Menu
A+ A A-

Le brut recule, craintes pour la demande après la trêve pascale

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole reculaient mardi en fin d'échanges européens, minés par un regain d'inquiétude sur la demande de brut après des indicateurs économiques décevants aux États-Unis, en Chine et dans la zone euro, et par la crainte d'une nouvelle hausse des stocks américains d'or noir.

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 110,73 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 35 cents par rapport à la clôture des échanges électroniques de lundi.

Il s'est hissé vers 12H00 GMT à 111,79 dollars, au plus haut depuis un mois, avant d'effacer ses gains à l'ouverture des marchés américains.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 64 cents à 96,43 dollars.

Les prix du barils pliaient sous le coup d'une salve d'indicateurs décevants publiés aux États-Unis et en Chine, les deux principaux pays consommateurs de la planète, mais aussi dans la zone euro, qui alimentaient les craintes sur les perspectives de la demande énergétique mondiale.

"L'activité manufacturière dans la zone euro pour mars s'est révélée meilleure qu'attendu", mais continue cependant de se contracter, et "les chiffres du chômage dans la zone euro, à un niveau sans précédent ont mis les marchés sous pression", observait Myrto Sokou, analyste du courtier Sucden.

Le marché restait par ailleurs refroidis par le repli, dévoilé lundi, de l'activité des industries manufacturières aux États-Unis en mars, après trois mois de hausse, et une production manufacturière très inférieure aux attentes en mars en Chine, témoignant de la timidité de la reprise économique du géant asiatique.

De son côté, le WTI pâtissait toujours de la fermeture depuis vendredi de l'oléoduc américain Pegasus, qui transporte habituellement plus de 90'000 barils de brut canadien par jour de l'Illinois (nord) au Texas (sud), vers les raffineries du golfe du Mexique.

Cette fermeture, survenue après la découverte d'une fuite de l'oléoduc du géant pétrolier américain ExxonMobil dans l'Arkansas (sud-est), contribuait en effet à aggraver les problèmes d'engorgement des réserves d'or noir aux États-Unis.

"La fermeture de Pegasus a arrêté dans son élan le WTI", qui s'était nettement renforcé la semaine dernière, car une partie des acheminements habituellement acheminés par l'oléoduc vont "probablement être redirigés vers Cushing", le principal terminal pétrolier du pays, situé dans l'Oklahoma (sud), et gonfler les stocks déjà très élevés du site, a indiqué Olivier Jakob, analyste du cabinet Petromatrix.

Cushing abrite les stocks de brut texan servant de référence au calcul du cours du pétrole à New York, et les niveaux historiquement élevés de ces réserves atteints il y a quelques mois avaient fortement pesé sur le WTI. Ces stocks avaient cependant quelque peu décru début 2013 avec l'augmentation des capacités de l'oléoduc Seaway destiné à désengorger Cushing.

Dans ce contexte, les investisseurs faisaient preuve d'attentisme à la veille des chiffres hebdomadaires du Département américain de l'Énergie (DoE) sur les stocks pétroliers aux États-Unis, "qui pourraient accroître encore davantage la pression sur les prix du pétrole", observait Mme Sokou.

Selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires, le DoE devrait faire état d'une hausse de 1,9 million de barils des stocks de brut américains sur la semaine achevée le 29 mars. Ces réserves étaient la semaine précédente reparties en forte hausse, enregistré un rebond de 3,3 millions de barils soit cinq fois plus fort qu'attendu.

De leur côté, les stocks d'essence sont attendus en baisse de 300'000 barils et ceux de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage) en recul de 400'000 barils.

rp



(AWP / 02.04.2013 18h30)


Commenter Le brut recule, craintes pour la demande après la trêve pascale


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite