Menu
RSS
A+ A A-

Le brut recule à New York, pénalisé par l'euro et les stocks américains

prix-du-petrole (reprise de la veille)</p(reprise de la veille):

(reprise de la veille)


New York - Les prix du pétrole ont fini en baisse jeudi à New York, pénalisés par la faiblesse de l'euro qui a atteint un niveau plus vu depuis 16 mois, ainsi que par une hausse inattendue des stocks aux Etats-Unis.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en février a terminé en baisse de 1,41 dollar à 101,81 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). Il était monté mercredi à son plus haut niveau depuis le 11 mai.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février a terminé à 112,74 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 96 cents par rapport à la clôture de mercredi.

"Les inquiétudes au sujet de l'Europe sont de retour", a résumé Matt Smith de Summit Energy (groupe Schneider Electric). "On voit déjà pour cette période de l'année de fortes tensions, entre les questions géopolitiques et la crise actuelle en zone euro".

"L'euro extrêmement faible a fortement pesé sur les cours, et on a eu en plus des stocks en hausse", a-t-il remarqué.

L'euro a atteint jeudi 1,2777 dollar, son plus bas niveau depuis le 13 septembre 2010.

Un euro en baisse entraîne un renchérissement du dollar, ce qui rend plus coûteux les achats de brut, libellés en monnaie américaine, pour les investisseurs munis d'autres devises.

Les analystes ont attribué le recul de la monnaie européenne à l'émission par la France de près de 8 milliards d'euros d'obligations. Si les taux d'emprunt à dix ans sont restés bas, la demande a été moins forte que lors des précédentes opérations du même type.

Aux Etats-Unis, le département américain de l'Energie a fait état d'une hausse des réserves de brut de 2,2 millions de baril lors de la semaine achevée le 30 décembre. Les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires tablaient plutôt sur une baisse de 900'000 barils.

"On peut expliquer cette hausse par le fait que comme c'était Noël, les gens ont moins pris leur véhicule. Il n'empêche, c'est encore une illustration du manque de demande soutenue aux Etats-Unis", a jugé M. Smith.

Pour Tom Bentz, de BNP Paribas "la faiblesse de l'euro, qui s'explique par l'émission obligataire française, a été atténuée par les bonnes statistiques américaines".

A la veille du rapport mensuel sur l'état du marché du travail aux Etats-Unis, deux indicateurs ont laissé présager une baisse importante du chômage dans la première économie de la planète.

Les entreprises privées américaines ont embauché massivement en décembre, créant 325'000 emplois de plus qu'elles n'en détruisaient, selon l'enquête mensuelle du cabinet de conseil en ressources humaines ADP publiée jeudi.

Et les nouvelles inscriptions au chômage ont nettement baissé aux Etats-Unis lors de la dernière semaine de 2011, à 372'000 demandes d'allocations déposées du 25 au 31 décembre, contre 387'000 la semaine précédente.

"La demande en essence est faible" mais "l'Union européenne va aller de l'avant avec un embargo sur le pétrole (iranien) alors que les Etats-Unis ont rendu plus difficiles la vente de pétrole (de la République islamique) avec des nouvelles sanctions bancaires", a par ailleurs fait remarquer Phil Flynn de PFG Best Research.

"Cela va limiter l'offre en Europe au moment où la demande vacille", et donc entraîner une hausse des prix, a-t-il estimé.

Le chef de la diplomatie française Alain Juppé a annoncé mercredi à Lisbonne que l'UE pourrait "adopter cette mesure d'embargo sur les exportations pétrolières de l'Iran" lors d'une réunion à Bruxelles le 30 janvier.

rp



(AWP / 06.01.2012 06h21)


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 20 avril 2018 à 21:39

Le pétrole avance, les déclarations de l'Opep éclipsant cell…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont progressé vendredi, davantage influencés par les déclarations à l'occasion d'une réunion de l'Opep que...

vendredi 20 avril 2018 à 16:48

Ryad veut un pétrole plus cher, Donald Trump s'y oppose

Djeddah (arabie saoudite): Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh a estimé vendredi que le marché avait la capacité de supporter des...

vendredi 20 avril 2018 à 16:42

Le pétrole en berne, Trump voit les efforts de l'Opep d'un m…

Londres: Les cours du pétrole reculaient vendredi en cours d'échanges européens alors que le président américain Donald Trump a suscité de vives...

vendredi 20 avril 2018 à 14:18

Trump dénonce le cours "artificiellement" élevé du…

Washington: Le président américain Donald Trump s'en est pris vendredi aux membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), estimant que...

vendredi 20 avril 2018 à 13:39

Le marché peut absorber des prix du pétrole plus élevés (min…

Djeddah (arabie saoudite): Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh a estimé vendredi que le marché avait la capacité de supporter des...

vendredi 20 avril 2018 à 13:38

Le pétrole hésite, l'accord de l'Opep dans le viseur de Dona…

Londres: Les prix du pétrole hésitaient vendredi en cours d'échanges européens alors que l'Opep et ses partenaires tenaient une réunion de suivi...

vendredi 20 avril 2018 à 11:57

Pétrole: la Russie voit des bases solides pour prolonger l'a…

Djeddah (arabie saoudite): La Russie a affirmé qu'il y avait "des bases très solides" pour prolonger la coopération entre les membres de...

vendredi 20 avril 2018 à 06:23

Le pétrole recule en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient légèrement vendredi en Asie dans un marché volatil, en attendant une réunion de l'Opep dans un...

vendredi 20 avril 2018 à 06:03

Au-delà du pétrole: les majors en quête de diversification

Paris: Le rachat de Direct Energie par Total annoncé cette semaine illustre la volonté des groupes pétroliers de se diversifier face à...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En février 2018, le prix du pétrole diminue

Le mercredi 21 mars 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En février 2018, le prix du pétrole en euros se replie (−6,6 % après +4,1 % en janvier). Les prix en euros des autres matières premières importées augmentent légèrement (+0,3 % après +0,2 %). Le prix du pétrole diminue En février 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros diminue après sept mois de hausse (−6,6 % après +4,1 % en janvier), à 53 € en moyenne par baril. La baisse de février est un peu moins marquée en dollars (−5,4 % après +7,3 %). Cours du pétrole février 2018...

Lire la suite

Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2017

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2017.

Lire la suite

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite