Menu
RSS
A+ A A-

Le brut finit en hausse à New York, aidé par des statistiques US

prix-du-petrole (reprise de la veille)</p(reprise de la veille):

(reprise de la veille)


New York - Les cours du pétrole ont clôturé en légère hausse à New York jeudi, portés par un renforcement des sanctions américaines contre l'Iran ainsi que par la décrue plus forte qu'attendu des inscriptions au chômage aux Etats-Unis.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en août a pris 27 cents à 86,08 dollars par rapport à la clôture de mercredi, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août, échangé sur l'IntercontinentalExchange (ICE) de Londres, a terminé à 101,07 dollars, avec un gain de 84 cents par rapport à la clôture de mercredi.

La séance a été "un peu confuse", a observé Matt Smith, de Summit Energy (groupe Schneider Electric), alors que l'or noir a évolué en grande majorité en repli, avant de repasser dans le vert dans la dernière heure.

Comme élément moteur de la hausse, M. Smith a cité "les chiffres acceptables des inscriptions au chômage (qui ont) apporté un peu d'optimisme" à un marché à l'affut d'éléments positifs.

Les nouvelles inscriptions au chômage ont fortement baissé aux Etats-Unis dans les premiers jours de juillet. Quelque 350'000 demandes d'allocation de chômage ont été déposées dans le pays du 1er au 7 juillet, soit 6,9% de moins que la semaine précédente, selon des données corrigées des variations saisonnières.

Ces chiffres "sont nettement supérieurs aux attentes", a noté Bart Melek, stratège de TD Securities, qui y voyait même "le potentiel pour une très nette hausse".

L'autre rare développement haussier de la journée a été l'annonce, par le Trésor américain, d'un renforcement de ses sanctions financières contre plus de 50 entités en Iran. Il s'agit notamment d'entreprises d'Etat liées aux Forces armées iraniennes et aux Gardiens de la Révolution que Washington accuse de participer au programme nucléaire controversé de Téhéran.

"Nous continuerons à accroître la pression tant que l'Iran refusera de répondre aux inquiétudes fondées de la communauté internationale au sujet de son programme nucléaire", a indiqué le sous-secrétaire au Trésor chargé du renseignement financier et de la lutte antiterroriste, David Cohen, en annonçant ces mesures largement symboliques.

"Cette information a renvoyé les tensions géopolitiques au premier plan et a apporté un peu de souffle au marché", a commenté Matt Smith.

Car de manière générale, a estimé l'analyste, le marché pétrolier connaît "toujours beaucoup de pression baissière, alors que l'appétit pour le risque est absent".

Les prix de l'or noir s'étaient notamment repliés "en réponse au recul de l'euro qui a franchi le cap de 1,22 dollar", a remarqué Bart Melek.

La monnaie européenne est en effet tombée sous le seuil de 1,22 dollar jeudi, pour la première fois depuis deux ans, ce qui a poussé les investisseurs à se tourner vers la monnaie refuge que représente le dollar. Or une hausse du billet vert pénalise les achats de brut pour les investisseurs munis de devises étrangères.

Autre facteur baissier, les prévisions mensuelles de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) et de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) ont annoncé un ralentissement de la demande pour l'année prochaine, sans toutefois prévoir une dégradation de la situation.

"Leurs rapports maussades" ont alimenté la nervosité du marché, renforcée par ailleurs par "une baisse surprise du taux d'intérêt par la banque centrale de Corée du Sud", qui a avivé les craintes pour la santé économique de ce grand pays consommateur de brut, "et un nouveau ralentissement de la production industrielle de la zone euro en mai", a fait valoir Addison Armstrong, analyste du courtier Tradition Energy.

rp



(AWP / 13.07.2012 06h21)



Commenter Le brut finit en hausse à New York, aidé par des statistiques US

Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 21 février 2018 à 12:16

Le pétrole baisse en raison de la fermeté du dollar

Londres: Les prix du pétrole reculaient en cours d'échanges européens, plombés par la hausse du dollar et malgré des commentaires encourageants de...

mercredi 21 février 2018 à 09:30

Pétrole: la Norvège produit moins que prévu en janvier

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'ouest, a augmenté moins que prévu en janvier, selon des...

mercredi 21 février 2018 à 05:08

Le pétrole à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse mercredi en Asie, plombés par le renforcement du dollar et la hausse...

mardi 20 février 2018 à 21:59

Le pétrole, scrutant toujours l'Opep, en ordre dispersé

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole coté à New York et à Londres ont terminé en ordre dispersé mardi dans un...

mardi 20 février 2018 à 18:44

Chevron a repris ses activités au Kurdistan irakien

New York: Le géant pétrolier américain Chevron a confirmé mardi avoir relancé ses opérations dans la région du Kurdistan irakien, après les...

mardi 20 février 2018 à 16:12

Le pétrole recule un peu dans un marché calme

Londres: Les cours du pétrole reculaient légèrement mardi en cours d'échanges européens dans un marché calme qui surveillait tout de même la...

mardi 20 février 2018 à 12:24

Le pétrole cherche une direction

Londres: Les prix du pétrole cherchaient une direction mardi en cours d'échanges européens, dans un marché encore sans grande volatilité au lendemain...

mardi 20 février 2018 à 09:23

Le pétrole en ordre dispersé en Asie

Singapour: Les cours du pétrole divergeaient mardi en Asie dans un marché troublé par les tensions au Moyen-Orient et les craintes de...

lundi 19 février 2018 à 18:09

Le pétrole grimpe dans un marché sans volume

Londres: Les cours du pétrole montaient lundi en fin d'échanges européens dans des volumes modérés alors que les tensions au Moyen-Orient, notamment...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite

En octobre 2017, le prix du pétrole poursuit sa hausse

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,2 % après +5,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées diminuent (−1,1 % après −2,3 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En octobre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,2 % après +5,9 % en août), à 49 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu moins marquée (+3,8 % après +6,9 %), l'euro s'étant légèrement déprécié au cours du...

Lire la suite

En novembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En novembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+9,0 % sur un mois, après +5,2 %). Les prix en euros des autres matières premières importées augmentent également (+1,0 % après −1,1 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En novembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros continue d'augmenter (+9,0 % après +5,2 % en août), à 53 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est comparable (+8,9 % après +3,8 %), le taux de change étant resté quasi...

Lire la suite