Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole enregistre une nouvelle séance attentiste

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont fini proches de l'équilibre mardi, poursuivant une période hésitante face aux incertitudes sur les perspectives d'offre au sein de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) comme des Etats-Unis.
Le prix du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a cédé 6 cents à 53,14 dollars sur le contrat pour livraison en avril au New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord a perdu 9 cents à 55,92 dollars sur le contrat pour livraison en mai à l'Intercontinental Exchange (ICE).

"Beaucoup de choses ont donné à réfléchir aujourd'hui... Mais rien qui n'ait un effet sur les cours", a résumé Matt Smith, de ClipperData.

D'abord, le marché pétrolier, qui reste coincé à une grosse cinquantaine de dollars depuis la fin 2016, assimile le premier d'une série de trois rapports mensuels de grands organismes, celui du département américain de l'Energie (DoE).

Avant l'Agence internationale de l'Energie (AIE) et l'OPEP la semaine prochaine, le DoE a donné un tableau de l'état du marché et ses perspectives à moyen terme.

"Ce qui est intéressant, c'est qu'il a relevé ses prévisions de production pour cette année et la suivante", a priori une mauvaise nouvelle pour les cours, a commenté M. Smith. "Intéressant, certes... Mais pas de quoi faire bouger le marché aujourd'hui".

Les perspectives générales de production sont incertaines pour le marché car, d'un côté, l'OPEP et d'autres pays participent à des accords de baisses de l'offre mais, de l'autre, les compagnies américaines semblent en profiter pour faire repartir leur activité.

Au sujet de l'offre américaine, "les chiffres de demain sur les stocks devraient un peu animer le marché", a jugé M. Smith.

Selon la prévision médiane des analystes sondés par l'agence Bloomberg, le DoE devrait annoncer une hausse des réserves américaines de brut, de 1,4 million de barils lors de la semaine close le 3 mars, qui atteindrait ainsi un nouveau record.

Mais, parallèlement, "les marchés pétroliers (...) espèrent qu'un déclin des stocks de produits fasse plus que compenser la hausse attendue des réserves de brut", a écrit Tim Evans, de Citi.

De fait, selon les analystes interrogés par Bloomberg, les réserves d'essence devraient avoir baissé de 2 millions de barils et celles de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage) d'un million de barils.


Contradictions


Autre sujet d'intérêt, "un forum continue à se dérouler à Houston (Texas), avec des déclarations du ministre saoudien du Pétrole", a rapporté M. Smith.

Reste que le ministre, Khalid al-Falih, n'a, là non plus, guère donné de direction au marché en s'abstenant de se prononcer en faveur d'une extension des accords de baisses de production, qui ne courent pour le moment que sur le premier semestre 2017.

Or les observateurs s'accordent à souligner que c'est avant tout grâce aux efforts de l'Arabie saoudite, membre dominant de l'OPEP, que le cartel réussit actuellement à quasiment respecter ses quotas de production.

Par contraste avec son homologue saoudien, le ministre irakien du Pétrole s'est lui prononcé pour une prolongation des accords, à l'occasion du même forum... Mais l'Irak est, lui, bien loin de respecter pleinement ces pactes.

"L'Irak n'a pour le moment appliqué que la moitié des réductions auxquelles il s'est engagé", ont écrit les experts de Commerzbank, citant des chiffres d'agences indépendantes et y voyant une "contradiction manifeste" entre les propos et les actes de Bagdad.

Parmi les autres freins au marché, certains observateurs citent enfin le renforcement persistant du dollar, mauvais pour les cours puisque les échanges pétroliers sont libellés en monnaie américaine et deviennent donc plus coûteux.

En fin de compte, "on attend toujours un moteur qui sortirait le marché de sa fourchette actuelle", a conclu Gene McGillian, de Tradition Energy.

(c) AFP

Commenter Le pétrole enregistre une nouvelle séance attentiste


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 15 décembre 2017 à 21:04

Le pétrole termine en ordre dispersé après un indicateur amé…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole new-yorkais et londoniens ont terminé en ordre dispersé vendredi, après le recul du nombre hebdomadaire...

vendredi 15 décembre 2017 à 18:18

Le pétrole hésite, entre surproduction et perturbations en m…

Londres: Les cours du pétrole divergaient vendredi en fin d'échanges européens après une semaine volatile, alors que les baisses de production causées...

vendredi 15 décembre 2017 à 15:29

Le pétrole avance à l'ouverture, l'oeil rivé sur la mer du N…

New York: Le prix du pétrole new-yorkais progressait à l'ouverture vendredi, les craintes autour de la fermeture d'un oléoduc en mer du...

vendredi 15 décembre 2017 à 12:14

Le pétrole monte un peu, la production de mer du Nord reste …

Londres: Les prix du pétrole avançaient légèrement vendredi en cours d'échanges européens, les marchés hésitant entre perturbation de la production à court...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:09

Pétrole: le Canadien Cenovus supprime jusqu'à 700 emplois

Montréal: Le producteur de pétrole canadien Cenovus a annoncé jeudi la suppression de 15% de ses effectifs, soit près de 700 emplois...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:08

Le pétrole new-yorkais soutenu par la perspective d'une haus…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse jeudi à New York, portés par la perspective d'une augmentation des...

jeudi 14 décembre 2017 à 18:09

Le pétrole se reprend mais le marché tâtonne encore

Londres: Les cours du pétrole repartaient à la hausse jeudi en fin d'échanges européens, restant soutenus par la fermeture d'un pipeline en...

jeudi 14 décembre 2017 à 17:28

Produits pétroliers: hausse de la consommation française en …

Paris: Les livraisons de produits pétroliers en France ont progressé de 2,7% en novembre sur un an, avec une hausse du fioul...

jeudi 14 décembre 2017 à 16:47

"Force majeure" autour de l'oléoduc Forties en mer…

Londres: Le groupe pétrochimique Ineos a déclaré l'état de "force majeure" après l'arrêt pour cause de fêlure du principal olédoduc pétrolier de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite