Menu
A+ A A-

Le brut chute encore à New York, malgré la baisse des stocks US

prix-du-petrole (reprise de la veille)</p(reprise de la veille):

(reprise de la veille)


New York - Le pétrole a chuté de plus de 2 dollars supplémentaires mercredi à New York et à Londres, dans un marché toujours inquiet pour la demande en brut dans le monde, et ignorant la baisse des stocks d'or noir aux Etats-Unis.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mai a cédé 2,04 dollars à 86,68 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin, a terminé une nouvelle fois sous le seuil des 100 dollars le baril, à 97,69 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en baisse de 2,22 dollars par rapport à la clôture de mardi.

Il s'agit du plus bas niveau de clôture du baril de brut texan de référence depuis la mi-décembre, et pour le Brent, depuis début juillet.

"Les chiffres du département de l'Energie n'ont apporté aucun soutien au marché aujourd'hui", a noté Bob Yawger, de Mizuho Securities.

Le DoE a pourtant fait état dans la matinée d'un recul de 1,2 million de barils des stocks de brut aux États-Unis lors de la semaine achevée le 12 avril, alors que les experts interrogés par l'agence Dow Jones Newswires avaient misé sur une légère progression, de 900'000 barils.

Ces stocks avaient gonflé de 6,3 millions de barils au cours des trois semaines précédentes, nourrissant les inquiétudes sur la surabondance d'or noir aux États-Unis.

"Mais cela ne change pas grand chose au fait que les réserves de brut se situent à des niveaux plus vus en presque 23 ans", depuis juillet 1990, a observé M. Yawger.

D'autre part, les stocks de produits distillés, qui incluent le gazole et le fioul de chauffage et sont très surveillés au sortir d'un hiver rigoureux, ont enregistré un bond inattendu de 2,4 millions de barils, alors que les analystes attendaient un recul de 500'000 barils.

Les réserves d'essence ont, elles, reculé de 600'000 barils, une baisse relativement conforme aux attentes.

Les courtiers ont également pris note de la baisse de 3,3% de la demande en essence la semaine dernière, par rapport à la même période en 2012, "ce qui a accru les craintes du marché" sur la vigueur de la consommation du géant américain, a ajouté M. Yawger.

Pour Matt Smith, de Schneider Electric, l'ensemble des marchés financiers restent plombés par "une inquiétude générale au sujet d'un ralentissement de la croissance économique dans le monde".

Les craintes liées à une décélération inattendue de la croissance chinoise au premier trimestre et des chiffres moroses aux Etats-Unis ont été ravivées par l'abaissement des prévisions économiques du Fonds monétaire international (FMI), qui table désormais sur une croissance mondiale, à 3,3% pour 2013, contre 3,5% prévus jusqu'ici.

"Dans ce contexte d'incertitude, les courtiers ont tendance à fuir les actifs à risque", comme les matières premières et le brut, "et à se diriger vers des investissements sûrs comme le dollar américain, a souligné Phil Flynn, de Price Futures Group.

Or, cette hausse du billet accentue la baisse du brut, car il rend moins attractifs les achats d'or noir libellés en dollar pour les acheteurs munis d'autres devises.

rp



(AWP / 18.04.2013 06h21)


Commenter Le brut chute encore à New York, malgré la baisse des stocks US


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite