Menu
A+ A A-

Le brut hésite, reste sous la pression d'inquiétudes sur la zone euro

prix-du-petrole Londres Londres : Les cours du pétrole cherchaient une direction mercredi, effaçant quelques pertes à New York et se stabilisant à Londres, sur fond d'achat à bon compte, dans un marché restant tout de même pénalisé par les inquiétudes sur la demande énergétique mondiale et le billet vert renforcé.

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin s'échangeait à 112,79 dollars, en hausse de 6 cents par rapport à la clôture de mardi. La veille, le cours du Brent est tombé à 110,53 dollars, un plus bas depuis début janvier.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 45 cents, à 96,56 dollars, après être tombé à 95,17 dollars, un plus bas depuis fin décembre.

"En l'absence de facteurs purement pétroliers, les cours du brut sont livrés à la merci d'éléments macroéconomiques", qui ne "font qu'alarmer sur la zone euro, et à juste titre", commentait David Hufton, analyste chez PVM.

La situation en Grèce continuait ainsi de plomber le moral des opérateurs, alors que le pays était toujours mercredi sans gouvernement après la forte poussée des opposants à l'austérité lors des élections de dimanche.

Ces incertitudes politiques en Grèce renforcent les risques d'un défaut de paiement du pays sa dette, suivi d'une sortie de la zone euro, et voir l'ensemble de l'Union monétaire ébranlé par la crise grecque, ce qui pèserait sur la demande énergétique de la région.

Les investisseurs fuyaient ainsi toujours les investissements jugés les plus risqués, comme les matières premières, pour se réfugier auprès de valeurs sûres comme la devise américaine.

De plus, le renforcement du billet vert rend moins attractifs les achats de brut, libellé en dollar, pour les investisseurs munis d'autres devises.

En outre, les investisseurs digéraient les chiffres du rapport hebdomadaire du département américain de l'Energie (DoE) pour la semaine achevée le 4 mai.

Les réserves de brut ont augmenté plus que prévu, s'étoffant de 3,7 millions de barils (contre +2 millions attendus), une nouvelle hausse de nature à alimenter les inquiétudes sur la vigueur de la demande américaine, dans un contexte de reprise économique toujours terne, alors que les niveaux des stocks atteignent des niveaux records depuis plus de deux décennies.

Les réserves d'essence ont pour leur part reculé bien plus que prévu, baissant de 2,6 millions de barils contre 600'000 barils attendus, et celles de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage) de 3,3 millions de barils contre 100'000 barils.

rp



(AWP / 09.05.2012 18h31)


Commenter Le brut hésite, reste sous la pression d'inquiétudes sur la zone euro


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 21 février 2019 à 17:43

    USA: la production américaine de brut atteint un nouveau rec…

    New York: La production américaine de pétrole brut a atteint un nouveau record à 12 millions de barils par jour, et les...

    jeudi 21 février 2019 à 15:39

    OPEP+ respecte des coupes de production pétrolière à 83% en …

    OPEP: Un Comité technique qui surveille la mise en œuvre des coupes de production OPEP/non-OPEP a constaté que les alliés ont obtenu...

    jeudi 21 février 2019 à 12:31

    Le pétrole en légère hausse avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole montaient un peu jeudi en cours d'échanges européens avant la publication hebdomadaire des réserves américaines, dans un...

    mercredi 20 février 2019 à 21:40

    Le pétrole grimpe avec la perspective d'une baisse de l'offr…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont atteint un nouveau plus haut en trois mois mercredi au moment où l'offre mondiale...

    mercredi 20 février 2019 à 15:40

    TransCanada relance Keystone

    Oléoduc: TransCanada a redémarré une section de son oléoduc Keystone qui avait été fermée après une fuite d'environ 43 barils de brut...

    mercredi 20 février 2019 à 12:24

    Le pétrole recule, le risque d'une demande affaiblie persist…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens mais restaient à des niveaux élevés alors que l'affaiblissement de l'économie...

    mercredi 20 février 2019 à 04:38

    Le pétrole en légère hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse, mercredi en Asie, mais les gains étaient limités par les inquiétudes persistantes...

    mardi 19 février 2019 à 21:50

    Le pétrole finit en ordre dispersé, entre baisse de l'offre …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont divergé mardi à la réouverture du marché américain après un week-end prolongé, tout en...

    mardi 19 février 2019 à 15:41

    Les prix des carburants au plus haut depuis deux mois en Fra…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter dans leur ensemble la semaine dernière, dans le sillage des...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 19 février 2019 Le prix du pétrole Brent devrait se négocier entre 50 et 70 dollars le baril d'ici 2024, avec des prix "ancrés" autour de 60 dollars, selon un nouveau rapport de la Banque américaine Merrill Lynch..

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite