges européens, après que Donald Trump a demandé la veille de ne...

mardi 13 novembre 2018 à 12:02

Pour le Foll, le "gouvernement doit reculer" sur l…

Paris: Le maire du Mans Stéphane Le Foll (PS) a appelé le gouvernement à "reculer" sur la taxation des carburants et à...

mardi 13 novembre 2018 à 09:24

Au large de l'Angola, un espoir pétrolier nommé Kaombo

Au large de l'angola: La longue torchère qui s'échappe de sa proue éclaire la nuit à des milles nautiques à la ronde.Depuis...

mardi 13 novembre 2018 à 07:27

Les économies du Golfe se redressent mais restent sujettes à…

Dubaï: La croissance dans le Golfe se redressera en 2018 après une contraction l'an dernier, mais restera vulnérable en raison de la...

mardi 13 novembre 2018 à 04:11

Le pétrole chute en Asie

Singapour: Les cours du pétrole dégringolaient mardi en Asie après des déclarations du président Donald Trump réclamant des cours plus bas au...

lundi 12 novembre 2018 à 22:55

Le pétrole en petite baisse, partagé entre Ryad et Washingto…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en petite baisse lundi, applaudissant d'abord la volonté saoudienne de réduire sa production...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

Lire la suite

Le Petro, nouvelle crypto-monnaie du Venezuela indexée sur le pétrole, a-t-il un futur ?

Le lundi 15 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

Connu depuis l’antiquité, le pétrole a soutenu, avec ses dérivés gaziers notamment, la révolution industrielle du 19e siècle pour s’imposer au milieu du 20e siècle comme la première source énergétique devant le charbon. La très grosse industrie des hydrocarbures sur laquelle reposent l’économie de pays entiers et des entreprises parmi les plus florissantes du monde est difficile de transformations.

Lire la suite

Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

Lire la suite