Menu
A+ A A-

Le brut termine sous le seuil de 87 dollars le baril à New York

prix-du-petrole (reprise de la veille)</p(reprise de la veille):

(reprise de la veille)


New York - Les cours du pétrole ont plongé mardi pour la première fois depuis trois mois sous le seuil de 87 dollars le baril à New York, dans un marché miné par des inquiétudes pour la demande en brut dans le monde.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en décembre, dont c'était le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, a chuté de 1,98 dollar à 86,67 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre a fini à 108,25 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,19 dollar par rapport à la clôture de lundi.

Les cours de l'or noir américain, qui ont chuté en cours d'échanges jusqu'à 85,69 dollars, ont terminé à un niveau plus vu en clôture depuis le 12 juillet, dans le sillage de la Bourse de New York, qui baissait également de manière prononcée.

Minés par les prévisions sombres des grandes entreprises américaines, dont le premier constructeur mondial d'engins de chantier Caterpillar lundi, ainsi que le groupe de chimie DuPont, le fabricant d'imprimantes et de photocopieuses Xerox ou le conglomérats 3M mardi, les prix ont cédé sous la pression.

"A la base, le marché est plombé par de fortes craintes au sujet du ralentissement économique mondial", a noté Bill Baruch, iiTrader.

"La chute sous la barre des 87 dollars est en grande partie due à des craintes pour la croissance", et la vigueur de la demande en brut au cours de l'année à venir, a renchéri Bart Melek, de TD Securities.

Ces inquiétudes ont également pesé sur la valeur des devises jugées plus risquées, comme l'euro, et ont favorisé le dollar, considéré comme une valeur refuge, ce qui a accentué la pression sur les prix du brut.

En effet, le renchérissement du dollar rendait les achats d'actifs libellés en dollars, comme l'or noir, moins attractifs pour les investisseurs munis d'autres devises.

Par ailleurs, "la remise en route de l'oléoduc" Keystone, dont l'activité avait été interrompue mercredi dernier pour cause d'une anomalie sur le tuyau transportant du brut du Canada jusqu'aux raffineries américaines, se traduisait par le retour d'une offre plus abondante sur le marché du brut américain, ce qui accentuait la baisse des cours, a souligné M. Baruch.

Ce fort recul des prix en pleine escalade des tensions au Moyen-Orient était jugé "singulier" par les experts de Commerzbank, qui notaient que "les risques d'une propagation de la guerre civile en Syrie (vers les pays voisins) s'accentuaient", et menaçaient de perturber l'approvisionnement pétrolier dans le monde.

Après les affrontements à la frontière entre Turquie et Syrie, le Liban a en effet été agité ce week-end par des affrontements entre soldats et hommes armés à Beyrouth après l'assassinat vendredi d'un haut responsable de la sécurité du pays, et un soldat jordanien a été tué lundi dans un accrochage avec un groupe d'hommes armés qui tentaient de s'infiltrer en Syrie voisine.

rp



(AWP / 24.10.2012 06h21)


Commenter Le brut termine sous le seuil de 87 dollars le baril à New York


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite