Menu
RSS
A+ A A-

Pétrole : les baisses de l'Opep et de la Russie profitent aux Américains

prix du petrole vienneVienne: L'alliance entre l'Arabie Saoudite et la Russie pour contrôler le marché pétrolier est raffermie après l'accord sur le prolongement des baisses de production qui n'apaise cependant pas toutes les inquiétudes russes face aux ambitions des producteurs américains.
Vingt-quatre pays, représentant plus de la moitié de la production mondiale de brut, se sont engagés jeudi soir à maintenir jusque fin 2018 leur niveau d'extraction en dessous du potentiel de leurs industries.

C'est l'option soutenue par l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial, qui a été retenue: Ryad plaidait de longue date pour une prolongation de neuf mois de l'accord valable jusqu'en mars prochain.

"Quand il s'agit de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), l'Arabie saoudite obtient en général ce qu'elle veut", commentaient vendredi les analystes de Société Générale.

Alors que l'Etat saoudien est engagé dans une réforme en profondeur de son économie, un virage accentué ces derniers mois par l'ambitieux prince hériter Mohammed ben Salmane, des prix élevés du baril sont cruciaux pour alimenter les finances publiques.

L'Arabie Saoudite a réussi convaincre Moscou de rester engagé dans ce pacte de limitation inédit passé fin 2016, en dépit de l'impatience des entreprises pétrolières russes à vouloir profiter du rétablissement des prix du brut, qui évoluent à plus de 60 dollars depuis plusieurs mois.

"Ne pas respecter l'accord conduirait ces compagnies (russes, ndlr) à perdre des niches fiscales qui doivent être renouvelées en 2019", ont estimé les analystes de Barclays.

Et pour la Russie, poursuivent-ils, "les enjeux géopolitiques liés à un rapprochement avec l'OPEP et les principaux producteurs dépassent de loin le prix à payer par quelques compagnies pétrolières frustrées".

Le président russe Vladimir Poutine cherche ouvertement à développer la présence russe au Moyen-Orient dans une région marquée par la recomposition des équilibres de puissances et des alliances.

M. Poutine a reçu le roi Salmane d'Arabie saoudite à Moscou en octobre, et a signé avec lui d'importants accords militaires et économiques.

Manque de réalisme ?


Mais la réunion de jeudi à Vienne, où se trouve le siège de l'OPEP, "a été plutôt longue, ce qui indique que des inquiétudes ont pu être évoquées" entre les partenaires, ont noté les analystes de JBC Energy.

"Il faut admettre que la Russie est un pays différent de l'Arabie saoudite, avec une structure économique différente", a reconnu jeudi soir le ministre saoudien Khaled al-Faleh.

Parmi ces préoccupations, celle relative à l'appétit des pétroliers américains, encouragés par la hausse des cours, est de plus en plus en vive, particulièrement côté russe, soulignent les analystes.

Les entreprises d'une des trois plus grandes puissances pétrolières devraient profiter de la hausse des prix pour lever des fonds et exploiter les coûteux gisements de schiste des Etats-Unis.

"Les producteurs américains ont déjà bien profité de l'accord, et ils vont continuer de le faire en 2018", estiment les analystes de Barclays.

"Les données du gouvernement américain font état d'une hausse de 300.000 barils par jour de la production des Etats-Unis en septembre par rapport à août, soit une hausse de 900.000 barils par rapport à septembre 2016", ont-ils ajouté.

Selon eux, le ministre saoudien al-Faleh "semble mal comprendre de quoi sont capables les producteurs américains".

L'OPEP avait opté fin 2016 pour une baisse de la production afin d'enrayer la chute de l'or noir liée à la guerre que l'Arabie Saoudite avait menée contre le gaz de schiste et le pétrole de schiste américains entre 2015 et 2016.

Signe de l'inquiétude des participants à l'accord, une mention a été incluse dans le communiqué officiel sur la prochaine réunion des participants, en juin, qui sera l'occasion de rediscuter de la pertinence des quotas, si le besoin s'en fait sentir.

Contrairement à la dernière réunion de l'OPEP, au printemps, qui avait déçu les marchés et fait chuter les prix à leur plus bas de l'année, les cours sont restés stables depuis l'annonce du renouvellement du pacte, tant la décision était anticipée et la communication du cartel a été maîtrisée, a noté Bjarne Schieldrop, analyste chez SEB.


(c) AFP

Commenter Pétrole : les baisses de l'Opep et de la Russie profitent aux Américains


La Production de pétrole dans le monde


dimanche 10 décembre 2017

Pétrole: le Koweït s'attend à un rééquilibrage du marché à l…

Koweït: Le ministre koweïtien du pétrole Essam al-Marzouk a déclaré dimanche que le marché international du pétrole brut devrait se rééquilibrer au...

lundi 04 décembre 2017

Une hausse de la production de pétrole pourrait être abordée…

Ryad: Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh a suggéré lundi que les principaux pays producteurs de pétrole pourraient commencer en juin...

jeudi 30 novembre 2017

Pétrole: l'Opep prolonge ses quotas, malgré les tensions

Vienne: L'Opep et ses partenaires, dont la Russie, ont décidé jeudi de prolonger leurs quotas de production de pétrole jusqu'à fin 2018...

lundi 27 novembre 2017

Brésil: le champ de pétrole Libra entre en production (Total…

Paris: La production de pétrole a débuté sur le gisement géant de Libra, situé en eaux très profondes au large du Brésil...

mardi 21 novembre 2017

Norvège: production pétrolière plus faible que prévu en octo…

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'ouest, a augmenté en octobre, mais ressort en deçà des...

mardi 14 novembre 2017

Pétrole: l'AIE révise légèrement à la baisse l'augmentation …

Paris: L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a annoncé mardi qu'elle révisait légèrement à la baisse ses prévisions de croissance de la demande...

lundi 13 novembre 2017

L'Irak veut plus que doubler la production de pétrole à Kirk…

Kirkouk (irak): Le ministre irakien du Pétrole Jabbar al-Louaïbi a affirmé lundi vouloir plus que doubler la production de pétrole de Kirkouk...

lundi 13 novembre 2017

Pétrole: les signes d'un rééquilibrage se confirment (Opep)

Paris: Le marché pétrolier montre des "signes croissants" de "rééquilibrage", a jugé lundi l'Opep, qui a une nouvelle fois révisé ses prévisions...

lundi 13 novembre 2017

Pétrole: la durée de prolongation d'un accord Opep/non-Opep…

Abou Dhabi (Emirats arabes unis): Les pays producteurs de pétrole devraient prolonger à l'unanimité fin novembre un accord de réduction de la...


-Voir toutes les actualités de la production de pétrole

Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 13 décembre 2017 à 17:08

USA: baisse plus forte que prévu des stocks de pétrole brut …

New York: Les stocks de pétrole brut ont reculé plus fortement que prévu aux Etats-Unis la semaine dernière, selon des chiffres publiés...

mercredi 13 décembre 2017 à 16:29

Eni conclut la cession à ExxonMobil de 25% d'un gisement au …

milan: Le géant italien Eni a annoncé jeudi avoir conclu la cession à la major américaine ExxonMobil d'une participation de 25% dans...

mercredi 13 décembre 2017 à 15:31

Le pétrole ouvre en hausse à New York avant le rapport sur l…

New York: Le pétrole new-yorkais montait à l'ouverture mercredi, soutenu par un rapport de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) faisant...

mercredi 13 décembre 2017 à 13:26

L'Opep anticipe un marché équilibré d'ici à la fin 2018

Paris: L'Opep a estimé lundi que le marché du pétrole devrait avoir trouvé son point d'équilibre d'ici à la fin 2018, une...

mercredi 13 décembre 2017 à 12:57

Le pétrole recule sur des prises de bénéfices après la ferme…

Londres: Les cours du pétrole baissaient mardi en fin d'échanges européens après trois séances de hausse dues en grande partie à une...

mercredi 13 décembre 2017 à 06:14

Le pétrole rebondit en Asie

Singapour: Le pétrole rebondissait mercredi en Asie après avoir dégringolé, les marchés étant rassurés par des estimations positives sur l'état des stocks...

mardi 12 décembre 2017 à 20:57

Le pétrole termine en baisse à New York avant le rapport sur…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole, après être nettement montés dans le sillage de la fermeture d'un oléoduc important en mer...

mardi 12 décembre 2017 à 18:19

Le pétrole recule sur des prises de bénéfices après la ferme…

Londres: Les cours du pétrole baissaient mardi en fin d'échanges européens après trois séances de hausse dues en grande partie à une...

mardi 12 décembre 2017 à 15:21

Le pétrole porté à l'ouverture à New York par un problème en…

New York: Le pétrole new-yorkais progressait à l'ouverture mardi, encore soutenu par la fermeture d'un important oléoduc en mer du Nord de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite