Menu
RSS

Un carburant presque 100% vert pour bus et camions désormais disponible en France

prix du petrole ParisParis: L'ED95, un carburant composé à plus de 90% d'éthanol et utilisable par les poids lourds et les bus, peut désormais être vendu en France en substitut au diesel, de plus en plus attaqué, même si son usage, très encadré, devrait rester limité.
Ce carburant à base d'éthanol a la particularité de pouvoir être utilisé dans des véhicules lourds (camions, autobus, cars) roulant traditionnellement au diesel, grâce à l'ajout d'additifs chimiques.

Ces véhicules doivent toutefois être équipés de moteurs spécifiques.

Homologué depuis février 2016 en France, l'ED95 attendait encore la définition de son régime fiscal pour pouvoir être commercialisé, une étape franchie depuis le vote de la loi de finances rectificative mi-décembre.

Aux côtés du biodiesel, des essences contenant de l'éthanol et du gaz carburant, c'est une solution supplémentaire pour décarboner les transports, explique Sylvain Demoures, secrétaire général du Syndicat national des producteurs d'alcool agricole (SNPAA).

Si ce carburant est nouveau en France, cela fait plus de vingt ans que la ville de Stockholm utilise des bus à l'éthanol, affirme Gilles Baustert, directeur marketing de la filiale française du suédois Scania, seul constructeur à proposer actuellement en France des véhicules pour l'ED95.

Avant d'être homologué, le carburant a été expérimenté pendant plusieurs années.

Les communes de Saint-Quentin (Aisne), Reims (Marne) ou Angers (Maine-et-Loire) ont testé des bus, tandis que le transporteur francilien STAF, spécialiste du transport frigorifique, a mis à l'essai trois camions.


- Moins d'un euro hors TVA

Outre le fait d'émettre beaucoup moins de particules et de gaz à effet de serre que le gazole, l'ED95 a obtenu les avantages fiscaux liés aux carburants renouvelables.

Il sera donc possible de vendre ce carburant entre 80 centimes et 1 euro le litre hors TVA, soit un prix comparable à celui du gazole, assure Jérôme Budua, directeur de Raisinor France, une société basée en Gironde qui produit de l'éthanol à partir du marc de raisin, et partenaire de Scania. Voire même moins, selon Gilles Baustert.

Et à l'achat, un camion ou un bus roulant à l'ED95 coûte le même prix qu'un moteur diesel, assure ce dernier, quand un véhicule roulant au gaz naturel peut coûter environ 30% plus cher.

En revanche, son pouvoir calorifique est inférieur à celui du diesel, ce qui fait qu'on parcourt moins de kilomètres au litre, reconnaît-il, tandis que l'entretien des véhicules est aussi plus contraignant.


- Marché limité

En France, l'ED95 est réservé aux flottes captives (transporteurs de marchandises, autobus, etc.) qui alimentent les véhicules via des cuves stockées sur leurs sites. Il n'est pas vendu dans les stations-service.

C'est un marché qui est relativement limité, note Alain Quignard, expert carburants de l'institut IFP EN, d'autant que d'autres carburants alternatifs au diesel existent déjà pour ces véhicules, comme le gaz carburant, ou du diesel de synthèse, même s'ils sont plus polluants.

Un millier de véhicules roulent actuellement à l'ED95 dans le monde, dont 600 en Suède, selon lui.

Cela concerne un nombre de véhicules qui roulent certes beaucoup mais sont peu nombreux par rapport aux véhicules particuliers ou aux poids lourds qui font de très grandes distances, reconnaît Sylvain Demoures.

On est plutôt dans la logistique du dernier kilomètre ou des plateformes de distribution, ajoute-t-il.

C'est une piste d'alternative au diesel, mais nous ne sommes pas sûrs que ce soit la plus convaincante, estime Ingrid Mareschal, secrétaire générale de la Fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV), qui se penche plus sur le gaz ou l'électricité.

Scania, comme les producteurs d'éthanol, espère que le durcissement des normes environnementales sur le diesel, voire le bannissement que veut appliquer la maire de Paris Anne Hidalgo dès 2025, aidera quand même à la diffusion de l'ED95.

D'autant que la France est le premier producteur européen d'éthanol, notamment à partir de betterave sucrière.

(c) AFP

Commenter Un carburant presque 100% vert pour bus et camions désormais disponible en France

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 28 juin 2017 à 21:03

Le pétrole profite d'une baisse de la production aux Etats-U…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé la séance en hausse mercredi, le marché accueillant positivement l'annonce d'une baisse de...

mercredi 28 juin 2017 à 18:50

Le pétrole monte grâce au repli des réserves américaines d'e…

Londres: Les cours du pétrole repartaient à la hausse mercredi en fin d'échanges européens, portés par la baisse des réserves d'essence et...

mercredi 28 juin 2017 à 16:49

USA: hausse surprise des stocks de brut, les réserves d'esse…

New York: Les stocks de pétrole brut ont enregistré une hausse surprise la semaine dernière aux Etats-Unis tandis que les réserves d'essence...

mercredi 28 juin 2017 à 15:30

Le pétrole ouvre en légère baisse à New York avant un rappor…

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en légère baisse mercredi à New York, le marché attendant avec fébrilité...

mercredi 28 juin 2017 à 12:58

Le pétrole baisse un peu, l'offre surabondante pèse

Londres: Les prix du pétrole baissaient un peu mercredi en cours d'échanges européens, la surabondance persistante de l'offre pesant de nouveau sur...

mercredi 28 juin 2017 à 07:51

Le pétrole baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient à la baisse mercredi en Asie, les investisseurs craignant une hausse des stocks de brut américain.

mardi 27 juin 2017 à 21:08

Le pétrole porté par l'anticipation d'une baisse des stocks

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse mardi à New York et à Londres, soutenus par l'anticipation...

mardi 27 juin 2017 à 18:14

Le pétrole se reprend, aidé par l'accès de faiblesse du doll…

Londres: Les cours du pétrole poursuivaient leur reprise mardi en fin d'échanges européens, aidés notamment par un accès de faiblesse du dollar...

mardi 27 juin 2017 à 15:47

Le pétrole ouvre en hausse, porté par la faiblesse du dollar

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en hausse mardi à New York, portés par un accès de faiblesse...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite