Menu
A+ A A-

Le brut finit stable à New York et se maintient à des sommets en 9 mois

prix-du-petrole (reprise de la veille)</p(reprise de la veille):

(reprise de la veille)


New York - Les cours du pétrole ont fini quasi-stables mercredi à New York, se maintenant à des sommets en neuf mois à la faveur des tensions toujours vives au Moyen-Orient qui faisaient craindre pour l'approvisionnement.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en avril, dont c'était le premier jour comme contrat de référence, a grignoté 3 cents par rapport à mardi sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), à 106,28 dollars.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour même échéance a clôturé à 122,90 dollars, en hausse de 1,24 dollar par rapport à la clôture de mardi.

Les prix ont grimpé de près de 10% depuis le début du mois à New York et les investisseurs ne semblent pas vouloir inverser tendance.

"Après la hausse d'hier qui avait été causée par l'accord sur la Grèce, les cours sont restés soutenus aujourd'hui par le refus de l'Iran de laisser l'AIEA visiter des installations (nucléaires)", a expliqué Phil Flynn, de PFG Best Research.

Le dossier nucléaire iranien a connu mercredi un nouveau développement alors qu'une visite à Téhéran d'une délégation de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), destinée à essayer de lever les doutes sur les objectifs iraniens, s'est achevée mardi dans une impasse.

Le chef de la délégation a expliqué n'avoir pas pu accéder à un site militaire controversé de Parchin ni "formaliser la suite" des discussions entre l'AIEA et l'Iran.

"Ce genre d'annonces peut constituer la base d'un regain d'inquiétudes sur le marché. En décidant d'interdire certaines zones (et d'interrompre les négociations), l'Iran est de plus en plus isolé", a commenté Peter Beutel, analyste de Cameron Hanover.

"Le marché se demande comment on va sortir de cette crise géopolitique, pour le moment il semble que ce soit impossible", a fait valoir M. Flynn.

D'autant que, emboîtant le pas des pays européens, "les raffineries japonaises sont en train de réduire leurs achats de brut iranien et la compagnie chinoise Sinopec a déjà réduit ses volumes importés d'Iran", ont rapporté les analystes de Barclays Capital.

La hausse a toutefois été limitée par une certaine incertitude entourant l'avenir de la Grèce -le marché se demandant si la cure d'austérité sera respectée et suffisante- mais aussi par des mauvais chiffres industriels chinois.

L'activité manufacturière s'est à nouveau contractée en février en Chine, selon un indice publié mercredi par la banque HSBC, qui estime que les risques pour la croissance économique du géant asiatique se sont renforcés.

"Ces informations à la baisse ont fourni un contrepoids aux craintes géopolitiques alimentées par l'Iran", a remarqué Matt Smith, de Summit Energy (groupe Schneider Electric).

Par ailleurs, les opérateurs attendaient les estimations hebdomadaires des stocks pétroliers américains par la fédération professionnelle API dans la soirée, avant les chiffres officiels du Département américain de l'Energie (DoE) jeudi. Les deux rapports ont été reportés d'un jour en raison d'une journée fériée lundi aux Etats-Unis.

Les analystes de Natixis ont indiqué s'attendre à une nouvelle hausse des réserves américaines. Mais avec les chiffres de l'activité industrielle et économique aux Etats-Unis qui "s'améliorent graduellement, il faut s'attendre à ce que les produits comme le diesel commencent à mieux s'écouler dans les semaines à venir".

rp



(AWP / 23.02.2012 06h21)


Commenter Le brut finit stable à New York et se maintient à des sommets en 9 mois


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 25 mars 2019 à 14:14

    Frets maritimes: les frets secs et les pétroliers sans direc…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches et les taux des pétroliers ont évolué dans des directions différentes la semaine...

    lundi 25 mars 2019 à 13:41

    Les prix des carburants montent encore à l'exception du gazo…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter la semaine dernière à l'exception du gazole, alors que le prix du pétrole...

    lundi 25 mars 2019 à 12:30

    Le pétrole creuse un peu ses pertes

    Londres: Les prix du pétrole reculaient encore un peu lundi en cours d'échanges européens après une baisse marquée en fin de semaine...

    lundi 25 mars 2019 à 05:48

    Le pétrole poursuit sa baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer lundi en Asie, les craintes de ralentissement de la croissance prenant les devants sur...

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 25 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 66,84 dollars à Londres, en baisse de 19 cents par rapport à la clôture de vendredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance cédait 44 cents à 58,60 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite