Menu
RSS
A+ A A-

Le brut finit en hausse, le marché retient son souffle pour la Grèce

prix-du-petrole (reprise de vendredi soir)</p(reprise de vendredi soir):

(reprise de vendredi soir)


New York - Les cours du pétrole ont terminé en petite hausse vendredi à New York dans un marché sans animation, suspendu au vote de dimanche en Grèce devant décider de l'avenir du pays en zone euro et, espérait-il, du déclenchement d'un nouveau plan d'assouplissement monétaire.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en juillet a progressé de 12 cents par rapport à jeudi, à 84,03 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août, dont c'est le premier jour comme contrat de référence, a fini sur l'IntercontinentalExchange (ICE) de Londres à 97,61 dollars, en hausse de 44 cents par rapport à la clôture de jeudi.

"Le marché termine vraiment à plat une semaine très pauvre" en facteurs favorables à une hausse des cours, a commenté Rich Ilczyszyn, de iiTrader.com

Les opérateurs sont réservés avant les élections législatives en Grèce, qui doivent mettre un nouveau gouvernement à Athènes, dans un contexte de grogne généralisée contre les mesures d'austérités négociées par les bailleurs du pays.

Malgré l'absence de nouveaux sondages à quelques jours du scrutin, les observateurs pensent que les partis pro et anti-austérité sont au coude-à-coude lors de ces nouvelles élections législatives qui pourraient déterminer l'avenir de la Grèce dans l'Union monétaire.

Nombre d'investisseurs craignent une victoire de la coalition de la gauche radicale grecque, emmenée par Alexis Tsipras et son parti Syriza, opposée au plan d'austérité imposé par les bailleurs de fonds du pays en échange de leur aide.

Le marché est animé par des rumeurs selon lesquelles en cas de victoire de la gauche anti-austérité, les grandes banques centrales mèneraient une action concertée pour injecter des liquidités dans les marchés financiers.

"Une mauvaise nouvelle se retournera en bonne nouvelle", a résumé M. Ilczyszyn.

En cas de victoire des partis pro-européens, il faut s'attendre à ce que le marché baisse "car la banque centrale européenne n'agira pas et une action de la Réserve fédérale américaine sera moins probable", a-t-il ajouté.

Pour nombre d'observateurs, l'éventualité d'une action de la Fed a été renforcée par les statistiques décevantes publiées vendredi aux Etats-Unis, a remarqué Andy Lipow, de Lipow Oil Associates. Notamment, l'activité de l'industrie manufacturière dans la région de New York a chuté en juin, à un niveau nettement inférieur aux attentes des analystes, et le plus bas depuis novembre.

"La poursuite des mauvaises statistiques économiques aux Etats-Unis s'ajoute (à la crise) européenne et au ralentissement en Chine", a commenté Matt Smith, de Summit Energy (Groupe Schneider Electric).

Par ailleurs, les courtiers ont continué à étudier les conclusions de la réunion à Vienne de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

Sans grande surprise, le plafond de 30 millions de barils par jour (mb/j) pour l'ensemble des 14 Etats membres a été conservé, bien que cette limite, fixée depuis six mois, soit peu respectée: en mai, l'offre de l'Opep se hissait à 31,86 mb/j, notamment gonflée par une nette hausse de la production en Arabie saoudite, en Irak et en Libye.

Abdallah el-Badri, secrétaire général de l'organisation, a demandé aux membres du cartel de "diminuer leur offre de 1,6 mb/j au total".

Les cours de l'or noir "sont maintenant entre les mains de l'Arabie Saoudite car le pays a réitéré son engagement à soutenir sa production et à maintenir les prix sous les 100 dollars le baril", a noté Andy Lipow.

Le cartel, en particulier Ryad, a en effet résisté aux pressions des deux "faucons", le Venezuela et l'Iran, soucieux d'abaisser la production pour relancer les prix à la hausse.

Les analystes de Barclays mettaient en garde toutefois contre une lecture "simpliste" opposant "faucons et colombes". En effet, ont-ils expliqué, les vues du Venezuela et de l'Iran "sont basées sur un haut degré de prudence et d'aversion pour le risque plutôt qu'une position seulement dogmatique et agressive en faveur de prix plus élevés".

rp



(AWP / 18.06.2012 06h21)



Commenter Le brut finit en hausse, le marché retient son souffle pour la Grèce

Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 22 février 2018 à 17:35

USA: baisse surprise des stocks de pétrole brut au 16/02

New York: Les stocks de pétrole brut ont reculé aux Etats-Unis la semaine dernière selon des chiffres publiés jeudi par l'Agence américaine...

jeudi 22 février 2018 à 16:29

Le pétrole remonte un peu, le marché hésite avant les stocks…

Londres: Les cours du pétrole remontaient jeudi en cours d'échanges européens dans un marché hésitant alors que les Etats-Unis publieront jeudi leurs...

jeudi 22 février 2018 à 12:47

Le pétrole recule légèrement avant les stocks américains

Londres: Les prix du pétrole reculaient un peu jeudi en cours d'échanges européens dans un marché prudent alors que les Etats-Unis publieront...

jeudi 22 février 2018 à 09:09

TechnipFMC voit son bénéfice plonger en 2017, pénalisé par d…

Paris: Le groupe de services pétroliers TechnipFMC a vu son bénéfice net plonger de 70% l'année dernière et a même accusé une...

jeudi 22 février 2018 à 06:02

Le pétrole orienté à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, jeudi en Asie, en dépit d'estimations faisant état d'une baisse des réserves...

mercredi 21 février 2018 à 21:54

Le pétrole finit en ordre dispersé, le dollar pèse

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole cotés à Londres et à New York ont terminé en ordre dispersé mercredi, la hausse...

mercredi 21 février 2018 à 21:18

CGG a achevé sa restructuration financière

Paris: Le groupe parapétrolier CGG a achevé son plan de restructuration financière, ramenant sa dette à 1,2 milliard de dollars, a-t-il annoncé...

mercredi 21 février 2018 à 16:14

Le pétrole baisse, lesté par le renforcement du dollar

Londres: Les cours du pétrole baissaient mercredi à l'approche de la fin des échanges européens, le renforcement du dollar effaçant les effets...

mercredi 21 février 2018 à 12:16

Le pétrole baisse en raison de la fermeté du dollar

Londres: Les prix du pétrole reculaient en cours d'échanges européens, plombés par la hausse du dollar et malgré des commentaires encourageants de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2017

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2017.

Lire la suite

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite

En octobre 2017, le prix du pétrole poursuit sa hausse

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,2 % après +5,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées diminuent (−1,1 % après −2,3 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En octobre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,2 % après +5,9 % en août), à 49 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu moins marquée (+3,8 % après +6,9 %), l'euro s'étant légèrement déprécié au cours du...

Lire la suite