Menu
A+ A A-

Le brut progresse, dans un marché toujours dopé par l'Iran

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole regagnaient du terrain vendredi, au-lendemain d'une baisse alimentée par un indicateur décevant en Chine, le marché restant fortement soutenu par les tensions entre les pays occidentaux et l'Iran, et les craintes de perturbations de l'offre d'or noir.

Vers 11H15 GMT (12H15 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai, s'échangeait à 123,91 dollars, en hausse de 77 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance gagnait 39 cents à 105,74 dollars.

Les cours du baril reprenaient quelques couleurs. La veille, ils avaient perdu près de 2 dollars à New York et plus de 1 dollar à Londres, minés par l'annonce d'une nouvelle contraction de l'activité manufacturière en Chine, un signal inquiétant sur la vigueur économique du deuxième pays consommateur de brut.

"Les prix ont été sous pression jeudi, mais ils ne sont pas sortis de la fourchette étroite (de 122 à 126 dollars pour le Brent, ndlr) dans laquelle ils évoluent ces dernières semaines", tempérait Olivier Jakob, analyste de la société suisse Petromatrix.

"Il est difficile d'imaginer un mouvement de vente important et une baisse durable des cours, alors que le marché prend en compte le risque d'une escalade de la crise iranienne", et s'interroge sur la capacité de l'Arabie saoudite à remplacer, comme elle s'y est engagée, toute absence de brut iranien, ajoutait M. Jakob.

Selon l'Agence internationale de l'Energie (AIE), les exportations de pétrole iranien pourraient être réduites d'au moins un tiers à partir de mi-2012, en raison des sanctions internationales contre Téhéran, et en particulier de l'embargo pétrolier décidé en janvier par l'Union européenne (UE), qui devrait être complètement mis en place en juillet.

Par ailleurs, "les prix du brut ont été revigorés par des propos jeudi de l'Agence internationale de l'Energie (AIE)", institution représentant les pays industrialisés, "qui ne voit pour le moment aucune raison de recourir aux réserves stratégiques" de ses Etats-membres, rapportaient les analystes de Commerzbank.

"Puisqu'il n'y a actuellement aucune perturbation spécifique de l'offre (de pétrole), nous ne prévoyons aucune action coordonnée pour le moment", a souligné la directrice exécutive de l'AIE Maria van Hoeven, selon une déclaration rapportée par l'agence Dow Jones Newswires.

Jeudi, des commentaires du ministre français de l'Energie Eric Besson, selon qui la France réfléchissait à la possibilité de recourir aux réserves stratégiques pour mieux approvisionner les marchés pétroliers, avaient alimenté la pression sur les prix du baril.

Le marché du pétrole était par ailleurs soutenu par l'annonce jeudi d'une nouvelle baisse des inscriptions au chômage la semaine dernière aux Etats-Unis, principal consommateur mondial d'or noir.

Cependant, en dépit des récents indicateurs encourageants aux Etats-Unis, "les investisseurs s'inquiètent de plus en plus des risques de ralentissement de la demande mondiale de brut", face à des perspectives économiques ternes en Asie et dans la zone euro et en raison de la flambée des cours du baril, soulignait Andrey Kryuchenkov, analyste de VTB Capital.

"Fondamentalement, les prix restent dans les limbes", les opérateurs étant tiraillés entre ces craintes sur la demande et les risques de perturbations de l'offre de brut, en raison des tensions géopolitiques, résumait-il.

rp



(AWP / 23.03.2012 12h45)


Commenter Le brut progresse, dans un marché toujours dopé par l'Iran


    Le pétrole en Iran

    -Voir toutes les nouvelles du pétrole en Iran

    lundi 05 novembre 2018

    Sanctions américaines: Chine, Inde et Japon autorisés à ache…

    Washington: Les Etats-Unis ont autorisé huit pays, parmi lesquels la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud et l'Italie, à continuer...

    dimanche 04 novembre 2018

    Sanctions contre l'Iran: le marché pétrolier sur le qui-vive…

    Londres: Avec ses sanctions contre les importateurs de pétrole iranien, Washington pourrait faire basculer un marché à l'équilibre précaire et provoquer une...

    vendredi 02 novembre 2018

    Pétrole iranien : la Turquie parmi les pays bénéficiant d'un…

    Ankara: La Turquie fait partie des pays bénéficiant d'une dérogation des Etats-Unis lui permettant de continuer à importer du pétrole iranien en...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 13 novembre 2018 à 22:18

    L'Opep s'inquiète d'un pétrole trop abondant et fait déraper…

    Paris: L'Opep s'est inquiétée mardi d'une offre excédentaire de brut sur le marché, avec une demande plus faible que prévu, entraînant une...

    mardi 13 novembre 2018 à 21:50

    Venezuela: la production de pétrole poursuit sa chute en oct…

    Caracas: La production de brut au Venezuela a poursuivi sa chute en octobre, avec 1,17 million de barils par jour (mbj), soit...

    mardi 13 novembre 2018 à 21:15

    Le prix du baril de brut new-yorkais accuse sa pire chute de…

    NYC/Cours de clôture: Les prix des barils de pétrole brut cotés à New York et Londres ont plongé mardi à la clôture...

    mardi 13 novembre 2018 à 16:22

    Le pétrole baisse, inquiété par Trump et les prévisions de l…

    Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens alors que Donald Trump a demandé à l'Opep de ne pas...

    mardi 13 novembre 2018 à 14:12

    Le marché du pétrole trop dépendant du schiste américain, se…

    Londres: Le marché de l'or noir va être de plus en plus dépendant de la production de schiste des Etats-Unis, faute d'investissements...

    mardi 13 novembre 2018 à 12:23

    L'Opep revoit la demande de pétrole en baisse, s'inquiète d…

    Paris: L'Opep s'est inquiétée mardi d'une offre excédentaire de brut sur le marché, avec une demande plus faible que prévu, alors que...

    mardi 13 novembre 2018 à 12:20

    Le pétrole en nette baisse après des propos de Trump contre …

    Londres: Les prix du pétrole baissaient nettement mardi en cours d'échanges européens, après que Donald Trump a demandé la veille de ne...

    mardi 13 novembre 2018 à 12:02

    Pour le Foll, le "gouvernement doit reculer" sur l…

    Paris: Le maire du Mans Stéphane Le Foll (PS) a appelé le gouvernement à "reculer" sur la taxation des carburants et à...

    mardi 13 novembre 2018 à 09:24

    Au large de l'Angola, un espoir pétrolier nommé Kaombo

    Au large de l'angola: La longue torchère qui s'échappe de sa proue éclaire la nuit à des milles nautiques à la ronde.Depuis...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Le Petro, nouvelle crypto-monnaie du Venezuela indexée sur le pétrole, a-t-il un futur ?

    Le lundi 15 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Connu depuis l’antiquité, le pétrole a soutenu, avec ses dérivés gaziers notamment, la révolution industrielle du 19e siècle pour s’imposer au milieu du 20e siècle comme la première source énergétique devant le charbon. La très grosse industrie des hydrocarbures sur laquelle reposent l’économie de pays entiers et des entreprises parmi les plus florissantes du monde est difficile de transformations.

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite