Menu
RSS
A+ A A-

Le brut poursuit son repli à Londres, le marché s'interroge sur la Libye

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole continuaient d'évoluer de façon contrastée lundi en fin d'échanges européens, en baisse à Londres mais progressant légèrement à New York, dans un marché agité par les spéculations sur une reprise des exportations libyennes de brut.

Vers 16H15 GMT (18H15 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre s'échangeait à 107,11 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,51 dollar par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en septembre, dont c'est le dernier jour de cotation, progressait de 15 cents, à 82,41 dollars.

Avec l'entrée victorieuse dimanche des forces rebelles dans Tripoli, "la Libye semble avoir entamé le dernier acte avant le renversement du régime du colonel Kadhafi. C'est un progrès très important après des mois d'enlisement du conflit", observait Andrey Kryuchenkov, analyste de VTB Capital.

Même si le succès des rebelles ravivaient les perspectives d'une reprise prochaine des exportations de brut du pays, la prudence restait de mise sur un marché hésitant.

"L'impact sur les cours du pétrole n'est pas énorme", et après avoir lâché plus de 3 dollars lors des échanges asiatiques, le prix du Brent a limité ses pertes, "à mesure que les opérateurs réalisaient que la production libyenne n'allait pas à nouveau inonder le marché du jour au lendemain", soulignait Neil Atkinson, analyste de la société financière Datamonitor.

La révolte contre le colonel Mouammar Kadhafi a provoqué depuis six mois une quasi-interruption des exportations de brut de la Libye, quatrième pays producteur d'Afrique, exacerbant les tensions sur le marché mondial et contribuant à pousser les cours du baril jusqu'à 127 dollars en avril à Londres.

Le Brent londonien est plus exposé à l'impact du conflit en Libye que le WTI new-yorkais: il reflète en effet plus particulièrement l'état des marchés pétroliers en Europe et en Asie, davantage dépendant des exportations libyennes que le marché américain.

La qualité du pétrole libyen, léger et pauvre en soufre, est très appréciée des raffineurs, mais le rend plus difficile à remplacer.

Malgré la chute attendue du régime libyen, "il est très improbable que le pays retrouve son niveau de production d'avant le conflit, à 1,6 million de barils par jour, d'ici à la fin de l'année", notait Andrey Kryuchenkov.

Outre les dommages subis par les infrastructures et les incertitudes sur la stabilité politique du pays, "il y aura d'importants problèmes de logistique à résoudre" pour mettre en place une nouvelle administration cohérente et efficace dans le secteur pétrolier, relevait M. Atkinson.

Si la Libye devrait concentrer cette semaine l'attention des opérateurs, ces derniers devraient aussi être affectés par la nervosité de l'ensemble des marchés financiers avant un discours très attendu du président de la Réserve fédérale américaine (Fed) Ben Bernanke vendredi, ajoutait M. Petersson.

Les investisseurs seront attentifs à tous commentaires de M. Bernanke sur la santé de l'économie des Etats-Unis, premier consommateur mondial de brut, alors que les marchés avaient été hantés la semaine dernière par le spectre d'un possible en retour en récession des Etats-Unis et de la zone euro.

rp



(AWP / 22.08.2011 18h35)


Commenter Le brut poursuit son repli à Londres, le marché s'interroge sur la Libye


Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 19 octobre 2017 à 09:09

Norvège: la production pétrolière recule en septembre

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'ouest, a sensiblement reculé en septembre à cause de travaux...

jeudi 19 octobre 2017 à 05:37

Le pétrole en petite baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient légèrement jeudi en Asie dans un marché peu rasséréné par l'annonce d'un recul des stocks de...

mercredi 18 octobre 2017 à 21:27

Le pétrole aidé par un repli des stocks de brut aux Etats-Un…

NYC/Cours de clôture: Les barils de pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé en légère hausse mercredi, soutenus par...

mercredi 18 octobre 2017 à 19:10

Carburants: hausse de la consommation française en septembre

Paris: Les livraisons de produits pétroliers en France ont augmenté de 4,1% en septembre par rapport à la même période en 2016...

mercredi 18 octobre 2017 à 18:51

Le russe Rosneft va payer jusqu'à 400 M USD au Kurdistan pou…

Moscou: Le géant semi-public russe du pétrole Rosneft a annoncé mercredi un accord avec les autorités du Kurdistan irakien à qui il...

mercredi 18 octobre 2017 à 17:56

Le pétrole se stabilise malgré la baisse des stocks américai…

Londres: Les cours du pétrole se stabilisaient mercredi en fin d'échanges européens, la confirmation officielle d'une forte baisse des réserves américaines de...

mercredi 18 octobre 2017 à 17:19

USA: baisse plus forte que prévu des stocks de brut au 13/10

New York: Les stocks de pétrole brut ont baissé plus fortement que prévu aux Etats-Unis le semaine dernière, tandis que les réserves...

mercredi 18 octobre 2017 à 16:24

Total confirme être intéressé par des champ pétroliers iraki…

Londres: La compagnie française Total est intéressée par les champs pétroliers irakiens de Majnoun et de Nassiriya, a confirmé mercredi à Londres...

mercredi 18 octobre 2017 à 15:19

Le pétrole new-yorkais monte avant le rapport sur les stocks…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait mercredi à l'ouverture, aidé par l'anticipation d'une baisse des...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite