Menu
RSS
A+ A A-

Hésitation sur un marché prudent, malgré un fort rebond des Bourses

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole hésitaient jeudi en fin d'échanges européens, dans un marché fébrile tiraillé entre un vigoureux rebond des places boursières européennes et les inquiétudes toujours vives sur l'économie américaine et la crise des dettes en zone euro.

Vers 16H20 GMT (18H20 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre s'échangeait à 106,35 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 33 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance cédait 3 cents, à 82,86 dollars.

Les cours du baril perdaient du terrain, après avoir brièvement évolué en hausse à la faveur d'un net rebond des marchés boursiers.

Au terme d'une séance en dents de scie marquée par de violents soubresauts, les places boursières européennes ont toutes clôturé sur de fortes hausses au lendemain d'un mercredi noir, profitant notamment d'une baisse plus forte qu'attendu des inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis.

"Les marchés du pétrole continuent d'être dominés par les turbulences des Bourses, elles-mêmes en proie à une volatilité extrême", résumait Myrto Sokou, analyste du courtier britannique Sucden.

Dans ce contexte, les prix du brut oscillaient autour de l'équilibre mais "restaient au final relativement stables, suivant à la trace les fluctuations des indices boursiers et incapables de se choisir une direction déterminée", renchérissait Michael Hewson, analyste de CMC Markets.

Mercredi, les cours du pétrole avaient pourtant ignoré la déconfiture des Bourses pour bondir de plus de 4 dollars à Londres et de plus de 3,50 dollars à New York, après une diminution spectaculaire des stocks de brut aux Etats-Unis.

"Les échanges restent suspendus aux tensions macro-économique, avec une attention très réduite portée aux fondamentaux du marché pétrolier", avertissait cependant Andrey Kryuchenkov, analyste de VTB Capital, notant que les craintes se focalisaient sur la zone euro et la France, après des rumeurs sur une possible dégradation de sa note.

La santé de l'économie aux Etats-Unis continuait par ailleurs de préoccuper les opérateurs.

"La promesse de taux d'intérêt très bas pendant deux ans, faite mardi par la Réserve fédérale américaine (Fed), a l'air encourageante... mais si la Fed pense que la reprise économique est à ce point en danger qu'il faille prendre un tel engagement, alors ça a l'air très mauvais", soulignait David Hufton, du courtier PVM Oil Associates.

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a de son côté prévenu mercredi que si le PIB mondial devait progresser autour de 3% au lieu des 4% prévus pour 2011/2012, cela "diminuerait la demande mondiale de 300'000 barils par jour en 2011 et de 1,3 millions de barils par jour en 2012".

En revanche, la demande des marchés émergents devrait rester robuste. "La Chine, deuxième consommateur mondiale de pétrole, continue de se préparer à davantage d'interruptions de centrales électriques dans les mois qui viennent", ce qui laisse augurer une demande accrue de brut pour alimenter les générateurs, expliquait Myrto Sokou.

Pris dans la tourmente des marchés, les prix du pétrole avaient plongé violemment en début de semaine, le Brent tombant mardi à 98,74 dollars à Londres, son niveau le plus bas depuis le 8 février, tandis que le WTI descendait le même jour à 75,71 dollars, un plus bas depuis fin septembre 2010.

ds



(AWP / 11.08.2011 19h01)


Commenter Hésitation sur un marché prudent, malgré un fort rebond des Bourses


Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 25 septembre 2017 à 12:40

Le pétrole monte encore, l'Opep pourrait prolonger son accor…

Londres: Les prix du pétrole montaient lundi en cours d'échanges européens, les analystes se satisfaisant du ton optimiste adopté par des responsables...

lundi 25 septembre 2017 à 12:16

Kurdistan irakien: assécher les revenus du pétrole dépend de…

Bagdad: L'arrêt des transactions pétrolières avec le Kurdistan irakien, demandé par Bagdad comme mesure de rétorsion à la tenue lundi du référendum...

lundi 25 septembre 2017 à 10:32

L'Opep va discuter de la prolongation des réductions de prod…

Abou Dhabi (Emirats arabes unis): L'Opep discutera en novembre de la prolongation des réductions de production qui ont stimulé les prix et...

lundi 25 septembre 2017 à 05:23

Le pétrole à la hausse en Asie avant l'Opep

Singapour: Les cours du pétrole reculaient lundi en Asie après une réunion de l'Opep qui s'est terminée sans engagement tangible sur une...

dimanche 24 septembre 2017 à 20:50

Kurdistan: Bagdad demande aux pays de ne traiter qu'avec lui…

Bagdad: Le gouvernement irakien a demandé dimanche à tous les pays de ne traiter qu'avec lui pour les transactions pétrolières après la...

vendredi 22 septembre 2017 à 21:00

Sans surprise du côté de l'Opep, le pétrole termine en hauss…

NYC/Cours de clôture: Le prix du baril de pétrole coté à New York a légèrement progressé vendredi après une réunion de l'Organisation...

vendredi 22 septembre 2017 à 18:39

Exploration de pétrole en Guyane, Alexandre se félicite, les…

Paris: Le président de la collectivité territoriale de Guyane (CTG) Rodolphe Alexandre s'est félicité vendredi dans un communiqué de la prolongation jeudi...

vendredi 22 septembre 2017 à 18:05

Le pétrole tente de se reprendre, peu surpris par l'Opep

Londres: Les prix du pétrole tentaient timidement de relever la tête vendredi en fin d'échanges européens, après une réunion encourageante des pays...

vendredi 22 septembre 2017 à 16:44

Total: accord avec Chevron pour explorer dans le Golfe du Me…

Paris: Le groupe pétrolier et gazier français Total a annoncé vendredi avoir signé un accord avec l'américain Chevron pour explorer en eau...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite