Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole recule face à des inquiétudes sur la Chine

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont baissé vendredi après des chiffres décevants sur le commerce extérieur de la Chine, grand consommateur d'or noir, détournant pour un temps le marché de ses spéculations sur la baisse de l'offre entreprise par nombre de pays producteurs.
Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a perdu 64 cents à 52,37 dollars sur le contrat pour livraison en février au New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord a cédé 56 cents à 55,45 dollars sur le contrat pour livraison en mars à l'Intercontinental Exchange (ICE).

"La séance était plutôt ennuyeuse", a reconnu Phil Flynn, de Price Futures Group.

Alors que le début de semaine a été marqué par de fortes fluctuations des cours, le marché a abordé le week-end dans un certain calme, mais avec un ton plutôt morose.

"Plus qu'autre chose, ce qui a provoqué cette baisse, c'étaient des chiffres décevants en Chine", a expliqué M. Flynn. "Ils ont mis une mauvaise ambiance aujourd'hui."

La Chine a vu son commerce extérieur reculer en 2016, exportations et importations s'affichant en net repli et confirmant l'essoufflement du géant asiatique, deuxième consommateur de pétrole après les Etats-Unis.

"L'économie chinoise consomme de l'énergie de façon intensive, que ce soit du pétrole brut ou des produits raffinés", a souligné John Kilduff d'Again Capital "La faiblesse du secteur manufacturier, en particulier, est une mauvaise nouvelle pour le marché pétrolier."

Certes, en ce qui concerne l'or noir en lui-même, ses importations restent à un niveau sans précédent en Chine, à la fois pour 2016 et pour le seul mois de décembre.

"La demande chinoise a augmenté, mais il semblerait que les achats de grandes quantités de brut ne soient pas (conformes) avec la capacité des raffineries chinoises", ce qui laisse craindre une surabondance d'or noir sur place, a commenté Michael Hewson CMC Markets.


- Annonces au programme

Ces considérations sur la demande ont ramené un peu de concret sur un marché actuellement secoué par les spéculations sur l'offre, à la suite de l'entrée en vigueur début janvier d'accords entre grands pays producteurs.

Mis en place à l'initiative de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), ces deux pactes prévoient des baisses de production non seulement au sein du cartel, mais aussi par des pays extérieurs comme la Russie.

"On entend dire que les investisseurs s'inquiètent du respect (de ces accords) au sein de l'OPEP", a rapporté M. Flynn. "Franchement, je ne vois pas pourquoi. Tous les grands exportateurs de pétrole ont dit qu'ils les respecteraient à 100%... Quand ce n'est pas plus."

De fait, lors des derniers jours, l'Arabie saoudite, membre dominant du cartel, le Koweït et la Russie ont tous tenu des propos en ce sens, même si beaucoup d'analystes préfèrent ne pas se contenter de paroles en attendant de premières données qui devraient attendre la fin du mois.

"Il faut désormais se préparer à une nouvelle série d'annonces à la presse en fin de semaine prochaine, car les pays de l'OPEP et la Russie, en charge de surveiller l'application de l'accord de limitation de la production, vont se réunir à Vienne", a prévenu Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.

Quant aux Etats-Unis, acteur majeur du marché mondial mais étranger à ces accords, les nouvelles y étaient plutôt favorables au marché puisque le nombre de puits de forages actifs, souvent considéré comme un indicateur avancé de la production, y a décliné cette semaine, selon un décompté établi le vendredi par le groupe Baker Hughes.

"Cela a donné un petit soutien au marché", a estimé M. Flynn.

(c) AFP

Commenter Le pétrole recule face à des inquiétudes sur la Chine

Commentaires   

0 #1 ds0 14-01-2017 08:34
Quant aux Etats-Unis, acteur majeur du marché mondial mais étranger à ces accords, les nouvelles y étaient plutôt favorables au marché puisque le nombre de puits de forages actifs, souvent considéré comme un indicateur avancé de la production, y a décliné cette semaine, selon un décompté établi le vendredi par le groupe Baker Hughes.

"Cela a donné un petit soutien au marché", a estimé M. Flynn.,,,,si les cours ne tiennens qu'a ça la vraiment c'est trés petit de lire ce genre d'argument,,,,c omment peut-on tenir ce genre de propos,et surtout de les diffuser,,,,


Les dernières actualités des prix du pétrole

dimanche 17 décembre 2017 à 03:19

Pétrole: le vénézuelien PDVSA et le russe Rosneft signent un…

Caracas: Le groupe pétrolier d'état vénézuelien PDVSA a annoncé samedi avoir signé avec la firme russe Rosneft une série d'accords dans les...

vendredi 15 décembre 2017 à 21:04

Le pétrole termine en ordre dispersé après un indicateur amé…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole new-yorkais et londoniens ont terminé en ordre dispersé vendredi, après le recul du nombre hebdomadaire...

vendredi 15 décembre 2017 à 18:18

Le pétrole hésite, entre surproduction et perturbations en m…

Londres: Les cours du pétrole divergaient vendredi en fin d'échanges européens après une semaine volatile, alors que les baisses de production causées...

vendredi 15 décembre 2017 à 15:29

Le pétrole avance à l'ouverture, l'oeil rivé sur la mer du N…

New York: Le prix du pétrole new-yorkais progressait à l'ouverture vendredi, les craintes autour de la fermeture d'un oléoduc en mer du...

vendredi 15 décembre 2017 à 12:14

Le pétrole monte un peu, la production de mer du Nord reste …

Londres: Les prix du pétrole avançaient légèrement vendredi en cours d'échanges européens, les marchés hésitant entre perturbation de la production à court...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:09

Pétrole: le Canadien Cenovus supprime jusqu'à 700 emplois

Montréal: Le producteur de pétrole canadien Cenovus a annoncé jeudi la suppression de 15% de ses effectifs, soit près de 700 emplois...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:08

Le pétrole new-yorkais soutenu par la perspective d'une haus…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse jeudi à New York, portés par la perspective d'une augmentation des...

jeudi 14 décembre 2017 à 18:09

Le pétrole se reprend mais le marché tâtonne encore

Londres: Les cours du pétrole repartaient à la hausse jeudi en fin d'échanges européens, restant soutenus par la fermeture d'un pipeline en...

jeudi 14 décembre 2017 à 17:28

Produits pétroliers: hausse de la consommation française en …

Paris: Les livraisons de produits pétroliers en France ont progressé de 2,7% en novembre sur un an, avec une hausse du fioul...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite