Menu
A+ A A-

Le brut se replie, toujours miné par la morosité économique mondiale

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole se repliaient mardi en cours d'échanges européens, dans un marché toujours miné par la morosité économique mondiale, les craintes sur la demande de brut l'emportant sur les tensions géopolitiques au Moyen-Orient susceptibles de perturber l'offre d'or noir.

Vers 10H00 GMT (12H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre, dont c'est le dernier jour de cotation, valait 115,14 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 66 cents par rapport à la clôture de lundi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance abandonnait 23 cents à 91,62 dollars.

"A moins que les tensions géopolitiques s'intensifient" au Moyen-Orient, les prix devraient continuer de souffrir d'un environnement économique morose, car "les prévisions sur la croissance mondiale sont considérés comme l'indicateur le plus fiable pour déterminer les perspectives de la demande mondiale de brut", observait David Hufton, analyste du courtier PVM.

Or, "la morosité des prévisions du Fonds monétaire international (FMI)" pour 2012 et 2013, révisées en baisse la semaine dernière, "ne peut être ignorée par les opérateurs", poursuivait-il.

Après l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et le Département américain de l'Energie (DoE), l'Agence internationale de l'énergie (AIE) avait de son côté annoncé vendredi l'abaissement de ses prévisions de croissance de la demande mondiale d'or noir jusqu'en 2016.

Le léger rebond des importations chinoises de pétrole en septembre, dévoilé lundi, n'a pas suffi à rassurer les investisseurs, car "elles reste extrêmement basses par rapport aux niveaux habituels d'importation" du géant asiatique, deuxième pays consommateur de la planète, notait Andrey Kryuchenkov, analyste de VTB Capital.

Le Brent restait pour sa part quelque peu aidé par de nouveaux retards pour des raisons techniques dans le redémarrage de plateformes de la mer du Nord après une longue période de maintenance en septembre, mais les opérateurs devraient continuer de se montrer prudents avant l'expiration en fin de journée du contrat du Brent pour livraison en novembre, ajoutait M. Kryuchenkov.

Le marché continuait cependant de surveiller les tensions persistantes au Moyen-Orient, après un nouveau renforcement lundi par l'Union européenne (UE) de ses sanctions financières et commerciales contre l'Iran, soupçonné de développer un programme nucléaire à visée militaire.

Ces nouvelles mesures, qui comprennent de nouvelles restrictions sur le transport d'hydrocarbures ou l'interdiction d'importer du gaz iranien, ainsi que le gel des avoirs d'une trentaine de nouvelles sociétés, viennent s'ajouter à celles déjà en place, comme l'embargo pétrolier entré en vigueur en juillet.

"Le maintien des cours du baril (à Londres) au-dessus de 100 dollars le baril s'explique par les tensions autour de l'Iran. Alors si le pays venait à reculer (sur son programme nucléaire) et que les sanctions internationales étaient atténuées, on pourrait alors s'attendre à un repli important des cours, en particulier du Brent", plus sensible à l'offre de brut du Moyen-Orient, estimait M. Hufton.

Les courtiers continuaient par ailleurs de surveiller les tensions à la frontière entre la Turquie et la Syrie, déclenchées par le bombardement début octobre du village frontalier turc d'Akçakale par des tirs venus de Syrie.

rp



(AWP / 16.10.2012 12h46)


Commenter Le brut se replie, toujours miné par la morosité économique mondiale


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 20 février 2019 à 15:40

    TransCanada relance Keystone

    Oléoduc: TransCanada a redémarré une section de son oléoduc Keystone qui avait été fermée après une fuite d'environ 43 barils de brut...

    mercredi 20 février 2019 à 12:24

    Le pétrole recule, le risque d'une demande affaiblie persist…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens mais restaient à des niveaux élevés alors que l'affaiblissement de l'économie...

    mercredi 20 février 2019 à 04:38

    Le pétrole en légère hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse, mercredi en Asie, mais les gains étaient limités par les inquiétudes persistantes...

    mardi 19 février 2019 à 21:50

    Le pétrole finit en ordre dispersé, entre baisse de l'offre …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont divergé mardi à la réouverture du marché américain après un week-end prolongé, tout en...

    mardi 19 février 2019 à 15:41

    Les prix des carburants au plus haut depuis deux mois en Fra…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter dans leur ensemble la semaine dernière, dans le sillage des...

    mardi 19 février 2019 à 12:12

    Le pétrole diverge après des plus hauts en trois mois

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient mardi en cours d'échanges européens, mais restaient proches de leurs plus hauts depuis trois mois atteints...

    mardi 19 février 2019 à 04:28

    Le pétrole en ordre dispersé en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole divergeaient mardi en Asie alors que les investisseurs marquent une pause après les récentes hausse et un...

    lundi 18 février 2019 à 17:22

    Frets maritimes: les frets secs rebondissent, les pétroliers…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont remonté la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers de produits...

    lundi 18 février 2019 à 12:18

    Les prix du pétrole divergent, proches de leur plus haut en …

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient lundi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts niveaux depuis novembre, dopés...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 19 février 2019 Le prix du pétrole Brent devrait se négocier entre 50 et 70 dollars le baril d'ici 2024, avec des prix "ancrés" autour de 60 dollars, selon un nouveau rapport de la Banque américaine Merrill Lynch..

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite