Menu
RSS
A+ A A-

Le brut finit en baisse à New York, déçu par le patron de la Fed

prix-du-petrole (reprise de la veille)</p(reprise de la veille):

(reprise de la veille)


New York - Les cours du pétrole ont terminé en baisse à New York jeudi, dans un marché déçu par l'intervention du président de la Réserve fédérale Ben Bernanke qui n'a pas annoncé de nouvelle mesure d'assouplissement monétaire.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en juillet a cédé 20 cents par rapport à la clôture de mercredi à 84,82 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet a fini à 99,93 dollars sur l'IntercontinentalExchange (ICE), en baisse de 71 cents par rapport à la clôture de mercredi.

"Le marché des matières premières n'a pas accueilli positivement les commentaires" du patron de la Fed, a indiqué John Kilduff, d'Again Capital, tout en estimant que M. Bernanke "n'a rien dit".

S'exprimant devant un comité du Congrès, le président de la Fed s'est montré avare de détails sur les perspectives de politique monétaire de l'institution, tout en estimant que la croissance économique semblait "devoir continuer à un rythme modéré dans les trimestres à venir".

Ces commentaires ont douché les spéculations sur une intervention à court terme de la Fed par des injections de liquidités dans l'économie américaine, dont la reprise montre pourtant des signes de faiblesse.

Selon John Kilduff, "le fait qu'il n'évoque aucune mesure d'assouplissement monétaire a déçu et a entraîné un retournement de vapeur. Ce marché a besoin d'éléments positifs".

Le pétrole avait en effet ouvert en forte hausse, dopé par une baisse des taux d'intérêts en Chine.

Les investisseurs américains ont ainsi salué la décision de Pékin de baisser, à compter de vendredi, de 0,25 point de pourcentage les taux d'intérêt de référence sur les emprunts et les dépôts à un an. Les banques pourront en outre s'éloigner plus que par le passé de ce taux de référence.

Il s'agit de la première baisse des taux d'intérêt en Chine depuis 2008. Elle intervient avant la publication samedi des indicateurs économiques pour mai, ceux d'avril ayant mis en évidence un ralentissement plus fort que prévu de la production industrielle notamment.

"Cela a dopé le marché car la Chine est un gros consommateur de pétrole. Un meilleur taux signifie plus de consommation", a noté Phil Flynn, de Price Futures Group.

De manière générale, "à l'exception notable mais largement anticipée de la Chine, les principales banques centrales dans le monde (et notamment la Banque centrale européenne et la Fed) font preuve d'attentisme", a observé Julian Jessop, analyste du cabinet Capital Economics.

"Les politiques monétaires seront peut-être assouplies ailleurs dans le monde mais cela ne fera que limiter la dégringolade des actifs à risque, comme les matières premières, plutôt que de nourrir une véritable reprise économique", a assuré M. Jessop, pour qui les cours du brut devraient rester sous pression.

De fait, "le marché du pétrole est abondamment approvisionné", l'offre mondiale étant notamment dopée depuis plusieurs mois par un accroissement de la production saoudienne "alors que les inquiétudes pour la demande ne risquent pas de se dissiper dans un contexte macroéconomique morose", a renchéri Andrey Kryuchenkov, expert de VTB Capital.

Ainsi, l'Espagne, confrontée aux difficultés croissantes de son secteur bancaire, continue d'attiser les inquiétudes des investisseurs sur la zone euro.

Aux Etats-Unis, les chiffres mitigés publiés mercredi par le Département américain de l'Energie (DoE) n'ont pas contribué à rasséréner les opérateurs, faisant état d'une forte hausse des réserves d'essence et de produits distillés.

rp



(AWP / 08.06.2012 06h21)


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 25 mai 2018 à 21:37

Le pétrole chute, Ryad et Moscou semblent prêts à augmenter …

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont lourdement chuté vendredi à New York et Londres alors que l'Arabie saoudite et son...

vendredi 25 mai 2018 à 16:20

Le pétrole chute, Ryad juge une augmentation de la productio…

Londres: Les cours du pétrole perdaient près de deux dollars vendredi en cours d'échanges européens alors que l'Arabie saoudite et son allié...

vendredi 25 mai 2018 à 13:06

Ryad et Moscou envisagent une hausse de production de pétrol…

Saint-Pétersbourg: L'Arabie saoudite et la Russie, qui s'entendent depuis 2017 avec d'autres gros producteurs de pétrole pour limiter l'offre, ont jugé possible...

vendredi 25 mai 2018 à 12:24

Le pétrole baisse, Russie et Arabie saoudite discutent d'une…

Londres: Les prix du pétrole reculaient nettement vendredi en cours d'échanges européens alors que la Russie et l'Arabie saoudite envisagent désormais d'augmenter...

vendredi 25 mai 2018 à 06:22

Le pétrole continue de reculer en Asie

Singapour: Les cours du pétrole continuaient de baisser vendredi en Asie, du fait de la hausse des stocks de brut américain et...

jeudi 24 mai 2018 à 21:32

Le pétrole recule face à une possible remontée de la product…

NYC/Cours de clôture: Les cours du brut ont reculé jeudi alors que se raffermit l'hypothèse d'un assouplissement de l'accord forçant les membres...

jeudi 24 mai 2018 à 16:52

Réduction du prix du diesel: Petrobras chute de 10% en Bours…

Sao paulo: Les actions du Brésilien Petrobras chutaient jeudi matin de plus de 10% à la Bourse de Sao Paulo, au lendemain...

jeudi 24 mai 2018 à 16:13

Le pétrole accentue ses pertes avec l'aversion au risque des…

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors que les marchés délaissaient les actifs les plus risqués après...

jeudi 24 mai 2018 à 12:19

Le pétrole plombé par la hausse inattendue des réserves amér…

Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors que les marchés digéraient la hausse hebdomadaire inattendue des réserves...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite

Perspectives du prix du pétrole

Le mardi 24 avril 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le graphique montre les prix du pétrole brut (Brent et WTI) auxquels les acheteurs et les vendeurs du New York Mercantile Exchange ont convenu d'acheter ou de vendre du pétrole à un moment donné dans le futur. Ce sont les soi-disant contrats à terme et reflètent les attentes des participants au marché.

Lire la suite