Menu
RSS
A+ A A-

Le brut new-yorkais hésite entre des craintes pour l'offre et la demande

prix-du-petrole New York New York : Le marché du pétrole était indécis lundi à New York peu après l'ouverture, tiraillé entre un accroissement des tensions au Moyen-Orient au cours du week-end et des inquiétudes persistantes pour la demande mondiale.

Vers 13H20 GMT/15h20 HEC, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en novembre, dont c'est le dernier jour de cotation, reculait de 25 cents à 89,80 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), après une ouverture légèrement en hausse.

Les cours étaient soutenus par des "zones de tensions géopolitiques accrues au Moyen-Orient au cours du week-end, avec des affrontements au Liban" notamment, qui font redouter des perturbations sur la production pétrolière dans le monde, a expliqué Matt Smith, de Schneider Electric.

En effet, alors que se poursuivaient les violences en Syrie, le Liban a été agité ce week-end par des affrontements armés entre soldats et hommes armés à Beyrouth, après l'assassinat vendredi d'un haut responsable de la sécurité du pays.

"La situation incertaine au Moyen-Orient reste un facteur de hausse du marché", ont approuvé les experts de Commerzbank, qui estiment par ailleurs que les politiques économiques ultra-accommodantes des grandes banques centrales mondiales "rendent un nouvelle chute des prix improbable".

Les cours de l'or noir avaient chuté de plus de 2 dollars vendredi, à New York, comme à Londres, dans un contexte de craintes pour la demande.

Mais "c'est toujours la même chose: tandis que les risques de perturbation du côté de l'offre tirent les prix à la hausse, les craintes pour la demande freinent leur avancée", a tempéré M. Smith.

"Une nouvelle détérioration du sentiment général du marché et une hausse de l'aversion au risque représentent les plus grands facteurs de baisse pour les prix du brut", ont renchéri les experts de Commerzbank.

Sur le front de la crise en zone euro, les courtiers notaient cependant un certain regain d'optimisme après la victoire électorale du chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, lors d'un important scrutin régional dimanche.

En effet, ce succès rendait la tâche plus facile à son gouvernement pour mettre en oeuvre sa politique d'austérité et pour enfin demander une aide financière globale, ce qui favorisait par ailleurs la hausse de l'euro face au dollar.

Or, la baisse du billet vert rendait plus attractifs les achats de brut, libellés dans la monnaie américaine pour les investisseurs munis d'autres devises.

rp



(AWP / 22.10.2012 15h49)



Commenter Le brut new-yorkais hésite entre des craintes pour l'offre et la demande

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 23 février 2018 à 21:26

Le pétrole progresse, influencé par la baisse des stocks amé…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé en hausse vendredi, toujours influencés par...

vendredi 23 février 2018 à 16:05

Le pétrole temporise après avoir grimpé avec les stocks amér…

Londres: Les cours du pétrole bougeaient peu vendredi en cours d'échanges européens, temporisant après avoir grimpé en raison de stocks américains plus...

vendredi 23 février 2018 à 12:26

Le pétrole en léger repli après les stocks américains

Londres: Les prix du pétrole reculaient un peu vendredi en cours d'échanges européens après avoir bondi la veille à la suite de...

vendredi 23 février 2018 à 10:41

Parapétrolier: Schlumberger et Subsea 7 projettent une coent…

Oslo: Le leader mondial du secteur parapétrolier, le franco-américain Schlumberger, et son concurrent Subsea 7 ont dévoilé vendredi leur intention de former...

vendredi 23 février 2018 à 06:37

Le pétrole à la baisse en Asie

hong kong: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, après les gains enregistrés la veille grâce à...

jeudi 22 février 2018 à 21:39

Le pétrole soutenu par les exportations et les stocks améric…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole cotés à Londres et à New York ont progressé jeudi à la clôture, soutenus par...

jeudi 22 février 2018 à 17:35

USA: baisse surprise des stocks de pétrole brut au 16/02

New York: Les stocks de pétrole brut ont reculé aux Etats-Unis la semaine dernière selon des chiffres publiés jeudi par l'Agence américaine...

jeudi 22 février 2018 à 16:29

Le pétrole remonte un peu, le marché hésite avant les stocks…

Londres: Les cours du pétrole remontaient jeudi en cours d'échanges européens dans un marché hésitant alors que les Etats-Unis publieront jeudi leurs...

jeudi 22 février 2018 à 12:47

Le pétrole recule légèrement avant les stocks américains

Londres: Les prix du pétrole reculaient un peu jeudi en cours d'échanges européens dans un marché prudent alors que les Etats-Unis publieront...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2017

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2017.

Lire la suite

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite

En octobre 2017, le prix du pétrole poursuit sa hausse

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,2 % après +5,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées diminuent (−1,1 % après −2,3 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En octobre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,2 % après +5,9 % en août), à 49 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu moins marquée (+3,8 % après +6,9 %), l'euro s'étant légèrement déprécié au cours du...

Lire la suite