Menu
A+ A A-

Hésitant, le marché guette le Moyen-Orient et attend les stocks US

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole hésitaient jeudi en cours d'échanges européens, dans un marché sans grand élan tiraillé entre les tensions géopolitiques au Moyen-Orient, alimentées par des raids israéliens sur Gaza, et la prudence des opérateurs avant les chiffres des stocks pétroliers américains.

Vers 11H30 GMT (12H30 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre valait 110,15 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 54 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance cédait 9 cents à 86,23 dollars.

"Après la robuste hausse des prix du brut de la veille, les échanges restent suspendus aux inquiétudes géopolitiques" liées à l'opération militaire entamée mercredi par Israël dans la bande de Gaza, soulignait Jack Pollard, analyste du courtier Sucden.

Selon des source médicales palestiniennes, treize Palestiniens sont morts et au moins 115 ont été blessés depuis le début de l'opération "Pilier de Défense" déclenchée mercredi par l'armée israélienne dans la bande de Gaza avec l'assassinat ciblé du chef des opérations militaires du Hamas, Ahmad Jaabari.

Alors que les frappes israéliennes se poursuivaient jeudi à un rythme soutenu, "cette action militaire est de nature à grossir la prime de risque des prix du baril", en entretenant "la crainte d'une escalade (des tensions au Moyen-Orient) susceptible de perturber la production de pétrole" dans la région, observait M. Pollard.

Cependant, "à court terme, si aucun autre évènement géopolitique ne vient aggraver la situation, les prix du pétrole devraient être influencés par les chiffres hebdomadaires des stocks pétroliers américains" attendus jeudi par les investisseurs, notaient les experts du cabinet JBC Energy.

Selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires, le Département américain de l'Energie (DoE), qui publie son rapport hebdomadaire avec un jour de retard en raison d'une journée fériée lundi aux Etats-Unis, devrait faire état d'une nouvelle forte hausse, de 2 millions de barils, des stocks américains de brut sur la semaine achevée le 9 novembre.

Les stocks d'essence sont quant à eux attendus en hausse de 200.000 barils, et ceux de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage), très surveillés à l'approche de l'hiver, en repli de 900.000 barils.

Les chiffres de la fédération professionnelle API, qui a publié mercredi soir ses propres estimations, ont déjà contribué à assombrir le moral des opérateurs, en évoquant une hausse de 1,3 million de barils des stocks de brut la semaine dernière, ainsi qu'une augmentation de 184.000 barils des stocks de distillés et un recul modeste de 100.000 barils des réserves d'essence.

Les investisseurs digéraient par ailleurs jeudi "des statistiques mitigées en Europe", notait M. Pollard, mentionnant le ralentissement de la croissance allemande au troisième trimestre, tandis que la zone euro est retombée en récession sur la même période, pour la deuxième fois en trois ans.

jq



(AWP / 15.11.2012 13h00)


Commenter Hésitant, le marché guette le Moyen-Orient et attend les stocks US


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    mercredi 20 mars 2019 à 16:37

    Le pétrole monte après une chute brutale des stocks américai…

    Londres: Les cours du pétrole approchaient mercredi de leurs plus hauts en quatre mois en cours d'échanges européens après une baisse inattendue...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite