Menu
RSS
A+ A A-

Les prix hésitent, dans un marché fébrile préoccupé par l'Europe

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole reprenaient leur souffle vendredi en cours d'échanges européens, évoluant en petite hausse à Londres mais se repliant à New York, dans un marché fébrile toujours hanté par l'aggravation de la crise des dettes souveraines dans la zone euro.

Vers 10H30 GMT (12H30 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre s'échangeait à 108,24 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 22 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Dans les échanges électroniques du New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 50 cents, à 85,22 dollars. L'écart entre les deux prix de référence se creusait ainsi à plus de 23 dollars, renouant avec les niveaux historiques enregistrés en juin.

"La reprise des prix du pétrole (amorcée jeudi) semble déjà terminée, et étant donné les perspectives économiques moroses des principaux pays consommateurs, il n'y a pas de raison d'être optimiste", soulignaient les analystes de Commerzbank.

"La croissance aux Etats-Unis a déjà sérieusement ralenti, la France a annoncé ce matin avoir enregistré une croissance nulle au deuxième trimestre, et les prêts ont été restreints davantage que prévu en Chine en juillet, ce qui va diminuer d'autant la consommation chinoise de brut", expliquaient-ils.

Après avoir terminé en nette hausse jeudi, pour la deuxième séance consécutive, à la faveur d'un rebond vigoureux des places boursières, les prix du pétrole peinaient vendredi à profiter de la bonne tenue des Bourses européennes.

Une légère appréciation du billet vert a par ailleurs pesé sur les cours jusqu'en début d'échanges européens, rendant moins attractifs les achats de brut libellés en dollars pour les investisseurs détenant d'autres devises.

"On a eu un marché extrêmement volatil cette semaine, et la nouvelle d'une croissance française stagnante n'a pas arrangé les choses", soulignait Bjarne Schieldrop, analyste de la banque SEB.

De fait, les inquiétudes sur la zone euro et la France en particulier, victime mercredi de rumeurs sur une possible dégradation de sa dette, continuaient d'agiter les opérateurs.

Annoncée jeudi soir, l'interdiction des ventes à découvert (mécanisme spéculatif complexe) sur les titres financiers en France, Belgique, Espagne et Italie ne rassurait pas les investisseurs: "d'habitude, ce genre de mesures ne restaure pas la confiance, et peut même aboutir à des mouvements de marché problématiques quand elles sont levées", notait Olivier Jakob, de Petromatrix.

Dans ce contexte, "face aux fortes incertitudes planant sur les marchés financiers, il ne faut pas s'attendre à ce qu'il y ait beaucoup d'acheteurs ce vendredi sur le pétrole", ajoutait M. Schieldrop, notant cependant que des indicateurs américains pourraient changer légèrement la donne.

Les opérateurs surveilleront ainsi les chiffres des ventes de détail aux Etats-Unis en juillet et le baromètre de confiance des consommateurs de l'Université du Michigan, tous deux publiés vendredi.

La récente chute des cours du pétrole, qui ont abandonné quelque 12 dollars depuis le 1er août, "devrait alimenter les spéculations sur une possible réunion d'urgence de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), une offre trop abondante pouvant conduire à faire baisser encore davantage les cours", concluait Commerzbank.

ft



(AWP / 12.08.2011 13h21)


Commenter Les prix hésitent, dans un marché fébrile préoccupé par l'Europe


Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 16 août 2017 à 18:14

Le pétrole recule, les stocks américains déçoivent

Londres: Les cours du pétrole baissaient un peu mercredi en fin d'échanges européens après des données sur les réserves américaines contrastées, avec...

mercredi 16 août 2017 à 16:55

USA: baisse bien plus marquée que prévu des stocks de brut

New York: Les stocks de pétrole brut ont enregistré une baisse bien plus marquée que prévu la semaine dernière aux Etats-Unis, selon...

mercredi 16 août 2017 à 16:01

Le pétrole monte légèrement à New York, optimisme sur les st…

New York: Les cours du pétrole montaient légèrement peu après l'ouverture mercredi à New York, aidés par l'optimisme du marché sur une...

mercredi 16 août 2017 à 15:46

Pétrochimie: Shell sort d'une coentreprise saoudienne pour 8…

Londres: Le géant pétrolier Royal Dutch Shell a annoncé mercredi avoir bouclé la vente des 50% qu'il possédait dans la coentreprise de...

mercredi 16 août 2017 à 12:17

Le pétrole monte, les réserves américaines auraient reculé

Londres: Les prix du pétrole étaient en hausse mercredi en cours d'échanges européens alors que les stocks américains de brut auraient diminué...

mercredi 16 août 2017 à 07:05

Le pétrole rebondit en Asie

Singapour: Les cours du pétrole rebondissaient mardi en Asie après des estimations favorables sur l'état des stocks américains mais les inquiétudes persistantes...

mardi 15 août 2017 à 21:27

Le pétrole stagne, attentisme avant les stocks aux USA

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé proche de l'équilibre mardi, les investisseurs se montrant prudents avant la publication des...

mardi 15 août 2017 à 18:09

Le pétrole recule devant un affaiblissement de la demande mo…

Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en fin d'échanges européens, la faiblesse de la demande mondiale et l'inquiétude d'une nouvelle augmentation...

mardi 15 août 2017 à 15:42

Le pétrole ouvre en baisse à New York, les craintes sur la L…

New York: Les cours pétroliers ont ouvert en baisse mardi à New York, poursuivant leur net recul de la veille au moment...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite