Menu
A+ A A-

Le brut hésite: regain de prudence et tensions géopolitiques

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole divergeaient en fin d'échanges européens, restant en hausse à Londres mais reculant à New York, tiraillés entre des tensions géopolitiques susceptibles de perturber l'offre d'or noir et un regain de prudence sur l'économie mondiale qui pénalisait les marchés.

Vers 17H15 GMT (18H15 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars valait 117,06 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 33 cents par rapport à la clôture de mercredi. Il s'est hissé vers 12H30 à 117,83 dollars, un sommet depuis le 14 septembre.

En revanche, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance abandonnait 69 cents à 95,93 dollars.

Après avoir nettement progressé jusqu'à l'ouverture des marchés américains, les cours du pétrole ont ensuite un peu perdu de leur élan, dans le sillage d'un repli des places boursières et surtout d'un fort renforcement du dollar, monté à son plus haut niveau depuis près de deux semaines face à l'euro.

Le renchérissement du billet vert face à une monnaie unique sous pression contribuait en effet à rendre moins attractifs les achats d'or noir, libellés en dollar, pour les détenteurs d'autres devises.

Les opérateurs digéraient par ailleurs des indicateurs américains mitigés - dont un recul moins fort qu'attendu des inscriptions au chômage la semaine dernière.

Cependant, le cours du Brent restait soutenu par le regain de tensions géopolitiques au Moyen-Orient, "le plus important facteur de soutien étant sans doute que l'ayatollah Ali Khamenei (guide suprême du régime iranien) a radicalement rejeté toute proposition de dialogue avec les Etats-Unis", observait Addison Armstrong, analyste du courtier Tradition Energy.

L'ayatollah Ali Khamenei a opposé jeudi une fin de non-recevoir à l'offre américaine de négociations directes dans le dossier nucléaire controversé de l'Iran et ce, au lendemain de la confirmation par Washington d'un durcissement des sanctions internationales contre Téhéran.

Pour M. Armstrong, les tensions dans le dossier iranien "sont de nature à conforter la prime de risque sur les prix du brut" liées à un éventuel blocage du détroit d'Ormuz, un passage stratégique contrôlé par l'Iran -- qui menace de le fermer --, et par lequel transite une grande partie du pétrole produit dans les pays du Golfe.

D'autre part, "de vives manifestations en Tunisie" contre le parti islamiste au pouvoir, après l'assassinat d'une figure de l'opposition, "et de nouvelles attaques menées par les forces rebelles en Syrie" avaient également contribué à revigorer le marché plus tôt jeudi, soulignait Tamas Varga, analyste du courtier PVM.

Les analystes seront par ailleurs attentifs en fin de semaine aux chiffres sur l'inflation et le commerce en Chine, publiés vendredi, en quête d'indices confirmant l'accélération de l'activité économique du géant asiatique.

Les marchés pétroliers avaient été aidés la semaine dernière par un regain d'optimisme sur les perspectives économiques des Etats-Unis et de la Chine, les deux plus gros consommateurs de brut de la planète, après des indicateurs encourageants publiés au début du mois.

rp



(AWP / 07.02.2013 18h44)


Commenter Le brut hésite: regain de prudence et tensions géopolitiques


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    mercredi 20 mars 2019 à 16:37

    Le pétrole monte après une chute brutale des stocks américai…

    Londres: Les cours du pétrole approchaient mercredi de leurs plus hauts en quatre mois en cours d'échanges européens après une baisse inattendue...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite