Menu
RSS
A+ A A-

Dans un marché pétrolier difficile, CGG veut alléger sa dette et recourir à un mandataire

prix du petrole ParisParis: Dans un environnement pétrolier qui devrait rester difficile en 2017, le parapétrolier français CGG a dit jeudi vouloir restructurer sa dette, avec l'aide possible d'un mandataire ad hoc, afin de la ramener à un niveau compatible avec un volume d'activité réduit.
Cette annonce a fait s'effondrer l'action CGG à la Bourse de Paris: le titre s'enfonçait de 12,50% à 12,53 euros à 11H32 (10H32 GMT) dans un marché en baisse de 0,21%.

CGG souffre de la pression des compagnies pétrolières et gazières, ses principaux clients, elles-mêmes obligées de tailler dans leurs dépenses face à l'effondrement des cours du brut: s'ils ont amorcé une remontée en septembre, les prix de l'or noir ont en effet été divisés par deux depuis l'été 2014.

Avec un environnement de marché qui devrait rester similaire en 2017 et continuer de peser sur son volume d'activités, la société considère que le niveau d'endettement du groupe est trop élevé, a expliqué le spécialiste des services et équipements géophysiques dans un communiqué, même si le quatrième trimestre devrait enregistrer le chiffre d'affaires trimestriel le plus élevé de l'exercice 2016.

Elle entend entamer des discussions avec l'ensemble des parties prenantes dans leurs différentes juridictions en vue de parvenir à une restructuration financière. L'objectif de cette restructuration serait de permettre de doter l'entreprise d'un niveau d'endettement et de charges financières substantiellement réduits et durablement adaptés au volume d'activités, a-t-il ajouté.

Fin 2016, la dette nette de CGG devrait s'établir à près de 2,315 milliards de dollars, le groupe s'étant fixé comme objectif de rester en dessous du seuil des 2,4 milliards de dollars pour l'année.

Selon un analyste parisien, CGG a besoin de réduire sa dette nette de plus de 900 millions de dollars avant la fin de l'exercice 2017.

- Liquidités suffisantes

Afin de faciliter les négociations avec les créanciers, le parapétrolier a dit se réserver la possibilité de demander la nomination d'un mandataire ad hoc, moyennant l'accord des prêteurs concernés.

Le mandat ad hoc est une procédure de règlement amiable des difficultés, dont le but est de rétablir la situation de l'entreprise avant qu'elle ne soit en cessation de paiement. L'entreprise doit en faire la demande auprès d'un tribunal de grande instance et c'est à son président, s'il accepte la demande, de désigner le mandataire ad hoc.

Parallèlement, nous restons pleinement mobilisés sur nos efforts commerciaux, la satisfaction de nos clients, l'excellence opérationnelle, la gestion rigoureuse de nos coûts et la préservation de notre niveau de liquidité, a expliqué le directeur général de CGG, Jean-Georges Malcor, cité dans le communiqué.

L'entreprise a les liquidités pour continuer à opérer, a précisé à l'AFP le directeur de la communication Christophe Barnini.

En novembre, le groupe avait déjà dit qu'il étudierait les options permettant d'améliorer sa structure financière, parmi lesquelles une nouvelle augmentation de capital après celle de 350 millions d'euros réalisée début 2016 ou un allongement de la maturité de la dette.

Des discussions engagées à titre conservatoire avec les différents prêteurs ont déjà permis d'obtenir leur accord, le 31 décembre, pour la non application à cette date des covenants (clauses) financiers, a indiqué CGG.

Pour faire face aux difficultés, le groupe a aussi déployé un plan de transformation prévoyant une baisse drastique des coûts - notamment via une réduction des effectifs -, des investissements et de l'exposition aux activités très cycliques de sa division marine, dans le cadre d'une stratégie visant à évoluer d'une société d'acquisition sismique vers un groupe intégré dans les géosciences.

(c) AFP

Commenter Dans un marché pétrolier difficile, CGG veut alléger sa dette et recourir à un mandataire


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 15 décembre 2017 à 21:04

Le pétrole termine en ordre dispersé après un indicateur amé…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole new-yorkais et londoniens ont terminé en ordre dispersé vendredi, après le recul du nombre hebdomadaire...

vendredi 15 décembre 2017 à 18:18

Le pétrole hésite, entre surproduction et perturbations en m…

Londres: Les cours du pétrole divergaient vendredi en fin d'échanges européens après une semaine volatile, alors que les baisses de production causées...

vendredi 15 décembre 2017 à 15:29

Le pétrole avance à l'ouverture, l'oeil rivé sur la mer du N…

New York: Le prix du pétrole new-yorkais progressait à l'ouverture vendredi, les craintes autour de la fermeture d'un oléoduc en mer du...

vendredi 15 décembre 2017 à 12:14

Le pétrole monte un peu, la production de mer du Nord reste …

Londres: Les prix du pétrole avançaient légèrement vendredi en cours d'échanges européens, les marchés hésitant entre perturbation de la production à court...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:09

Pétrole: le Canadien Cenovus supprime jusqu'à 700 emplois

Montréal: Le producteur de pétrole canadien Cenovus a annoncé jeudi la suppression de 15% de ses effectifs, soit près de 700 emplois...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:08

Le pétrole new-yorkais soutenu par la perspective d'une haus…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse jeudi à New York, portés par la perspective d'une augmentation des...

jeudi 14 décembre 2017 à 18:09

Le pétrole se reprend mais le marché tâtonne encore

Londres: Les cours du pétrole repartaient à la hausse jeudi en fin d'échanges européens, restant soutenus par la fermeture d'un pipeline en...

jeudi 14 décembre 2017 à 17:28

Produits pétroliers: hausse de la consommation française en …

Paris: Les livraisons de produits pétroliers en France ont progressé de 2,7% en novembre sur un an, avec une hausse du fioul...

jeudi 14 décembre 2017 à 16:47

"Force majeure" autour de l'oléoduc Forties en mer…

Londres: Le groupe pétrochimique Ineos a déclaré l'état de "force majeure" après l'arrêt pour cause de fêlure du principal olédoduc pétrolier de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite