Menu
RSS
A+ A A-

L'UE impose un embargo contre l'Iran (diplomate) (dév.)

prix-du-petrole Bruxelles Bruxelles : Les pays de l'Union européenne se sont mis d'accord lundi matin pour imposer un embargo pétrolier graduel contre l'Iran ainsi que pour sanctionner sa banque centrale afin d'assécher le financement de son programme nucléaire, ont indiqué à l'AFP des sources diplomatiques.

"Un accord de principe pour un embargo pétrolier contre l'Iran a été trouvé" lors d'une réunion des ambassadeurs des pays de l'UE à Bruxelles, selon une des sources. Il doit être formellement entériné à l'occasion d'une réunion des ministres européens des Affaires étrangères qui a débuté dans la matinée.

Le compromis trouvé prévoit une interdiction immédiate de tout nouveau contrat dans le secteur pétrolier avec l'Iran pour les pays européens. Une phase de transition est prévue pour l'annulation des contrats existants qui n'interviendra que le 1er juillet.

Des discussions intenses se sont déroulées entre Européens sur ce point jusqu'au dernier moment, en raison des réticences de la Grèce, très dépendante des approvisionnements iraniens. Athènes militait à l'origine pour obtenir un délai d'un an avant de couper les ponts.

Il est prévu que d'autres pays producteurs, dans le Golfe notamment, prennent le relais de l'Iran pour maintenir l'approvisionnement des pays européens dépendants.

L'Iran vend environ 20% de son pétrole aux pays de l'Union européenne. L'essentiel de ses ventes est réalisé en Asie. Les Européens et les Etats-Unis s'efforcent en parallèle de convaincre les pays asiatiques, comme l'Inde, de réduire leurs importations d'hydrocarbures iraniens.

L'objectif poursuivi par l'UE est d'intensifier la pression sur l'Iran afin qu'il accepte de revoir son programme nucléaire controversé, visant, de l'avis des Occidentaux, à doter le pays de la bombe atomique alors que Téhéran assure n'avoir que des visées civiles.

"Nous allons finaliser des sanctions qui se concentrent sur la banque centrale et les exportations pétrolières" de l'Iran, afin "de faire en sorte que l'Iran prenne au sérieux notre offre de revenir à la table des négociations" sur son programme nucléaire, a dit lundi matin à son arrivée à Bruxelles la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton.

Les sanctions concernant la banque centrale portent sur un gel de ses avoirs en Europe et une interdiction partielle de transactions avec l'institut monétaire.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, a parlé pour sa part d'"un paquet de sanctions sans précédent" contre Téhéran. "L'Iran continue à défier les résolutions du conseil de sécurité de l'ONU", s'est-il justifié, en qualifiant de "pas plausibles" les explications données par Téhéran pour ses programmes d'enrichissement d'uranium, purement civils selon l'Iran.

Il s'agit pour l'Europe d'exercer "une pression pacifique afin d'engager des négociations significatives" avec l'Iran, a-t-il dit.

Israël s'est félicité des sanctions de l'Union européenne. "Le durcissement de ces sanctions et le ton adopté par les Européens sont importants, car cela fait comprendre aux Iraniens qu'il n'est pas acceptable qu'ils poursuivent leur programme nucléaire", a affirmé à la radio militaire le ministre chargé des services de renseignements Dan Meridor.

"L'Iran doit comprendre qu'il y a une détermination à l'empêcher de parvenir au nucléaire militaire", a ajouté le ministre.

L'UE a déjà dans le passé décidé notamment un gel d'avoirs concernant 433 sociétés iraniennes et 113 personnes, des restrictions d'exportation de nombreux produits sensibles ou encore l'interdiction des investissements dans le secteur des hydrocarbures.

mm



(AWP / 23.01.2012 10h30)


Le pétrole en Iran


jeudi 17 mai 2018

Pétrole et gaz iraniens: la Chine aux aguets, face au retrai…

Pékin: La Chine, assoiffée d'hydrocarbures et premier partenaire commercial de Téhéran, pourrait ignorer les sanctions américaines et muscler ses investissements en Iran...

jeudi 26 avril 2018

L'Irak autorise l'exploration pétrolière près des frontières…

Bagdad: Le ministère irakien du Pétrole a accordé jeudi trois permis d'exploration pétrolière près de sa frontière avec l'Iran, pour la première...

mercredi 14 mars 2018

Iran: contrat avec une société russe pour développer deux ch…

Téhéran: L'Iran et la société russe Zarubezhneft ont signé mercredi à Téhéran un contrat de 742 millions de dollars pour augmenter la...


-Voir toutes les nouvelles du pétrole en Iran

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 25 mai 2018 à 21:37

Le pétrole chute, Ryad et Moscou semblent prêts à augmenter …

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont lourdement chuté vendredi à New York et Londres alors que l'Arabie saoudite et son...

vendredi 25 mai 2018 à 16:20

Le pétrole chute, Ryad juge une augmentation de la productio…

Londres: Les cours du pétrole perdaient près de deux dollars vendredi en cours d'échanges européens alors que l'Arabie saoudite et son allié...

vendredi 25 mai 2018 à 13:06

Ryad et Moscou envisagent une hausse de production de pétrol…

Saint-Pétersbourg: L'Arabie saoudite et la Russie, qui s'entendent depuis 2017 avec d'autres gros producteurs de pétrole pour limiter l'offre, ont jugé possible...

vendredi 25 mai 2018 à 12:24

Le pétrole baisse, Russie et Arabie saoudite discutent d'une…

Londres: Les prix du pétrole reculaient nettement vendredi en cours d'échanges européens alors que la Russie et l'Arabie saoudite envisagent désormais d'augmenter...

vendredi 25 mai 2018 à 06:22

Le pétrole continue de reculer en Asie

Singapour: Les cours du pétrole continuaient de baisser vendredi en Asie, du fait de la hausse des stocks de brut américain et...

jeudi 24 mai 2018 à 21:32

Le pétrole recule face à une possible remontée de la product…

NYC/Cours de clôture: Les cours du brut ont reculé jeudi alors que se raffermit l'hypothèse d'un assouplissement de l'accord forçant les membres...

jeudi 24 mai 2018 à 16:52

Réduction du prix du diesel: Petrobras chute de 10% en Bours…

Sao paulo: Les actions du Brésilien Petrobras chutaient jeudi matin de plus de 10% à la Bourse de Sao Paulo, au lendemain...

jeudi 24 mai 2018 à 16:13

Le pétrole accentue ses pertes avec l'aversion au risque des…

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors que les marchés délaissaient les actifs les plus risqués après...

jeudi 24 mai 2018 à 12:19

Le pétrole plombé par la hausse inattendue des réserves amér…

Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors que les marchés digéraient la hausse hebdomadaire inattendue des réserves...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite

Perspectives du prix du pétrole

Le mardi 24 avril 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le graphique montre les prix du pétrole brut (Brent et WTI) auxquels les acheteurs et les vendeurs du New York Mercantile Exchange ont convenu d'acheter ou de vendre du pétrole à un moment donné dans le futur. Ce sont les soi-disant contrats à terme et reflètent les attentes des participants au marché.

Lire la suite