Menu
RSS
A+ A A-

Le brut recule, New York reprend son souffle au lendemain d'une envolée

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens, pâtissant à Londres d'un regain d'inquiétudes sur la zone euro après une émission obligataire en Espagne, et reprenant leur souffle à New York après s'être envolés la veille au-dessus de 100 dollars le baril.

Vers 11H15 GMT (12H15 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier, dont c'est le deuxième jour comme contrat de référence, s'échangeait à 110,53 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,86 dollar par rapport à la clôture de mercredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en décembre cédait 23 cents à 102,36 dollars.

Le baril de brut avait bondi de 3,22 dollars mercredi, franchissant le seuil des 100 dollars pour la première fois depuis 5 mois. Il a grimpé jeudi jusqu'à 103,37 dollars vers 08H00 GMT, son plus haut niveau depuis le 1er juin, avant d'effacer ses gains sur un marché reprenant son souffle.

Il était monté jusqu'à 115 dollars début mai, porté par les conséquences des troubles dans les pays arabes.

Il restait cependant soutenu par son élan de la veille, "qui l'a vu bondir vigoureusement après l'annonce de l'inversion de la direction de l'oléoduc de Seaway aux Etats-Unis", rappelait Helen Henton, analyste de Standard Chartered.

La société canadienne Enbridge a indiqué qu'elle inverserait le sens dans lequel circule le brut dans son oléoduc Seaway: à partir du deuxième trimestre 2012, il acheminera l'or noir depuis Cushing (Oklahoma, sud), principal terminal pétrolier du pays, vers les raffineries de la côte du golfe du Mexique.

"C'est une décision très importante", car "cela permettra de libérer le brut qui s'accumulait à Cushing" faute d'infrastructures suffisantes pour l'en sortir, "et donc de désengorger le site", soulignait Mme Henton.

Les stocks de Cushing, grimpés cette année à des niveaux historiques proches de la saturation, pèsent depuis deux ans sur le cours du WTI new-yorkais, qui prend le brut texan, et notamment ces stocks, comme référence.

Plus sensible aux convulsions de la crise de la dette européenne, "le Brent échangé à Londres subit de lourdes pertes", ayant lâché plus de 4,50 dollars depuis le début de la semaine, tandis que le WTI new-yorkais engrangeait 4 dollars, remarquait Andrey Kryuchenkov, analyste de VTB Capital.

Pour lui, "les marchés boursiers sont en berne, et les investisseurs se montrent plutôt attentistes" sur le marché du pétrole londonien, "alors que les incertitudes macroéconomiques dans la zone euro restent toujours fortes" et que s'avive la préoccupation sur l'Italie et de l'Espagne.

Témoin de la vive fébrilité des opérateurs, l'Espagne a réalisé jeudi une émission obligataires 3,563 milliards d'euros d'obligations à dix ans, à un taux d'intérêt moyen record, proche du seuil symbolique des 7%, dans un climat de tension extrême sur les marchés.

"Le Brent souffre aussi de l'arbitrage des investisseurs sur les marchés du pétrole, le passage des 100 dollars le baril à New York les poussant à se tourner vers le WTI" au détriment du Brent londonien, expliquait M. Kryuchenkov.

L'écart entre les deux bruts de référence, qui était monté jusqu'à plus de 26 dollars en septembre, s'est sensiblement réduit au cours des dernières séances et n'était plus jeudi que de 8 dollars environ.

"La conjonction de la modification de l'oléoduc Seaway et l'amélioration de la demande pétrolière américaine (attendue en raison d'indicateurs économiques encourageants, ndlr) devraient être suffisants pour maintenir cet écart sous la barre des 10 dollars, avec une réduction progressive" en 2012, estimait Helen Henton.

fah



(AWP / 17.11.2011 13h16)



Commenter Le brut recule, New York reprend son souffle au lendemain d'une envolée

Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 21 février 2018 à 16:14

Le pétrole baisse, lesté par le renforcement du dollar

Londres: Les cours du pétrole baissaient mercredi à l'approche de la fin des échanges européens, le renforcement du dollar effaçant les effets...

mercredi 21 février 2018 à 12:16

Le pétrole baisse en raison de la fermeté du dollar

Londres: Les prix du pétrole reculaient en cours d'échanges européens, plombés par la hausse du dollar et malgré des commentaires encourageants de...

mercredi 21 février 2018 à 09:30

Pétrole: la Norvège produit moins que prévu en janvier

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'ouest, a augmenté moins que prévu en janvier, selon des...

mercredi 21 février 2018 à 05:08

Le pétrole à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse mercredi en Asie, plombés par le renforcement du dollar et la hausse...

mardi 20 février 2018 à 21:59

Le pétrole, scrutant toujours l'Opep, en ordre dispersé

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole coté à New York et à Londres ont terminé en ordre dispersé mardi dans un...

mardi 20 février 2018 à 18:44

Chevron a repris ses activités au Kurdistan irakien

New York: Le géant pétrolier américain Chevron a confirmé mardi avoir relancé ses opérations dans la région du Kurdistan irakien, après les...

mardi 20 février 2018 à 16:12

Le pétrole recule un peu dans un marché calme

Londres: Les cours du pétrole reculaient légèrement mardi en cours d'échanges européens dans un marché calme qui surveillait tout de même la...

mardi 20 février 2018 à 12:24

Le pétrole cherche une direction

Londres: Les prix du pétrole cherchaient une direction mardi en cours d'échanges européens, dans un marché encore sans grande volatilité au lendemain...

mardi 20 février 2018 à 09:23

Le pétrole en ordre dispersé en Asie

Singapour: Les cours du pétrole divergeaient mardi en Asie dans un marché troublé par les tensions au Moyen-Orient et les craintes de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite

En octobre 2017, le prix du pétrole poursuit sa hausse

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,2 % après +5,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées diminuent (−1,1 % après −2,3 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En octobre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,2 % après +5,9 % en août), à 49 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu moins marquée (+3,8 % après +6,9 %), l'euro s'étant légèrement déprécié au cours du...

Lire la suite

En novembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En novembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+9,0 % sur un mois, après +5,2 %). Les prix en euros des autres matières premières importées augmentent également (+1,0 % après −1,1 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En novembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros continue d'augmenter (+9,0 % après +5,2 % en août), à 53 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est comparable (+8,9 % après +3,8 %), le taux de change étant resté quasi...

Lire la suite