Menu
A+ A A-

Le brut sous 100 dollars à Londres, au plus bas depuis février 2011

prix-du-petrole Londres Londres : Les cours du pétrole ont chuté vendredi sous le seuil de 100 dollars le baril à Londres, à leur plus bas niveau depuis 16 mois, ébranlés par des indicateurs manufacturiers moroses en Chine puis par une hausse inattendue et inquiétante du chômage aux Etats-Unis.

Vers 16H10 GMT (18H10 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 98,79 dollars à Londres, en baisse de 3,08 dollars par rapport à la clôture de la veille. Il a dégringolé jusqu'à 97,70 dollars vers 12H30 GMT, son plus bas niveau depuis le 8 février 2011.

De son côté, le baril de brut texan "light sweet crude" (WTI) lâchait 2,91 dollars à 83,62 dollars, après avoir glissé jusqu'à 82,56 dollars, un niveau plus vu depuis le 10 octobre.

Après avoir dégringolé de plus de 15% sur le mois de mai, "les cours du baril entament le mois de juin sur une note très sombre", a commenté Myrto Sokou, analyste du courtier Sucden.

"Un indicateur en berne en Chine a contribué à accentuer l'aversion des investisseurs pour les actifs jugés risqués (comme les Bourses ou les matières premières, ndlr), ravivant la crainte d'un sérieux ralentissement de la croissance économique mondiale", a-t-elle expliqué à l'AFP.

Ainsi, un indice PMI publié vendredi par un organisme proche du gouvernement chinois a enregistré en mai un recul bien plus prononcé qu'attendu, traduisant un fort ralentissement de l'activité manufacturière dans le pays --deuxième consommateur de brut de la planète.

"La dégringolade des cours s'est encore accentuée après le terrifiant rapport sur l'emploi aux Etats-Unis", premier pays consommateur de brut, a observé de son côté Fawad Razaqzada, analyste du courtier GFT Markets.

Le taux de chômage des Etats-Unis est ainsi remonté en mai pour la première fois en un an, alors que les embauches progressaient à leur rythme le plus faible en douze mois, et bien moins qu'attendu.

"Les investisseurs doivent désormais affronter le fait que la jolie histoire sur la reprise américaine, si populaire il y a encore un mois, ressemble de plus en plus à un conte de fées déconnecté de la réalité", a commenté M. Razaqzada.

"Les espoirs que les Etats-Unis viennent à la rescousse pour contrer le ralentissement économique en Chine et en Europe ont été sérieusement douchés" par les chiffres de l'emploi, a-t-il estimé.

Par ailleurs, "la zone euro reste un facteur évident de pression sur les cours, alors que s'avivent les peurs d'une nouvelle vague de contagion de la crise des dettes souveraines et que les responsables européens semblent paralysés", a ajouté Filip Petersson, analyste de la banque SEB.

L'Espagne concentre notamment l'attention des marchés depuis l'annonce de la nécessité d'un sauvetage public de Bankia, première prêteur du pays, pour 23,5 milliards d'euros au total, dont 19 milliards restent à trouver, et alors que les taux obligataires du pays s'envolent.

Dans ce contexte, le très net renchérissement du dollar (vu comme une valeur refuge) face à un euro sous pression tend à accélérer la baisse des cours du baril, rendant encore moins attractifs les achats de brut libellés dans la monnaie américaine pour les opérateurs munis d'autres devises.

"Mais le récent repli du marché n'aurait pas été aussi impressionnant si l'offre mondiale de pétrole n'était pas à ce point surabondante", notamment en provenance d'Arabie saoudite, a rappelé M. Petersson.

Signe de cet excédent de production, les réserves de brut aux Etats-Unis ont enregistré un nouveau bond de 2,2 millions la semaine dernière, atteignant leur plus haut niveau depuis fin juillet 1990, juste avant le déclenchement de la Guerre du Golfe.

fah



(AWP / 01.06.2012 18h42)


Commenter Le brut sous 100 dollars à Londres, au plus bas depuis février 2011


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 20 février 2019 à 21:40

    Le pétrole grimpe avec la perspective d'une baisse de l'offr…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont atteint un nouveau plus haut en trois mois mercredi au moment où l'offre mondiale...

    mercredi 20 février 2019 à 15:40

    TransCanada relance Keystone

    Oléoduc: TransCanada a redémarré une section de son oléoduc Keystone qui avait été fermée après une fuite d'environ 43 barils de brut...

    mercredi 20 février 2019 à 12:24

    Le pétrole recule, le risque d'une demande affaiblie persist…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens mais restaient à des niveaux élevés alors que l'affaiblissement de l'économie...

    mercredi 20 février 2019 à 04:38

    Le pétrole en légère hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse, mercredi en Asie, mais les gains étaient limités par les inquiétudes persistantes...

    mardi 19 février 2019 à 21:50

    Le pétrole finit en ordre dispersé, entre baisse de l'offre …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont divergé mardi à la réouverture du marché américain après un week-end prolongé, tout en...

    mardi 19 février 2019 à 15:41

    Les prix des carburants au plus haut depuis deux mois en Fra…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter dans leur ensemble la semaine dernière, dans le sillage des...

    mardi 19 février 2019 à 12:12

    Le pétrole diverge après des plus hauts en trois mois

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient mardi en cours d'échanges européens, mais restaient proches de leurs plus hauts depuis trois mois atteints...

    mardi 19 février 2019 à 04:28

    Le pétrole en ordre dispersé en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole divergeaient mardi en Asie alors que les investisseurs marquent une pause après les récentes hausse et un...

    lundi 18 février 2019 à 17:22

    Frets maritimes: les frets secs rebondissent, les pétroliers…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont remonté la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers de produits...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 19 février 2019 Le prix du pétrole Brent devrait se négocier entre 50 et 70 dollars le baril d'ici 2024, avec des prix "ancrés" autour de 60 dollars, selon un nouveau rapport de la Banque américaine Merrill Lynch..

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite