Menu
A+ A A-

Recul des prix, inquiétudes sur la zone euro et sur la demande mondiale

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole poursuivaient leur repli vendredi en fin d'échanges européens, pénalisés par le regain d'inquiétude sur la crise de la dette en zone euro et sur la solidité de la demande mondiale de brut, après des indicateurs mitigés en Chine et aux Etats-Unis.

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre s'échangeait à 103,12 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 83 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 1,49 dollar à 80,65 dollars.

Après avoir rebondi jeudi, les prix perdaient à nouveau du terrain. "La volatilité reste forte, des conditions macroéconomiques toujours aussi incertaines" et le regain d'optimisme des opérateurs sur la zone euro s'émousse, commentait Filip Petersson, analyste de la banque suédoise SEB.

Les prix avaient été soutenus jeudi par l'approbation au Parlement allemand du renforcement du Fonds de secours européen (FESF) aux pays en difficultés, destiné notamment à éviter une faillite de la Grèce.

Mais l'optimisme des investisseurs sur la gestion de la crise de la dette a été de courte durée. Nombre d'observateurs estiment que, même renforcé, le FESF reste insuffisant pour contenir la contagion de la crise grecque: un jugement qui a alimenté un repli des Bourses à l'unisson des marchés de matières premières.

"Les inquiétudes toujours vives sur les perspectives de la demande mondiale, sur fond d'indicateurs économiques moroses, n'encourageaient pas non plus à la prise de risques", ajoutait Michael Hewson, analyste du courtier CMC Markets.

Ainsi, l'activité manufacturière en Chine, deuxième pays consommateur de brut, s'est légèrement contractée en septembre, pour le troisième mois consécutif, selon un indice publié vendredi par la banque HSBC.

Aux Etats-Unis, les dépenses de consommation ont quant à elles nettement ralenti en août alors que les revenus des ménages baissaient pour la première fois depuis octobre 2009 - le plus fort repli mensuel du pouvoir d'achat des Américains depuis deux ans.

Dans ce contexte, deux statistiques américaines plus encourageantes (révision à la hausse de l'indice de confiance des consommateurs établi par l'université du Michigan et accélération de l'activité économique dans la région de Chicago en septembre) ne sont pas parvenues à rasséréner les opérateurs.

"Alors que la production s'accroît", stimulée par une augmentation de l'offre de l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) en raison du redémarrage de la production libyenne, "les signaux d'un ralentissement de la demande se multiplient", observaient les analystes de Commerzbank.

L'agence gouvernementale américaine d'information sur l'Energie (EIA) a ainsi révisé en baisse jeudi ses estimations de la demande américaine de brut en juillet: celle-ci a enregistré une baisse de 4% sur un an, son plus fort repli depuis octobre 2009.

La banque américaine Morgan Stanley n'a pas contribué à rassurer le marché, en abaissant ses prévisions de prix du baril de Brent, tablant sur un cours moyen de 100 dollars sur l'année 2012, contre 130 dollars auparavant, en raison de l'affaiblissement de la croissance mondiale.

ds



(AWP / 30.09.2011 18h46)


Commenter Recul des prix, inquiétudes sur la zone euro et sur la demande mondiale


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite