Menu
A+ A A-

Le cours tente de rebondir, mais reste cantonné sous 90 USD à Londres

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole tentaient de se ressaisir vendredi en cours d'échanges européens, après avoir plongé de plus de 3 dollars la veille, mais le marché restait prudent, miné par une salve d'indicateurs moroses et un avertissement de l'agence Moody's sur 15 grandes banques.

Vers 10H10 GMT (12H10 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août, échangé sur l'IntercontinentalExchange (ICE) de Londres, valait 89,88 dollars, en hausse de 65 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Il est descendu vers 07H00 GMT à 88,49 dollars, un plus bas depuis début décembre 2010, avant de regagner du terrain.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance, prenait quant à lui 31 cents à 78,51 dollars, après avoir glissé en début d'échanges européens à 77,56 dollars, son plus bas niveau depuis le 6 octobre.

Les cours du baril tentaient de reprendre leur souffle, après avoir dégringolé de près de 3,50 dollars jeudi, tombant sous la barre de 90 dollars à Londres pour la première fois depuis un an et demi.

Jeudi a été une "journée affreuse", relevait David Hufton, analyste du courtier PVM, "le marché a été terrassé par une salve d'indicateurs économiques moroses, et l'annonce de Moody's a été le coup de grâce".

Une baisse de l'activité manufacturière en juin en Chine, deuxième pays consommateur de brut au monde, mais aussi dans la région de Philadelphie (Nord-Est des Etats-Unis) ainsi qu'une nouvelle contraction de l'activité du secteur privé en Europe ont ainsi nettement refroidi les opérateurs jeudi.

La décision jeudi soir par l'agence d'évaluation financière Moody's de dégrader 15 grandes banques occidentales actives sur les marchés mondiaux, dont les américaines Bank of America et Citigroup, a renforcé la nervosité des investisseurs.

La publication vendredi d'un nouveau recul en juin du baromètre Ifo mesurant le climat des affaires en Allemagne, n'était pas non plus pour les rasséréner, alors que les craintes s'accroissent autour de l'Espagne, que le marché redoute de voir contrainte de demander un plan de sauvetage international.

"Le marché du pétrole est sous une immense pression: la zone euro est en crise, la demande de matières premières de la Chine ralentit, la croissance économique américaine cale", et dans ce contexte, "l'aversion pour les actifs risqués tire les prix du pétrole vers le bas", soulignait M. Hufton.

Pour les experts de Commerzbank, la situation du marché était aggravée par la présence d'un important excédent de production sur le marché.

Ainsi, le Département de l'Energie américain (DoE) a fait état mercredi d'un gonflement inattendu des stocks de brut de 2,9 millions de barils lors de la semaine achevée le 15 juin, à un niveau proche d'un record en 22 ans atteint en mai.

"A moins que les pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) ne réalisent des coupes importantes dans leur production, la baisse des prix devrait s'amplifier", avertissaient les analystes de Commerzbank.

Selon le cabinet Oil Movements, qui recense les mouvements de transports maritimes de pétrole dans les ports, les exportations d'or noir par mer en provenance des pays de l'Opep devraient diminuer de 20.000 barils par jour au cours des quatre semaines s'achevant le 7 juillet.

Mais ce niveau devrait s'avérer "très insuffisant" pour renforcer les prix, estimait Commerzbank.

ft



(AWP / 22.06.2012 13h13)


Commenter Le cours tente de rebondir, mais reste cantonné sous 90 USD à Londres


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    mercredi 20 mars 2019 à 16:37

    Le pétrole monte après une chute brutale des stocks américai…

    Londres: Les cours du pétrole approchaient mercredi de leurs plus hauts en quatre mois en cours d'échanges européens après une baisse inattendue...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite