Menu
A+ A A-

Le brut recule, tiré par le bas par le regain de nervosité en zone euro

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole reculaient vendredi en cours d'échanges européens, succombant au regain de nervosité des investisseurs face à l'enlisement de la zone euro dans la crise des dettes souveraines, susceptible de faire de nouvelles victimes faute d'une solution durable.

Vers 11H30 GMT (12H30 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier s'échangeait à 107,03 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 75 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance se repliait de 29 cents à 95,88 dollars.

Jeudi, la place new-yorkaise était restée fermée à l'occasion des fêtes de Thanksgiving, ce qui avait réduit drastiquement les volumes d'échanges, et cette tendance devrait se poursuivre vendredi alors qu'"une grande partie des opérateurs américains devraient rester absents des marchés" pour profiter d'un week-end prolongé, commentait Olivier Jakob, analyste du cabinet suisse Petromatrix.

"Dans ce contexte, les mouvements des prix du pétrole restent modérés", tiraillés entre les craintes sur l'offre de brut au Moyen-Orient en raison des tensions géopolitiques croissantes sur l'Iran, et les inquiétudes sur l'économie nourries par la crise en zone euro, indiquait-il.

Les cours du baril pâtissaient ainsi de la défiance persistance des investisseurs pour les actifs jugés plus risqués, comme les matières premières, face à l'aggravation de la crise de la dette européenne, qui semble menacer de plus en plus le "noyau dur" de l'Union monétaire.

"Rien ne semble bouger en Europe: les dirigeants politiques multiplient les déclarations (encourageantes), mais la réalité les contredit", ce qui entretient la fébrilité des marchés, notait M. Jakob.

A l'issue d'une réunion avec les dirigeants français et italien, la chancelière allemande Angela Merkel a réitéré jeudi son scepticisme face à la création d'euro-obligations, qui se substitueraient partiellement aux obligations nationales, ainsi qu'à un rôle accru de la Banque centrale européenne (BCE).

Alors que la note AAA attribuée à la France par les trois grandes agences de notation financière semble "déjà compromise", "il est difficile de prédire ce qui arrivera ensuite", poursuivait M. Jakob, notant que les tensions sur le marché obligataire atteignaient désormais aussi l'Allemagne.

Les cours du pétroles étaient par ailleurs pénalisés par le net renforcement du dollar, monté vendredi à son plus haut niveau depuis début octobre face à un euro sous pression. Le renchérissement du dollar rend moins attractifs les achats de pétrole, libellés dans le monnaie américaine, pour les investisseurs détenant d'autres devises.

De plus, alors que la France a annoncé jeudi l'interruption de ses achats de pétrole à l'Iran, en proposant aux autres pays occidentaux de l'imiter, "les conséquences d'un embargo occidental sur le pétrole iranien pourraient être partiellement compensées" par le retour progressif de la production libyenne sur le marché, faisaient valoir les analystes de Commerzbank.

fah



(AWP / 25.11.2011 13h16)


Commenter Le brut recule, tiré par le bas par le regain de nervosité en zone euro


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 16 novembre 2018 à 21:52

    Le pétrole chute pour la sixième semaine de suite

    NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en ordre dispersé vendredi, n'empêchant toutefois pas une sixième chute hebdomadaire de suite...

    vendredi 16 novembre 2018 à 16:14

    Le pétrole monte sans effacer ses pertes sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens pour leur troisième séance d'affilée mais restaient en baisse sur la...

    vendredi 16 novembre 2018 à 14:45

    Bagdad et les Kurdes vont reprendre l'exportation en Turquie…

    Kirkouk (irak): Le gouvernement fédéral et le Kurdistan irakiens se sont mis d'accord pour reprendre l'exportation vers la Turquie du pétrole de...

    vendredi 16 novembre 2018 à 14:37

    Allemagne : les interdictions de diesel relèvent de l'"…

    Berlin: Les interdictions de circulation en Allemagne de véhicules diesel trop polluants, en particulier sur l'autoroute, relèvent de "l'autodestruction" de la prospérité...

    vendredi 16 novembre 2018 à 12:32

    Le pétrole monte encore mais reste en baisse sur la semaine

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens pour leur troisième séance d'affilée mais restaient en baisse sur la...

    vendredi 16 novembre 2018 à 12:26

    Niger: nouvelle découverte de pétrole à la frontière avec l…

    Niamey: Le Niger a confirmé jeudi soir la découverte par la société algérienne Sonatrach d'un nouveau bassin pétrolier à Kafra, à la...

    vendredi 16 novembre 2018 à 10:26

    "Gilets jaunes": une "manifestation de solida…

    Paris: La députée Delphine Batho, nouvelle présidente de Génération écologie, a considéré vendredi que manifester avec les "gilets jaunes" contre les taxes...

    vendredi 16 novembre 2018 à 04:58

    GNL: Total espère finaliser en 2019 un accord sur un projet …

    Port moresby: Total espère finaliser au début 2019 un accord pour le développement d'un projet de gaz naturel liquéfié (GNL) en Papouasie-Nouvelle-Guinée...

    vendredi 16 novembre 2018 à 04:40

    Le pétrole continue de monter en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole poursuivaient leur hausse en Asie vendredi après avoir dégringolé pendant un moment mais restaient sous pression du...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Carburants en France: des grognes récurrentes contre la hausse des prix

    Le jeudi 15 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Paris: La grogne contre la hausse des prix à la pompe n'est pas un phénomène nouveau: ces 20 dernières années la France a vécu plusieurs vagues de protestations contre le pétrole cher.

    Lire la suite

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite