Menu
RSS
A+ A A-

Le brut monte un peu, aidé par un accès de faiblesse du billet vert

prix-du-petrole Londres Londres : Les cours du pétrole montaient jeudi en fin d'échanges européens, aidés par un accès de faiblesse du dollar alimenté par des espoirs de voir la Réserve fédérale américaine (Fed) donner un nouveau coup de pouce à l'économie des Etats-Unis, le plus gros consommateur d'or noir au monde.

Vers 16H20 GMT (18H20 HEC), et pour son dernier jour de cotation, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet échangé sur l'IntercontinentalExchange (ICE) de Londres valait 97,20 dollars, en hausse de 7 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance gagnait 66 cents à 83,28 dollars.

Comme la veille, une nouvelle série d'indicateurs économiques américains décevants diffusée jeudi a alimenté les spéculations sur le fait que la première économie mondiale pourrait avoir besoin d'un nouveau coup de pouce de sa Banque centrale, notaient des analystes.

Les nouvelles inscriptions au chômage ont affiché une hausse début juin, selon des chiffres publiés jeudi, qui ont confirmé que la conjoncture sur le marché de l'emploi a cessé de s'améliorer.

En outre, les prix à la consommation ont baissé aux Etats-Unis en mai contre toute attente et pour la première fois en deux ans, aidés par une chute des coûts de l'énergie.

Les mesures de la Fed se traduisent habituellement par des injections de liquidités dans l'économie qui ont pour effet de diluer la valeur de la monnaie américaine, rendant ainsi plus attractifs les achats de brut, libellés en dollar, pour les investisseurs munis d'autres devises.

De plus, ces injections de fonds permettent également de stimuler les échanges et ainsi la demande des investisseurs pour des actifs jugés risqués, comme les matières premières.

Les gains des cours restaient tout de même limités alors que se tenait jeudi à Vienne une réunion à huis clos des 12 ministres des pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), au cours de laquelle ils devraient exprimer des vues divergentes sur le marché.

L'Arabie saoudite a en effet fortement augmenté son offre depuis décembre, mettant en avant les difficultés de l'économie mondiale et le fort repli de la production iranienne - tombée à son plus bas niveau depuis 20 ans en raison des sanctions internationales.

De leur côté, l'Iran et le Venezuela, les membres les plus conservateurs du cartel, accusent les pays du Golfe, et particulièrement l'Arabie saoudite, d'avoir déstabilisé le marché et exigent qu'ils réduisent leur offre.

Mais "toutes les tentatives visant à réduire la surproduction devraient être bloquées par l'Arabie saoudite et ses alliés, alors l'issue la plus probable est un statu quo", sur les quotas de production, fixés à 30 millions de barils par jour depuis décembre, prévenait-on chez Commerzbank.

Autre importante source de pression sur les cours, "l'ouragan (qui souffle sur la zone euro) se renforce", notait David Hufton, du cabinet PVM, au lendemain de l'abaissement de la note d'endettement à long terme de l'Espagne par l'agence d'évaluation financière Moody's.

De plus, les investisseurs restaient prudent avant le nouveau scrutin législatif en Grèce prévu dimanche.

Les investisseurs craignent une victoire aux élections législatives de la gauche radicale grecque, opposée aux plans d'austérité voulus par les bailleurs de fonds du pays en échange de leur aide.

Ils estiment qu'un refus de ces plans conduirait le pays à la faillite et l'obligerait à abandonner la monnaie unique européenne.

Une telle éventualité renforcerait les pressions qui pèsent sur l'économie de la zone euro, risquant de plomber lourdement la demande énergétique de la région, mais aussi la croissance économique mondiale.

cha



(AWP / 14.06.2012 18h54)


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 20 avril 2018 à 21:39

Le pétrole avance, les déclarations de l'Opep éclipsant cell…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont progressé vendredi, davantage influencés par les déclarations à l'occasion d'une réunion de l'Opep que...

vendredi 20 avril 2018 à 16:48

Ryad veut un pétrole plus cher, Donald Trump s'y oppose

Djeddah (arabie saoudite): Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh a estimé vendredi que le marché avait la capacité de supporter des...

vendredi 20 avril 2018 à 16:42

Le pétrole en berne, Trump voit les efforts de l'Opep d'un m…

Londres: Les cours du pétrole reculaient vendredi en cours d'échanges européens alors que le président américain Donald Trump a suscité de vives...

vendredi 20 avril 2018 à 14:18

Trump dénonce le cours "artificiellement" élevé du…

Washington: Le président américain Donald Trump s'en est pris vendredi aux membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), estimant que...

vendredi 20 avril 2018 à 13:39

Le marché peut absorber des prix du pétrole plus élevés (min…

Djeddah (arabie saoudite): Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh a estimé vendredi que le marché avait la capacité de supporter des...

vendredi 20 avril 2018 à 13:38

Le pétrole hésite, l'accord de l'Opep dans le viseur de Dona…

Londres: Les prix du pétrole hésitaient vendredi en cours d'échanges européens alors que l'Opep et ses partenaires tenaient une réunion de suivi...

vendredi 20 avril 2018 à 11:57

Pétrole: la Russie voit des bases solides pour prolonger l'a…

Djeddah (arabie saoudite): La Russie a affirmé qu'il y avait "des bases très solides" pour prolonger la coopération entre les membres de...

vendredi 20 avril 2018 à 06:23

Le pétrole recule en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient légèrement vendredi en Asie dans un marché volatil, en attendant une réunion de l'Opep dans un...

vendredi 20 avril 2018 à 06:03

Au-delà du pétrole: les majors en quête de diversification

Paris: Le rachat de Direct Energie par Total annoncé cette semaine illustre la volonté des groupes pétroliers de se diversifier face à...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En février 2018, le prix du pétrole diminue

Le mercredi 21 mars 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En février 2018, le prix du pétrole en euros se replie (−6,6 % après +4,1 % en janvier). Les prix en euros des autres matières premières importées augmentent légèrement (+0,3 % après +0,2 %). Le prix du pétrole diminue En février 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros diminue après sept mois de hausse (−6,6 % après +4,1 % en janvier), à 53 € en moyenne par baril. La baisse de février est un peu moins marquée en dollars (−5,4 % après +7,3 %). Cours du pétrole février 2018...

Lire la suite

Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2017

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2017.

Lire la suite

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite