Menu
A+ A A-

Le brut tente de se reprendre, le dossier iranien focalise l'attention

prix-du-petrole Londres Londres : Les cours du pétrole tentaient de se reprendre jeudi en cours d'échanges européens, profitant d'achats à bon compte malgré le regain d'inquiétudes en zone euro, les investisseurs continuant par ailleurs de guetter les négociations en cours dans le dossier du nucléaire iranien.

Vers 10H15 GMT (12H15 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 105,76 dollars sur l'IntercontinentalExchange (ICE) de Londres, en hausse de 20 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Après avoir abandonné près de 3 dollars la veille, le Brent a glissé jeudi jusqu'à 105,03 dollars - un plus bas depuis le 20 décembre -, avant d'effacer ses pertes.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance gagnait 62 cents, à 90,52 dollars, estompant quelque peu sa chute de 2 dollars enregistrée mercredi.

Les cours du baril reprenaient donc un peu leur souffle, après avoir lourdement trébuché depuis le début de semaine, ébranlés par les inquiétudes persistantes d'une sortie de la Grèce de l'euro et freinés, du côté de l'offre, par la perspective d'avancées dans le dossier nucléaire iranien.

Après la dégringolade de mercredi, "les prix ont cessé de glisser (jeudi) parce que des investisseurs voient ce niveau bas comme une aubaine à l'achat", observait Victor Shum, analyste chez Purvin and Gertz.

Par ailleurs, la menace de perturbations de l'offre iranienne n'était pas totalement dissipée, notait-il.

Les investisseurs gardaient le regard tourné vers Bagdad, où l'Iran et les pays du groupe 5+1 (membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies : Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie, Chine et Allemagne) poursuivaient jeudi leurs négociations, reprises la veille.

Cependant, même en cas d'avancées vers un compromis lors de cette rencontre, "les observateurs plus pessimistes pourront dire que les discussions poursuivent leur cours, sans accord final ni suspension des sanctions internationales, et que l'Iran comme d'habitude cherche à gagner du temps", relevait Michael Wittner, analyste de la Société Générale.

Selon lui, "les sanctions contre l'Iran, notamment l'embargo sur le brut iranien décidé par l'Union européenne, ne devraient pas être levées non seulement jusqu'à ce qu'un accord définitif soit trouvé, mais aussi jusqu'à que l'Iran ait mis en place les mesures décidées, sous surveillance" internationale.

Ces sanctions internationales contre Téhéran, laissant redouter des perturbations dans l'offre mondiale de brut, ont fortement gonflé depuis le début de l'année la prime de risque sur les cours du baril.

La crise grecque restait l'autre point d'attention majeur pour la fixation des cours de l'or noir. Les dirigeants de l'UE, réunis mercredi soir, ont réaffirmé vouloir garder la Grèce au sein de la zone euro, mais restent divisés sur les mesures concrètes à prendre et l'éventualité d'une plus grande solidarité budgétaire.

Le repli concerté des marchés des matières premières ces derniers jours "conforte l'idée qu'une glissade prolongées pour certaines d'entre elles pourrait être imminente, même s'il est improbable que les prix du pétrole s'enfoncent de façon trop importante" car "la demande mondiale, bien que fortement ralentie, continue quand même de progresser", observait le cabinet viennois JBC Energy.

rp



(AWP / 24.05.2012 12h47)


Commenter Le brut tente de se reprendre, le dossier iranien focalise l'attention


    Le pétrole en Iran

    -Voir toutes les nouvelles du pétrole en Iran

    lundi 05 novembre 2018

    Sanctions américaines: Chine, Inde et Japon autorisés à ache…

    Washington: Les Etats-Unis ont autorisé huit pays, parmi lesquels la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud et l'Italie, à continuer...

    dimanche 04 novembre 2018

    Sanctions contre l'Iran: le marché pétrolier sur le qui-vive…

    Londres: Avec ses sanctions contre les importateurs de pétrole iranien, Washington pourrait faire basculer un marché à l'équilibre précaire et provoquer une...

    vendredi 02 novembre 2018

    Pétrole iranien : la Turquie parmi les pays bénéficiant d'un…

    Ankara: La Turquie fait partie des pays bénéficiant d'une dérogation des Etats-Unis lui permettant de continuer à importer du pétrole iranien en...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 14 novembre 2018 à 12:26

    Le pétrole en légère hausse, la surabondance de l'offre inqu…

    Londres: Les prix du pétrole remontaient légèrement mercredi en cours d'échanges européens mais les investisseurs se focalisaient sur le déséquilibre du marché...

    mercredi 14 novembre 2018 à 11:42

    Pétrole: l'AIE voit la progression des stocks d'un bon oeil …

    Paris: L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a confirmé mercredi ses prévisions de croissance de la demande de pétrole et jugé favorablement la...

    mercredi 14 novembre 2018 à 11:30

    Prix des carburants: hausse de taxe maintenue, mais des mesu…

    Paris: Elargissement du chèque énergie, super prime à la conversion pour les ménages modestes, le Premier ministre Edouard Philippe a dévoilé mercredi...

    mercredi 14 novembre 2018 à 04:30

    Le pétrole poursuit sa chute en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de dégringoler en Asie mercredi du fait des inquiétudes sur un trop plein d'offre sur le...

    mardi 13 novembre 2018 à 22:18

    L'Opep s'inquiète d'un pétrole trop abondant et fait déraper…

    Paris: L'Opep s'est inquiétée mardi d'une offre excédentaire de brut sur le marché, avec une demande plus faible que prévu, entraînant une...

    mardi 13 novembre 2018 à 21:50

    Venezuela: la production de pétrole poursuit sa chute en oct…

    Caracas: La production de brut au Venezuela a poursuivi sa chute en octobre, avec 1,17 million de barils par jour (mbj), soit...

    mardi 13 novembre 2018 à 21:15

    Le prix du baril de brut new-yorkais accuse sa pire chute de…

    NYC/Cours de clôture: Les prix des barils de pétrole brut cotés à New York et Londres ont plongé mardi à la clôture...

    mardi 13 novembre 2018 à 16:22

    Le pétrole baisse, inquiété par Trump et les prévisions de l…

    Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens alors que Donald Trump a demandé à l'Opep de ne pas...

    mardi 13 novembre 2018 à 14:12

    Le marché du pétrole trop dépendant du schiste américain, se…

    Londres: Le marché de l'or noir va être de plus en plus dépendant de la production de schiste des Etats-Unis, faute d'investissements...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Le Petro, nouvelle crypto-monnaie du Venezuela indexée sur le pétrole, a-t-il un futur ?

    Le lundi 15 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Connu depuis l’antiquité, le pétrole a soutenu, avec ses dérivés gaziers notamment, la révolution industrielle du 19e siècle pour s’imposer au milieu du 20e siècle comme la première source énergétique devant le charbon. La très grosse industrie des hydrocarbures sur laquelle reposent l’économie de pays entiers et des entreprises parmi les plus florissantes du monde est difficile de transformations.

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite