Menu
A+ A A-

Le brut se replie, refroidi par la hausse des stocks de brut américains

prix-du-petrole Londres Londres : Les cours du pétrole se repliaient mercredi en fin d'échanges européens, poursuivant le mouvement de correction entamé depuis lundi, dans un marché refroidi par une hausse plus forte qu'attendu des réserves de brut aux Etats-Unis et par un brusque renchérissement du dollar.

Vers 17H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril valait 121,25 dollars, en baisse de 30 cents par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 88 cents à 105,67 dollars.

Après avoir amorcé un rebond jusqu'en début d'échanges européens, les prix du baril ont effacé leurs gains et se sont enfoncés en territoire négatif, dans un marché ébranlé par le rapport hebdomadaire du Département américain de l'Energie (DoE).

Ce dernier a ainsi fait état d'une hausse de 4,2 millions de barils des stocks de brut américains lors de la semaine achevée le 24 février, soit plus de 5 fois supérieure aux attentes du marché, un bond de nature à renforcer les les craintes sur la demande énergétique des Etats-Unis.

Ces stocks avaient déjà bondi de 1,6 million de barils la semaine précédente. Les réserves de produits distillés ont en revanche reculé de 2,1 millions de barils, et ceux d'essence de 1,6 million de barils, une note positive qui n'a pas suffi à enrayer la dégringolade des cours.

En effet, "les prix du pétrole ont accéléré leur baisse au fur et à mesure d'un discours du président de la banque centrale américaine (Fed) Ben Bernanke" devant la Commission des services financiers de la Chambre des représentants, expliquait David Morrison, analyste du courtier GFT Markets.

M. Bernanke a mis en avant la récente amélioration du marché du travail et l'accroissement attendu de l'inflation en raison des prix du pétrole, "et n'a en conséquence donné aucun signal d'une reprise à court terme d'actions de soutien de la Fed à l'économie", soulignait M. Morrison.

Or, les précédentes injections de liquidités de la Fed dans l'économie avaient alimenté la hausse des matières premières et affaibli le dollar; les propos de M. Bernanke ont donc fait bondir le billet vert face à l'euro.

Le renforcement du dollar rendait moins attractifs les achats de pétrole libellés dans la monnaie américaine.

Par ailleurs, "si la Fed cesse d'approvisionner les marchés en liquidités, d'autres banques centrales dans le monde pourraient lui emboîter le pas, et on pourrait voir en conséquence reculer la demande pétrolière", a estimé M. Morrison.

Cependant, le retrait des prix devrait être momentané, car "il y a toujours sur le marché une nervosité persistante entretenue par les tensions dans le dossier iranien, et le marché reste hanté par des scénarios comme une frappe de l'Iran par Israël", estimait Peter Beutel, de Cameron Hanover.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a averti mardi que l'Iran serait en mesure de faire augmenter les prix du pétrole et "d'étouffer l'économie mondiale", s'il devenait une puissance nucléaire militaire.

De son côté, Téhéran menace d'interrompre immédiatement ses livraisons d'or noir à l'Europe, bien avant la mise en place en juillet de l'embargo de l'Union européenne, contribuant à exacerber les inquiétudes sur l'offre mondiale de brut.

sm



(AWP / 29.02.2012 18h34)


Commenter Le brut se replie, refroidi par la hausse des stocks de brut américains


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    mercredi 20 mars 2019 à 16:37

    Le pétrole monte après une chute brutale des stocks américai…

    Londres: Les cours du pétrole approchaient mercredi de leurs plus hauts en quatre mois en cours d'échanges européens après une baisse inattendue...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite