Menu
RSS
A+ A A-

L'Opep prête à maintenir son offre, indécise sur le choix de son chef

prix-du-petrole Vienne Vienne : L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a commencé mercredi une réunion à Vienne avec au menu un probable statu quo sur le plafond de production du cartel, tandis que la course semblait encore ouverte pour la nomination de son nouveau secrétaire général.

"Nous allons garder l'offre de l'Opep à son niveau actuel", a déclaré avant le début de la réunion le ministre libyen du Pétrole Abdelbari al-Aroussi, indiquant qu'il s'attendait à un statu quo lors de cette rencontre se déroulant au siège viennois de l'organisation.

"Nous considérons qu'en ce moment il n'y a pas besoin d'ajustement", a ajouté son homologue équatorien Wilson Pastor-Morris, indiquant qu'il "entrevoyait un consensus" pour laisser inchangé le plafond de production actuel.

Ce plafond, adopté en décembre 2011 et reconduit en juin, limite l'offre totale des douze pays membres à 30 millions de barils par jour (mbj) sans impartir pour autant de quota individuel à chaque Etat. Il mise donc sur une autodiscipline collective.

Or, l'Opep pompait en novembre 31,22 mbj de brut, selon des chiffres de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), -- et ce en dépit de l'effondrement de la production iranienne (-25% en un an), pénalisée par les sanctions internationales, l'Arabie saoudite ayant gonflé son offre pour compenser.

L'ÉCONOMIE MONDIALE RESTE EN DIFFICULTÉ

"Le marché est suffisamment approvisionné (...) nous produisons ce dont le marché a besoin", s'est justifié mercredi le ministre émirati de l'Energie Mohamed ben Daen al-Hamili, se disant "satisfait" des prix actuels du baril, stabilisés depuis deux mois autour de 110 dollars à Londres.

Cependant, "l'économie mondiale reste toujours en difficulté", menaçant la solidité de la demande énergétique, a tempéré M. al-Hamili.

"Si les prix reculent (en 2013), nous pourrons nous réunir une nouvelle fois pour aviser", a renchéri M. al-Aroussi, tout en prévenant qu'"une baisse de la production n'est pas pour le moment à l'ordre du jour".

Dans ce contexte, les membres les plus conservateurs du cartel pourraient réclamer un meilleur respect du plafond, notamment de la part des pays du Golfe mais aussi de l'Irak, dont la production s'est nettement accrue ces dernières années sous l'essor du secteur pétrolier du pays.

"Je pense que l'on va regarder la totalité de l'offre (de l'Opep) dont l'Irak est une part importante, mais nous n'allons probablement pas fixer de nouveaux quotas individuels pour chaque pays", a noté la ministre nigériane Diezani Alison-Madueke.

En revanche, rien ne semblait encore joué concernant la nomination du nouveau secrétaire général de l'organisation, également discutée mercredi. Le mandat du titulaire actuel - le Libyen Abdallah El-Badri - s'achève à la fin de l'année.

"Les candidats saoudiens et irakiens sont tous les deux extrêmement qualifiés" pour ce poste, essentiellement honorifique, a confié M. al-Hamili, estimant qu'ils constituaient désormais une "short-list".

RÉSOUDRE LA QUESTION MERCREDI

De son côté, le ministre libyen jugeait que le candidat saoudien était le mieux placé pour l'emporter.

L'Arabie saoudite a présenté son ancien gouverneur à l'Opep, Majid al-Moneef, tandis que l'Irak a proposé son ancien ministre du Pétrole, Thamir Ghadhban. Le candidat iranien, l'ancien ministre du Pétrole Gholam Hossein Nozari, semblait de son côté peu susceptible de recueillir l'unanimité requise.

"J'espère que nous résoudrons cette question" mercredi sans avoir à prolonger le mandat de M. el-Badri, "car nous n'avons pas besoin d'un secrétaire général gérant les affaires courantes, nous voulons un nouveau secrétaire général", a insisté le ministre émirati.

Désigné pour un mandat de trois ans, le secrétaire général de l'Opep a essentiellement une fonction de représentation. Mais il est chargé aussi de préparer les réunions ministérielles et de favoriser les rapprochements entre les vues, souvent divergentes, des Etats.

La réunion se déroulait en présence des ministres de 10 des douze Etats membres, le Vénézuélien Rafael Ramirez et le Koweïtien Hani Hussein ayant renoncé au déplacement en raison d'impératifs politiques dans leurs pays respectifs.

rp



(AWP / 12.12.2012 13h00)


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 13 novembre 2018 à 16:22

Le pétrole baisse, inquiété par Trump et les prévisions de l…

Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens alors que Donald Trump a demandé à l'Opep de ne pas...

mardi 13 novembre 2018 à 14:12

Le marché du pétrole trop dépendant du schiste américain, se…

Londres: Le marché de l'or noir va être de plus en plus dépendant de la production de schiste des Etats-Unis, faute d'investissements...

mardi 13 novembre 2018 à 12:23

L'Opep revoit la demande de pétrole en baisse, s'inquiète d…

Paris: L'Opep s'est inquiétée mardi d'une offre excédentaire de brut sur le marché, avec une demande plus faible que prévu, alors que...

mardi 13 novembre 2018 à 12:20

Le pétrole en nette baisse après des propos de Trump contre …

Londres: Les prix du pétrole baissaient nettement mardi en cours d'échanges européens, après que Donald Trump a demandé la veille de ne...

mardi 13 novembre 2018 à 12:02

Pour le Foll, le "gouvernement doit reculer" sur l…

Paris: Le maire du Mans Stéphane Le Foll (PS) a appelé le gouvernement à "reculer" sur la taxation des carburants et à...

mardi 13 novembre 2018 à 09:24

Au large de l'Angola, un espoir pétrolier nommé Kaombo

Au large de l'angola: La longue torchère qui s'échappe de sa proue éclaire la nuit à des milles nautiques à la ronde.Depuis...

mardi 13 novembre 2018 à 07:27

Les économies du Golfe se redressent mais restent sujettes à…

Dubaï: La croissance dans le Golfe se redressera en 2018 après une contraction l'an dernier, mais restera vulnérable en raison de la...

mardi 13 novembre 2018 à 04:11

Le pétrole chute en Asie

Singapour: Les cours du pétrole dégringolaient mardi en Asie après des déclarations du président Donald Trump réclamant des cours plus bas au...

lundi 12 novembre 2018 à 22:55

Le pétrole en petite baisse, partagé entre Ryad et Washingto…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en petite baisse lundi, applaudissant d'abord la volonté saoudienne de réduire sa production...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

Lire la suite

Le Petro, nouvelle crypto-monnaie du Venezuela indexée sur le pétrole, a-t-il un futur ?

Le lundi 15 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

Connu depuis l’antiquité, le pétrole a soutenu, avec ses dérivés gaziers notamment, la révolution industrielle du 19e siècle pour s’imposer au milieu du 20e siècle comme la première source énergétique devant le charbon. La très grosse industrie des hydrocarbures sur laquelle reposent l’économie de pays entiers et des entreprises parmi les plus florissantes du monde est difficile de transformations.

Lire la suite

Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

Lire la suite