Menu
RSS
A+ A A-

Le brut creuse ses pertes, craintes en zone euro reprennent le dessus

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole reculaient jeudi en fin d'échanges européens, alors que les inquiétudes sur la zone euro, avivées après une émission obligataire en Espagne, dominaient le marché à Londres comme à New York, qui effaçait d'ailleurs une grande partie de son envolée de la veille.

Vers 17H15 GMT (18H15 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier, dont c'est le deuxième jour comme contrat de référence, s'échangeait à 109,75 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 2,64 dollars par rapport à la clôture de mercredi.

Sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en décembre cédait 2,25 dollars à 100,34 dollars.

Le baril de brut avait bondi de 3,22 dollars mercredi, franchissant le seuil des 100 dollars pour la première fois depuis 5 mois. Il a grimpé jeudi vers 08H00 GMT jusqu'à 103,37 dollars, son plus haut niveau depuis le 1er juin, avant de battre en retraite.

Le marché new-yorkais avait bondi mercredi après que l'annonce par la société canadienne Enbridge qu'elle inverserait en 2012 le sens de circulation de son oléoduc Seaway, pour acheminer l'or noir depuis Cushing (Oklahoma, sud), principal terminal pétrolier du pays, vers les raffineries du golfe du Mexique.

L'engorgement de Cushing, dont les stocks ont atteint un niveau historique proche de la saturation, pèse depuis deux ans sur le cours du WTI new-yorkais, qui prend le brut texan, et notamment ces stocks, comme référence.

"Mais derrière l'euphorie (de mercredi), il faut rappeler que la construction d'autres oléoducs clefs est menacée", comme en témoigne le report du projet d'oléoduc Keystone qui devait permettre d'acheminer le brut canadien au sud des Etats-Unis sans passer par Cushing, tempérait Amrita Sen, analyste de Barclays Capital.

Selon elle, désengorger Cushing "nécessitera beaucoup plus de capacités d'oléoducs" à terme, l'inversion de l'oléoduc Seaway n'étant quant à elle pas prévue avant mi-2012.

Alors que les investisseurs abandonnaient leur enthousiasme de la veille, les inquiétudes sur la crise des dettes souveraines dans la zone euro reprenaient le dessus.

Pour Andrey Kryuchenkov, analyste de VTB Capital, "les marchés boursiers sont en berne, et les investisseurs se montrent plutôt attentistes", se détournant des actifs jugés risqués comme les matières premières, alors que s'avive les préoccupations sur l'Italie et de l'Espagne.

Témoin de la fébrilité accrue des opérateurs, l'Espagne a réalisé jeudi une émission obligataires 3,563 milliards d'euros d'obligations à dix ans, à un taux d'intérêt moyen record, proche du seuil symbolique des 7%, dans un climat de tension extrême sur les marchés.

Le marché digérait par ailleurs des indicateurs mitigés aux Etats-Unis: si la baisse des nouvelles inscriptions au chômage se confirme, le ralentissement de l'activité manufacturière dans la région de Philadelphie en octobre n'était pas pour rasséréner les opérateurs.

En outre, l'écart entre les deux bruts de référence, qui était monté jusqu'à plus de 26 dollars en septembre, continuait de se réduire jeudi autour de 8 dollars environ.

"La conjonction de la modification de l'oléoduc Seaway et l'amélioration de la demande pétrolière américaine (attendue en raison d'indicateurs économiques encourageants, ndlr) devraient être suffisants pour maintenir cet écart sous la barre des 10 dollars, avec une réduction progressive" en 2012, estimait Helen Henton, analyste de Standard Chartered.

rp



(AWP / 17.11.2011 18h46)


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 19 juin 2018 à 16:24

Les cours du pétrole sans direction avant l'Opep

Londres: Les prix du pétrole évoluaient sans direction en cours d'échanges européens mardi, à quelques jours d'un sommet de l'Organisation des pays...

mardi 19 juin 2018 à 06:22

Le pétrole recule en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient mardi en Asie, les spéculations sur une hausse ou non des quotas de production lors d'une...

mardi 19 juin 2018 à 06:06

Pétrole: qui sont les plus grands producteurs, les plus gran…

Londres: L'Opep et ses partenaires se réunissent vendredi et samedi pour des rencontres au résultat incertain, alors que l'union de 24 pays...

mardi 19 juin 2018 à 06:04

Les ministres de l'Opep arrivent à Vienne pour une réunion s…

Londres: Les ministres de l'Opep prennent la route de Vienne pour assister à des réunions qui s'annoncent tendues vendredi et samedi, où...

lundi 18 juin 2018 à 21:40

Le pétrole porté par de nouvelles spéculations sur l'Opep

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont rebondi lundi, portés par de nouvelles spéculations à quelques jours d'une réunion très surveillée...

lundi 18 juin 2018 à 17:16

Combats en Libye: pertes "catastrophiques" dans le…

Tripoli: La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a fait état lundi de "pertes catastrophiques" après la destruction de deux réservoirs dans...

lundi 18 juin 2018 à 16:57

La consommation de carburants baisse de 4,5% en mai (Ufip)

Paris: La consommation de carburants routiers en France a baissé de 4,5% en mai sur un an, avec une chute plus prononcée...

lundi 18 juin 2018 à 16:39

Le repli des prix des carburants se poursuit en France

Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-services françaises ont reculé de quelques fractions de centime la semaine dernière, poursuivant le...

lundi 18 juin 2018 à 16:31

Le pétrole monte, l'Opep prend le pas sur la guerre commerci…

Londres: Les cours du pétrole remontaient lundi en cours d'échanges européens à quelques jours d'une réunion de l'Opep et malgré les craintes...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite

Perspectives du prix du pétrole

Le mardi 24 avril 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le graphique montre les prix du pétrole brut (Brent et WTI) auxquels les acheteurs et les vendeurs du New York Mercantile Exchange ont convenu d'acheter ou de vendre du pétrole à un moment donné dans le futur. Ce sont les soi-disant contrats à terme et reflètent les attentes des participants au marché.

Lire la suite