Menu
A+ A A-

Le brut remonte, le marché digère les promesses de l'Arabie saoudite

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole montaient légèrement mercredi en cours d'échanges européens, dans un marché prudent, qui continuait de digérer l'engagement répété de l'Arabie saoudite à gonfler sa production de brut, mais qui restait inquiet des tensions géopolitiques au Moyen-Orient.

Vers 11H45 GMT (12H45 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai, s'échangeait à 124,35 dollars, en hausse de 23 cents par rapport à la clôture de mardi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mai, dont c'est le premier jour comme contrat de référence, avançait de 53 cents à 106,60 dollars.

Les cours du baril regagnaient un peu de terrain, après avoir perdu mardi près de 2,50 dollars à New York et plus de 1,50 dollar à Londres, dans un marché ébranlé notamment par l'engagement du gouvernement saoudien à gonfler fortement la production de brut du pays.

Après des déclarations du cabinet du Roi, déterminé à "ramener les prix du brut à des niveaux raisonnables", le ministre saoudien du Pétrole Ali al-Nouaïmi "a indiqué mardi que la capacité de production du pays était de 12,5 millions de barils par jour (mbj)", soulignait Andrey Kryuchenkov, analyste de VTB Capital.

Les précisions de M. al-Nouaïmi supposent donc que l'Arabie saoudite (premier pays exportateur mondial) est en mesure d'accroître rapidement son offre d'or noir de 25% par rapport à son niveau actuel de 10 mbj, afin d'éviter toute perturbation du marché mondial due aux sanctions internationales contre l'Iran.

"Visiblement le pays redoute un scénario où, comme en 2008, une flambée des prix du baril jusqu'à 150 dollars précipiterait l'économie mondiale dans la récession", ce qui ferait ensuite s'écrouler la demande de pétrole, estimaient les analystes de Commerzbank.

Cependant, dès mercredi les cours se ressaisissaient. En effet, "la réaction du marché a été modérée, car les opérateurs savaient déjà que l'Arabie saoudite avait nettement augmenté sa production ces derniers mois, à son niveau le plus élevé depuis près de 30 ans", poursuivait M. Kryuchenkov.

De leur côté, les Etats-Unis, soucieux de diminuer un peu les tensions sur le marché du pétrole, ont annoncé mardi avoir exempté 11 pays, dont la France, l'Allemagne et le Japon, des nouvelles sanctions financières visant les institutions contribuant à l'importation de pétrole iranien.

"Cela réduit une partie des incertitudes qui planent sur les perspectives des exportations pétrolières iraniennes, mais le principal problème reste le risque d'un net repli de l'offre de brut iranien une fois que l'embargo de l'Union européenne (UE), décidé en janvier, sera complètement mis en place en juillet", tempéraient les analystes du cabinet viennois JBC Energy.

Les cours du baril profitaient par ailleurs d'un rapport de la fédération professionnelle API, faisant état d'une chute inattendue de 1,4 million de barils des stocks de brut américains, lors de la semaine achevée le 16 mars, un signal encourageant sur la demande aux Etats-Unis, premier consommateur de brut.

Les opérateurs surveilleront mercredi le rapport officiel du Département américain de l'Energie (DoE).

Selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires, le DoE devrait faire au contraire état d'une hausse de 2,4 millions de barils des réserves de brut aux Etats-Unis la semaine dernière.

tt



(AWP / 21.03.2012 13h16)


Commenter Le brut remonte, le marché digère les promesses de l'Arabie saoudite


    Le pétrole en Arabie Saoudite

    - Toutes les actualités du pétrole en Arabie Saoudite

    jeudi 14 février 2019

    Total devient la première grande compagnie pétrolière à inve…

    Paris: Le groupe français Total est le premier grand groupe pétrolier international à investir sur le marché de la vente au détail...

    jeudi 24 janvier 2019

    Les États-Unis vont pomper plus de pétrole que la Russie et …

    Selon le rapport de Rystad, les États-Unis devraient produire plus de pétrole que la Russie et l'Arabie saoudite réunies d'ici 2025.

    jeudi 24 janvier 2019

    Arabie Saoudite: "Nous pomperons le dernier baril de pé…

    Ryad: L’Arabie saoudite n’achète pas le récit du pic de la demande maximale de pétrole. Le plus gros producteur de l’OPEP continue...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite