Menu
A+ A A-

Tensions géopolitiques : le pétrole profite d’une accalmie pour se refaire une santé

Tensions géopolitiques : le pétrole profite d’une accalmieDepuis le 14 août où il a enregistré son niveau le plus bas sur les deux derniers mois, il a été constaté une légère reprise du cours de l’or noir sur les différents marchés. En cause, l’apaisement des tensions entre Washington et Pékin, ainsi que la baisse des craintes au sujet des devises émergentes.

Reprise sur le marché

Profitant d’une bonne dynamique haussière au début de la semaine du 27 août, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre a clôturé la séance du mardi 28 août à 72,27$ (soit une hausse de 6 cents par rapport au résultat du lundi 27 août) sur l’Intercontinental Exchange de Londres. Idem sur le New York Mercantile Exchange. Pour son premier jour de cotation, le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour le contrat de septembre a clôturé à 66,79$ pour une hausse de 52 cents.

Alors même que le retrait américain de l’accord nucléaire iranien présageait de sérieux remous sur les différents marchés, l’heure est plutôt à la sérénité. Selon Gene McGillian de Tradition Energy, on assiste à une accalmie sur la plupart des marchés des devises émergentes. Le marché des devises a en effet connu des secousses qui ont élevé le niveau d’alerte chez les institutionnels.

Les prévisions les plus pessimistes annonçaient même de fortes variations au niveau des principales paires de devises et de leur cotation forex - le Forex étant le marché international de vente de devises. Par conséquent, des retombées sur le marché des matières premières, celui du pétrole notamment, pourraient se manifester.

La même chute de tension est également observée sur le front commercial USA-Chine. Fin août en effet, les deux partenaires ont repris les discussions au grand soulagement des investisseurs. Les craintes concernant une chute de la demande mondiale, et par conséquent d’une nouvelle plongée des cours, se sont un tant soit peu apaisées.

Embargo à l’horizon

Toutefois, le niveau d’alerte reste important. A en croire les analystes de Commerzbank, certains pays émergents, principaux influenceurs de la demande mondiale, ont dû faire face à quelques turbulences monétaires sur les dernières semaines. Une situation qui risque d’impacter négativement le pouvoir d’achat de ces derniers. Après la croissance des cours du baril de Brent et de WTI sur les derniers mois, une certaine stabilisation a été enregistrée récemment.

Mais les experts annoncent déjà de nouvelles secousses sur les marchés. Il s’agit notamment de la très probable baisse de l’offre iranienne suite aux sanctions de Washington à l’encontre de Téhéran. Bien que l’embargo américain sur les exportations de pétrole en provenance de l’Iran n’entre en vigueur que le 4 novembre, les effets s’en font déjà ressentir. Total, le géant français du pétrole, a déjà officiellement annoncé l’arrêt de ses activités en Iran. Pour l’heure, aucune exemption n’a été accordée par Washington aux importateurs du numéro 3 de l’OPEP.

Washington pour sauver la mise ?

Tensions géopolitiques - Source: Pixabay

Cependant, l’administration Trump s’apprête déjà à l’exécution de l’embargo sur le pétrole iranien. Les Etats-Unis vont vendre une portion de leur réserve stratégique en octobre et novembre afin de compenser le déficit de l’offre iranienne. En effet, selon une annonce du Département de l’Energie (DoE), le pays mettra en vente le 1er octobre ainsi que le 30 novembre 11 millions de barils provenant de sa réserve stratégique. Il s’agissait à l’origine d’une mesure prévue au budget 2015 et visait à alléger l’énorme réserve de 660 millions de barils. Mais selon Sukrit Vijayakar de Trifecta Consultants, les USA auraient opté pour ce calendrier afin de prévenir les effets de l’embargo.

La mesure pourrait en revanche ne pas être aussi efficace qu’elle le devrait. En effet, selon certaines informations, l’administration Trump aurait déjà prévu cette vente en prévision de la hausse des prix du carburant avant les élections de mi-mandat prévues pour début novembre. Par ailleurs, les 11 millions de barils annoncés ne représentent que 4 jours de l’offre iranienne.

Les délais poseraient également quelques problèmes d’ordre logistique et commercial. La livraison américaine a en effet été annoncée avec le délai le plus court légalement autorisé. Ainsi, selon Olivier Jakob de Petromatrix, il y a de fortes chances qu’elle interfère avec des commandes pour lesquelles les tankers sont déjà en mer.



Commenter Tensions géopolitiques : le pétrole profite d’une accalmie pour se refaire une santé


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 20 février 2019 à 21:40

    Le pétrole grimpe avec la perspective d'une baisse de l'offr…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont atteint un nouveau plus haut en trois mois mercredi au moment où l'offre mondiale...

    mercredi 20 février 2019 à 15:40

    TransCanada relance Keystone

    Oléoduc: TransCanada a redémarré une section de son oléoduc Keystone qui avait été fermée après une fuite d'environ 43 barils de brut...

    mercredi 20 février 2019 à 12:24

    Le pétrole recule, le risque d'une demande affaiblie persist…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens mais restaient à des niveaux élevés alors que l'affaiblissement de l'économie...

    mercredi 20 février 2019 à 04:38

    Le pétrole en légère hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse, mercredi en Asie, mais les gains étaient limités par les inquiétudes persistantes...

    mardi 19 février 2019 à 21:50

    Le pétrole finit en ordre dispersé, entre baisse de l'offre …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont divergé mardi à la réouverture du marché américain après un week-end prolongé, tout en...

    mardi 19 février 2019 à 15:41

    Les prix des carburants au plus haut depuis deux mois en Fra…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter dans leur ensemble la semaine dernière, dans le sillage des...

    mardi 19 février 2019 à 12:12

    Le pétrole diverge après des plus hauts en trois mois

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient mardi en cours d'échanges européens, mais restaient proches de leurs plus hauts depuis trois mois atteints...

    mardi 19 février 2019 à 04:28

    Le pétrole en ordre dispersé en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole divergeaient mardi en Asie alors que les investisseurs marquent une pause après les récentes hausse et un...

    lundi 18 février 2019 à 17:22

    Frets maritimes: les frets secs rebondissent, les pétroliers…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont remonté la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers de produits...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 19 février 2019 Le prix du pétrole Brent devrait se négocier entre 50 et 70 dollars le baril d'ici 2024, avec des prix "ancrés" autour de 60 dollars, selon un nouveau rapport de la Banque américaine Merrill Lynch..

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite