Menu
RSS
A+ A A-

L'Iran exacerbe les tensions sur l'offre de brut et dope les prix

prix-du-petrole Londres Londres : L'escalade des tensions dans le dossier iranien exacerbe les inquiétudes sur l'offre mondiale de pétrole, déjà perturbée par l'interruption de la production au Soudan du Sud, et continue de doper les prix du baril, au risque de freiner la reprise de la demande, estiment les experts.

La décision de Téhéran d'interrompre ses livraisons de brut au Royaume-Uni et à la France, même si celle-ci étaient déjà quasi-inexistantes, a fait l'effet d'un coup de semonce sur les marchés pétroliers.

Le Brent de la mer du Nord est monté lundi jusqu'à 121,15 dollars le baril à Londres, tandis que le cours du "light sweet crude" dépassait 105 dollars à New York, à leurs plus haut niveaux depuis mai 2011, en pleine guerre en Libye.

"L'annonce était très symbolique, mais on voit Téhéran prendre les devants et l'escalade des tensions géopolitiques inquiète le marché", a expliqué à l'AFP Harry Tchilinguirian, analyste de BNP Paribas, alors que l'éventualité de frappes israéliennes contre l'Iran accroît encore la nervosité du marché.

Dans l'immédiat, les investisseurs redoutent la perturbation des flux pétroliers.

Alors que l'embargo sur le brut iranien décidé en janvier par l'Union européenne (UE) doit être mis en place progressivement d'ici à juillet, les menaces de Téhéran obligent les pays les plus dépendants (la Grèce, l'Italie et l'Espagne) à accélérer leur recherche d'approvisionnements alternatifs.

L'UE achetait l'an dernier quelque 600'000 barils par jour à l'Iran, "et les investisseurs scrutent désormais l'Asie pour voir si le Japon et la Corée du Sud, autres clients majeurs de l'Iran, vont eux aussi arrêter leurs importations", a souligné M. Tchilinguirian.

De plus, selon le cabinet viennois JBC Energy, "plusieurs compagnies de tankers ont cessé de transporter du brut iranien (même pour des destinations non-européenne), inquiètes de la validité de leurs polices d'assurance, en raison des sanctions occidentales".

La Chine (2e pays consommateur de brut) et l'Inde devraient certes acheter davantage de pétrole à Téhéran, sans doute à prix cassé. Mais ces deux pays pourraient être tentés d'en profiter pour regarnir leurs réserves stratégiques, ce qui aboutira in fine à grossir leur consommation totale de pétrole.

Au final, l'offre pétrolière mondiale devrait donc se tendre singulièrement.

Le volume conjugué des importations de brut iranien par l'UE, le Japon et la Corée du sud représente environ 1,3 million de barils/jour (mb/j), "alors que les capacités de production non utilisées ne sont que de 3 mb/j dans le monde", concentrés dans les pays du Golfe, souligne Harry Tchilinguirian.

Or, si l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial et doté de capacités excédentaires de 2 mb/j, a assuré à l'Europe être en mesure de répondre à toute pénurie du brut iranien, elle doit déjà compenser une forte baisse de l'offre d'autres pays producteurs.

Ainsi, le Soudan du Sud a interrompu fin janvier sa production de 350'000 barils/jour en raison d'un différend avec le Soudan voisin, tandis que les violences en Syrie et au Yémen ont fait disparaître 380'000 barils/jour supplémentaires, selon Michael Wittner, analyste de la Société Générale.

"Ces perturbations de l'offre représentent déjà davantage que le pétrole iranien exporté vers l'UE, et tirent les prix vers le haut", a-t-il observé dans une note.

Or, au même moment, "une salve d'indicateurs économiques encourageants aux Etats-Unis et des développements positifs dans la zone euro" contribuent aussi à doper le marché, entretenant un regain d'optimisme sur les perspectives de la demande pétrolière mondiale, a ajouté M. Wittner.

Cependant, "la reprise économique reste fragile, et des prix du baril à 125 dollars ne sont absolument pas soutenables pendant une période prolongée sans répercussions négatives sur l'activité économique, et donc sur la demande de brut", a averti Harry Tchilinguirian.

rp



(AWP / 21.02.2012 18h30)



Commenter L'Iran exacerbe les tensions sur l'offre de brut et dope les prix

Le pétrole en Iran


dimanche 14 janvier 2018

Le pétrolier iranien en flammes au large de la Chine a coulé…

pékin: Un pétrolier iranien en feu a coulé huit jours après sa collision au large de la Chine, ont rapporté dimanche les...

jeudi 11 janvier 2018

Chine: le pétrolier toujours en feu, début de polémique en I…

Pékin: La Chine tentait toujours jeudi d'éteindre le feu à bord d'un pétrolier iranien au large de ses côtes, tandis qu'en Iran...

lundi 27 novembre 2017

L'Irak veut développer ses champs pétroliers près de l'Iran …

Bagdad: L'Irak a appelé lundi les compagnies étrangères à explorer et exploiter huit champs pétroliers et gaziers sur sa frontière avec l'Iran...


-Voir toutes les nouvelles du pétrole en Iran

Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 22 février 2018 à 12:47

Le pétrole recule légèrement avant les stocks américains

Londres: Les prix du pétrole reculaient un peu jeudi en cours d'échanges européens dans un marché prudent alors que les Etats-Unis publieront...

jeudi 22 février 2018 à 09:09

TechnipFMC voit son bénéfice plonger en 2017, pénalisé par d…

Paris: Le groupe de services pétroliers TechnipFMC a vu son bénéfice net plonger de 70% l'année dernière et a même accusé une...

jeudi 22 février 2018 à 06:02

Le pétrole orienté à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, jeudi en Asie, en dépit d'estimations faisant état d'une baisse des réserves...

mercredi 21 février 2018 à 21:54

Le pétrole finit en ordre dispersé, le dollar pèse

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole cotés à Londres et à New York ont terminé en ordre dispersé mercredi, la hausse...

mercredi 21 février 2018 à 21:18

CGG a achevé sa restructuration financière

Paris: Le groupe parapétrolier CGG a achevé son plan de restructuration financière, ramenant sa dette à 1,2 milliard de dollars, a-t-il annoncé...

mercredi 21 février 2018 à 16:14

Le pétrole baisse, lesté par le renforcement du dollar

Londres: Les cours du pétrole baissaient mercredi à l'approche de la fin des échanges européens, le renforcement du dollar effaçant les effets...

mercredi 21 février 2018 à 12:16

Le pétrole baisse en raison de la fermeté du dollar

Londres: Les prix du pétrole reculaient en cours d'échanges européens, plombés par la hausse du dollar et malgré des commentaires encourageants de...

mercredi 21 février 2018 à 09:30

Pétrole: la Norvège produit moins que prévu en janvier

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'ouest, a augmenté moins que prévu en janvier, selon des...

mercredi 21 février 2018 à 05:08

Le pétrole à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse mercredi en Asie, plombés par le renforcement du dollar et la hausse...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2017

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2017.

Lire la suite

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite

En octobre 2017, le prix du pétrole poursuit sa hausse

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,2 % après +5,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées diminuent (−1,1 % après −2,3 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En octobre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,2 % après +5,9 % en août), à 49 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu moins marquée (+3,8 % après +6,9 %), l'euro s'étant légèrement déprécié au cours du...

Lire la suite