Menu
A+ A A-

Fin d’un cycle désuet de deux siècles

Fin d’un cycle désuet de deux sièclesConnu depuis l’antiquité, le pétrole a soutenu, avec ses dérivés gaziers notamment, la révolution industrielle du 19e siècle pour s’imposer au milieu du 20e siècle comme la première source énergétique devant le charbon. La très grosse industrie des hydrocarbures sur laquelle reposent l’économie de pays entiers et des entreprises parmi les plus florissantes du monde est difficile de transformations.

En effet, le secteur pétrolier peine, malgré son âge et les successives révolutions scientifiques et technologiques, à se moderniser. Radio, télévision, internet, toutes ces inventions ont souvent dépoussiéré les processus du trading d’hydrocarbure sans révolutionner pour autant le secteur.

Alistair Cross, directeur d'exploitation et chef des opérations à Mercuria Energy, une société pétrolière suisse ayant enregistré 104 milliards de dollars de revenus en 2017, déplore la rigidité du marché. « La façon dont nous effectuons les transferts de titres et l'exécution post-négociation est très lourde en termes de paperasserie, et la technique n’a pas évolué vraiment depuis bientôt deux siècles ».

De la paperasse aux registres décentralisés

Avec d’autres géants pétroliers tels que BP, Royal Dutch ou encore des banques telles que ING et Société Générale, Mercuria a choisi d’explorer les nouvelles fonctionnalités disruptives de la blockchain. Certains pays ont même choisi d’intégrer la crypto-monnaie à la gestion de l’or noir en vue de s’adapter aux changements en vue.

La blockchain, ou chaîne de blocs, désigne un registre à enregistrements sans possibilité de modifications et qui est déployé sur un réseau décentralisé, c’est-à-dire sans serveur central.
Réputée quasiment impossible à pirater, la blockchain est la technologie qui supporte le Bitcoin et les milliers d’autres crypto-monnaies qui sont nées à sa suite.

En tout domaine où il est utile de communiquer et tenir des registres de transactions ou de données, la blockchain offre plus de garanties d’intégrité des transactions, mais aussi une rapidité allant de la fraction de seconde, dans le cas de Ripple, à la dizaine de minutes comme pour le Bitcoin.

Dénommée Easy Trading, une expérimentation des entreprises susmentionnées et opérant dans le monde des hydrocarbures a été conduite avec succès en 2017. Des résultats de cette expérimentation, il ressort que les temps de vérification des transferts de titres passent de 3 heures à 25 minutes avec la disparition des potentielles erreurs humaines. Le pétrolier affrété pour les besoins de l’expérience a vu sa marchandise changer 3 fois de propriétaire avant d’échoir finalement à une entreprise chinoise.

Dans ce processus, le tracking de marchandise a une valeur cardinale. Ceci explique l’intérêt prononcé des sociétés pour des blockchains et crypto-monnaies supportant les objets connectés et capteurs.

IOTA, la blockchain des objets connectés et des énergies

IOTA logo on a computer screen with a ma (CC BY 2.0) by marcoverch

Le prix du IOTA, à l'instar des autres crypto-monnaies, a subi une sévère correction contrairement au marché du pétrole. Mais ne vous trompez pas, ce n'est pas parce que le market cap baisse que la technologie s'arrête d'évoluer.

IOTA est une blockchain qui a la particularité de faire transiter ses transactions par les objets connectés et de proposer des services sans frais. Très engagé écologiquement, IOTA se retrouve souvent au cœur des projets énergétiques tournés vers le futur. Avec la ville de Taipei par exemple, IOTA expérimente une rémunération avec des Airdrops, une analyse de la qualité de l’air, ainsi que la collecte d'informations visant à rémunérer les citoyens ayant de bonnes pratiques écologiques et à taxer ceux contrevenant aux règles de la cité.

Réputée infiniment évolutive, la blockchain IOTA a été adoptée par exemple par l’entreprise canadienne Kontrol Energy Corp. Se réclamant entreprise de smart-énergie, cette société a, pour la modique somme de dix millions de dollars, acquit une société de développement de solutions cryptographiques qui planche sur la création d’un jeton propre à l’entreprise, sur la blockchain IOTA.

La blockchain, un outil de stratégie économique de l’avenir

Tensions géopolitiques - Source: Pixabay

L’intérêt de l’adoption de la blockchain dans le secteur énergétique et surtout pétrolier « vise la réduction des risques et coûts opérationnels administratifs liés au négoce d'énergie physique, et l’amélioration de la fiabilité et l'efficacité des opérations de trading en aval. » C'est en tout cas ce que déclare Mercuria dans un communiqué. Voulant aussi profiter de la décentralisation de la blockchain et s’affranchir de la spéculation et des interventions des géants dans sa politique intérieure, le Venezuela a choisi en Mars dernier de lancer Petro, sa propre crypto-monnaie portée par les réserves de brut.

La question est désormais de savoir si tous les grands de l'industrie choisiront eux-aussi de s'orienter vers une crypto-monnaie (existante ou qui leur soit propre). En avril dernier, un responsable de BP indiquait à la Blockchain Expo que l’entreprise n’utilisait pas les blockchains publiques, encore que, rien de formel n’avait été décidé à ce propos.

Le consortium formé par Shell, BP, Mercuria, ING et autres géants promettent pour fin 2018 la mise en service de leur solution portée par la blockchain.



Commenter Fin d’un cycle désuet de deux siècles


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 24 mai 2019 à 21:37

    Le pétrole se redresse après sa pire séance de l'année

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse vendredi, se redressant après avoir subi la veille leur pire séance...

    vendredi 24 mai 2019 à 12:12

    Le pétrole rebondit sans effacer le plongeon de la veille

    Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi en cours d'échanges européens, le marché reprenant son souffle après avoir subi les plus fortes...

    vendredi 24 mai 2019 à 05:59

    Le pétrole se reprend un peu en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, vendredi en Asie, au lendemain de la pire séance de l'année, mais...

    jeudi 23 mai 2019 à 21:34

    Le baril de brut new-yorkais perd 5,7% au terme de sa pire s…

    Cours de clôture: Le prix du baril de pétrole new-yorkais a clôturé jeudi sa pire séance de l'année sur un plongeon de...

    jeudi 23 mai 2019 à 17:39

    Plus forte baisse de 2019 pour le pétrole sur fond de tensio…

    Londres: Les prix du pétrole fondaient jeudi, le Brent, référence internationale, perdant 4% et le WTI américain sombrant de 5% alors que...

    jeudi 23 mai 2019 à 16:56

    Le pétrole perd plus de 4%, les tensions commerciales s'accr…

    Londres: Les prix du pétrole fondaient jeudi, le Brent, référence internationale, perdant 4% et le WTI américain sombrant de 5% alors que...

    jeudi 23 mai 2019 à 12:13

    Le pétrole souffre de la hausse des stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors que les réserves américaines ont augmenté la semaine dernière et...

    mercredi 22 mai 2019 à 21:53

    Le pétrole chute avec le bond des stocks américains

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté mercredi dans le sillage d'un bond des stocks de brut et de produits...

    mercredi 22 mai 2019 à 17:26

    Hausse surprise des stocks de pétrole brut aux Etats-Unis

    New York: Les stocks de pétrole brut et ceux des produits raffinés ont enregistré une hausse surprise la semaine dernière aux Etats-Unis...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 23 mai 2019 Le prix du pétrole WTI, référence américaine, baissait fortement et est passé sous les 60 dollars le baril jeudi, à son plus bas depuis plus d'un mois et demi, plombé par les tensions commerciales et la hausse des réserves des Etats-Unis.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite