Menu
A+ A A-

PÉTROLE

prix-du-petrole Paris Paris : Le patron du groupe français Total a estimé jeudi que le marché pétrolier n'était pas à l'aube d'un retournement, au lendemain d'une lourde dégringolade des cours de l'or noir, qui pâtissent de craintes liées à une conjoncture dégradée et une offre abondante.

Interrogé par des journalistes sur la chute spectaculaire des cours du brut, qui avaient fondu mercredi d'environ 3 dollars à Londres comme à New York, tombant à des niveaux plus vus depuis l'automne, Christophe de Margerie s'est montré philosophe, n'y voyant aucun changement de tendance.

"Les prix ne vont ni chuter, ni continuer à augmenter. Je pense qu'on est dans une fourchette de 105-115 dollars par baril (pour le Brent coté à Londres, ndlr) et il n'y a pas de changement. Les prix du brut sont stables", a déclaré le PDG de Total, lors de la 14e édition du Sommet international du pétrole, qui rassemble chaque année à Paris les principaux acteurs du secteur pétrolier.

"Je n'ai pas de boule de cristal mais les prix vont continuer à fluctuer entre ces deux niveaux. Il y a un fort soutien pour que les prix se maintiennent à ces niveaux", a-t-il ajouté.

Alors que les cours de l'or noir, déjà tombés mercredi autour de 107 dollars pour le baril de Brent et de 94 dollars pour le brut de référence américain, échouaient à se redresser jeudi en début d'échanges outre-Atlantique, le PDG a récusé l'idée qu'il s'agisse d'un début de retournement, alors que depuis deux ans, les cours sont bloqués dans une fourchette autour de 110 dollars à Londres et de 95 dollars à New York.

"Je ne vois pas de pressions baissières. Le prix moyen en 2011 était de 110 dollars (pour le Brent), la moyenne en 2012 était de 110 dollars, et quelle est la moyenne depuis le début de cette année ? 110 dollars", a-t-il martelé.

La baisse des cours a été déclenchée par une conjonction de craintes liées à l'état de l'offre et de la demande pétrolière.

D'un côté, la production est abondante, dopée notamment par le redressement de l'Irak et l'essor de l'extraction de gisements non conventionnels aux Etats-Unis (pétrole de schiste ou issu de réservoirs "compacts"), et, signe inquiétant pour les investisseurs, les stocks de brut américains ont grimpé à leur niveau d'avant l'été 1990.

Et de l'autre, la crise économique européenne risque d'amputer encore la croissance mondiale cette année, et donc la consommation d'or noir.

UN STATU QUO QUI SATISFAIT LES PRODUCTEURS

M. de Margerie a par ailleurs défendu un maintien du pétrole à au moins 100 dollars, niveau correspondant selon lui au coût marginal de production de l'or noir (c'est-à-dire le prix nécessaire pour rentabiliser l'exploitation des gisements les plus difficiles d'accès, comme les réservoirs sous-marins ultra profonds ou les sables bitumineux).

Selon lui, un tel niveau est à la fois "nécessaire et bon", et ce tant pour les pays producteurs que pour les consommateurs, car cela permet aux compagnies pétrolières d'investir pour développer de nouveaux gisements, et donc d'assurer la croissance de l'offre pétrolière.

Des propos qui rejoignent la position affichée par l'Opep. Le secrétaire général du cartel des pays exportateurs, Abdallah El-Badri, qui participait également au sommet parisien, a rappelé que l'Opep était hostile tant à une chute qu'à une envolée des cours, et voulait qu'ils se maintiennent à un niveau "raisonnable".

"Nous ne plaidons pas pour des prix plus élevés mais pour un prix raisonnable auquel nous pouvons investir, (...) et avec lequel les pays producteurs et consommateurs peuvent coexister", et "les prix tels qu'ils sont conviennent tant aux producteurs qu'aux consommateurs", a-t-il expliqué.

Une défense du statu quo qui rejoint celle de l'Arabie saoudite, chef de file de l'Opep, laquelle elle-même a jugé fin mars que le niveau de 100 dollars constituait un prix "raisonnable" pour le baril.

rp



(AWP / 04.04.2013 17h35)


Commenter PÉTROLE


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 20 février 2019 à 21:40

    Le pétrole grimpe avec la perspective d'une baisse de l'offr…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont atteint un nouveau plus haut en trois mois mercredi au moment où l'offre mondiale...

    mercredi 20 février 2019 à 15:40

    TransCanada relance Keystone

    Oléoduc: TransCanada a redémarré une section de son oléoduc Keystone qui avait été fermée après une fuite d'environ 43 barils de brut...

    mercredi 20 février 2019 à 12:24

    Le pétrole recule, le risque d'une demande affaiblie persist…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens mais restaient à des niveaux élevés alors que l'affaiblissement de l'économie...

    mercredi 20 février 2019 à 04:38

    Le pétrole en légère hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse, mercredi en Asie, mais les gains étaient limités par les inquiétudes persistantes...

    mardi 19 février 2019 à 21:50

    Le pétrole finit en ordre dispersé, entre baisse de l'offre …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont divergé mardi à la réouverture du marché américain après un week-end prolongé, tout en...

    mardi 19 février 2019 à 15:41

    Les prix des carburants au plus haut depuis deux mois en Fra…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter dans leur ensemble la semaine dernière, dans le sillage des...

    mardi 19 février 2019 à 12:12

    Le pétrole diverge après des plus hauts en trois mois

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient mardi en cours d'échanges européens, mais restaient proches de leurs plus hauts depuis trois mois atteints...

    mardi 19 février 2019 à 04:28

    Le pétrole en ordre dispersé en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole divergeaient mardi en Asie alors que les investisseurs marquent une pause après les récentes hausse et un...

    lundi 18 février 2019 à 17:22

    Frets maritimes: les frets secs rebondissent, les pétroliers…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont remonté la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers de produits...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 19 février 2019 Le prix du pétrole Brent devrait se négocier entre 50 et 70 dollars le baril d'ici 2024, avec des prix "ancrés" autour de 60 dollars, selon un nouveau rapport de la Banque américaine Merrill Lynch..

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite