Menu
RSS
A+ A A-

Aux USA, les producteurs de pétrole sont en embuscade après l'Opep

prix du petrole New YorkNew York: En annonçant une réduction marquée de son offre, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) risque d'ouvrir une brèche pour les producteurs américains au moment où la rhétorique du futur président Donald Trump leur donne déjà le vent en poupe.
1,2 million de barils par jour (bj): c'est ce que l'OPEP compte produire en moins à partir de janvier, selon une décision annoncée mercredi au grand soulagement d'un marché sur lequel les cours peinaient à se relancer depuis des mois.

Mais c'est aussi, à peu de choses près, la baisse de la production américaine depuis un an et demi, passée à un peu plus de 8,5 millions de bj en septembre dernier par rapport à un pic de plus de 9,6 millions en avril 2015.

Les compagnies américaines vont (...) sauter sur l'occasion, écrivent les analystes de Morgan Stanley dans une note publiée après la décision de l'OPEP, évoquant la perspective de cours plus élevés.

De fait, la reprise du marché, qui a déjà gagné plus de 10% et repassé 50 dollars dans la foulée de l'accord, est l'objectif principal du cartel. Mais si elle perdure, elle sera le gage d'une rentabilité qui donnerait aux producteurs américains la tentation de relancer leur activité, au risque d'inonder de nouveau le marché et de faire mécaniquement déprimer les cours.

Bizarrement, quand les ministres du pétrole (de l'OPEP) ont été interrogés sur cette éventualité, ils n'ont pas semblé s'inquiéter, se sont étonnés les experts de Morgan Stanley.

Estimant qu'il fallait entre six et neuf mois aux compagnies pour répercuter les fluctuations du marché, ils prévenaient que la production américaine risquait de bondir lors de la deuxième moitié de 2017, au moment même où l'OPEP pourrait être tentée de faire repartir la sienne après avoir appliqué son accord.

Plus que les producteurs traditionnels de pétrole américain, dont l'activité est restée plutôt stable ces dernières années, c'est l'exploitation des hydrocarbures de schiste qui est surveillée avec attention car elle est très réactive au marché et, à elle seule, a presque fait doubler la production américaine entre 2010 et 2015.

Avant même la décision de l'OPEP, le contexte politique intérieur semblait déjà engageant, car le futur président, le républicain Donald Trump, a multiplié pendant sa campagne électorale les promesses de mesures favorables au secteur, s'engageant à lever les restrictions sur l'énergie américaine.


- Dernier mot au marché

Ces mesures pourraient considérablement déprimer les cours du pétrole, puisque M. Trump a promis de promouvoir les investissements dans le secteur du pétrole de schiste, d'ouvrir à l'exploitation une plus grande partie du domaine fédéral, ainsi que d'encourager le développement énergétique en mer, note Patrick Dennis, d'Oxford Economics.

Quant à une politique de déréglementation, notamment par rapport aux effets controversés de la fracturation hydraulique dans le schiste, les atermoiements de l'agence américaine de protection de l'environnement (EPA), qui a publié une étude aux conclusions apparemment rassurantes sur le sujet avant de rétracter son communiqué de presse, laissent la voie ouverte aux spéculations.

Reste que le flou règne sur les réelles intentions de M. Trump, qui a maintenu ces dernières semaines l'ambigüité sur sa position quant au changement climatique.

En tout état de cause, l'économie des Etats-Unis fonctionne de manière bien plus libérale que la majeure partie des pays producteurs, chez qui la politique énergétique reste imprimée par les gouvernements, et, comme l'avançait encore fin novembre le PDG du français Total, l'attitude des producteurs américains dépendra plus du marché que de M. Trump.

C'est donc bien l'OPEP et la mise en oeuvre réussie ou non de son accord qui semblent détenir la clé, au moment où des observateurs se montrent déjà prudents sur la capacité du cartel à faire respecter ce pacte, malgré la mise en place d'un comité de surveillance et l'imposition de quotas précis à chaque membre.

Les producteurs américains de schiste vont accélérer un peu leur activité, mais ils vont y aller lentement, avance Carl Larry, de Frost & Sullivan, soulignant que les compagnies gardent le souvenir d'un pétrole presque tombé à 25 dollars le baril début 2016 face à la surabondance générale.

Cette fois, ils vont être très prudents, a-t-il conclu.

(c) AFP

Commenter Aux USA, les producteurs de pétrole sont en embuscade après l'Opep

Commentaires   

0 #5 Youcef 11-12-2016 09:21
Réduire la production de ce foutu pétrole est bénéfique pour 98% de la population mondiale puisque cela génére une plus grande rationnalité dans son utilisation et contribue positivement à l'environnement (changement climatique et pollution). L'irresponsabil ité des partisans des gaz de schiste est délirante; ce sont des criminels qui font plus de mal à l'humanité que tous les dicatateurs qu'a connu notre planète. Il faut une révolution citoyenne mondiale contre ces vautours dont la seule religion est le Dollar. Et ce Trump qui se croit tout permis pour mener sa politique contre les recommandations de la dernière COP, il faut lancer contre lui une pétition mondiale et voire s'il est possible de le passer en justice s'il persiste dans sa cabale contre l'environnement .
-1 #4 Bob Gratton 05-12-2016 18:18
M. Trump ou trompe est un foutu amerloque qui veux polué la planète et faire des dollars, fuck the world and god save america. point finale.
0 #3 noneclus 04-12-2016 10:03
il viendra le jour ou il n y aura plus de pétrole qu'adviendra t-il de la civilisation occidentale?
+3 #2 cosinus 02-12-2016 10:19
Parce que tu penses que le américains ne produisaient plus pour faire plaisir aux arabes c'est parce que sous 60$ le petrole de shiste n'est plus compétitif. Il n ya que les intérêts qui guident la politique US.
-6 #1 NABAN 02-12-2016 09:31
Bonjour, enfin une bonne nouvelle, c'est bien que les USA produisent plus de pétrole de schiste face à cette dictature arabe qui a du sang sur les mains!!! L'Arabie Saoudite est un pays d'un autre temps où la femme est avilie!!!


La Production de pétrole dans le monde


jeudi 19 octobre 2017

Norvège: la production pétrolière recule en septembre

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'ouest, a sensiblement reculé en septembre à cause de travaux...

mercredi 11 octobre 2017

Opep: léger rebond de la production, quotas encore dépassés

Paris: La production de pétrole brut de l'Opep a légèrement augmenté en septembre, selon un rapport publié mercredi par l'organisation, qui doit...

mardi 12 septembre 2017

Opep: la production recule, évoque un rééquilibrage du march…

Paris: La production de pétrole brut de l'Opep a reculé au mois d'août, selon un rapport publié mardi par l'organisation, dont le...

jeudi 10 août 2017

Pétrole: la production augmente, soutenue par la Libye mais …

Paris: La production de pétrole brut de l'Opep a légèrement progressé en juillet par rapport au mois précédent, soutenue par la Libye...

mardi 08 août 2017

Pétrole: l'Opep et d'autres pays promettent de respecter la …

Abou Dhabi (Emirats arabes unis): Plusieurs pays pétroliers, membres ou non de l'Opep, ont achevé mardi une réunion technique à Abou Dhabi...

lundi 24 juillet 2017

Pétrole: les pays producteurs cherchent à accentuer leur bai…

Saint-Pétersbourg: Les principaux pays exportateurs de pétrole, réunis lundi, ont affiché leur volonté d'accentuer la réduction de leur offre en l'appliquant plus...

lundi 24 juillet 2017

Pétrole: l'Arabie saoudite accentue sa réduction de l'offre

Saint-Pétersbourg: L'Arabie saoudite a promis lundi d'accentuer ses efforts de réduction de l'offre de pétrole et pressé les autres pays exportateurs, réunis...

mercredi 19 juillet 2017

Libye: la compagnie pétrolière NOC vise 1,25 million b/j fin…

Benghazi (libye): Le président de la Compagnie nationale libyenne de Pétrole (NOC) Moustafa Sanalla a annoncé mercredi que la production de pétrole...

mercredi 12 juillet 2017

Pétrole: l'Opep voit une baisse de la demande pour sa produc…

Londres: L'Opep anticipe une baisse de la demande mondiale pour sa production l'année prochaine, face à l'augmentation des pompages de producteurs de...


-Voir toutes les actualités de la production de pétrole

Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 19 octobre 2017 à 18:13

Le pétrole recule malgré le risque géopolitique

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en fin d'échanges européens, le risque de perturbation de la production irakienne ne convainquant pas...

jeudi 19 octobre 2017 à 16:53

Rosneft devrait augmenter de 5% sa part dans le gisement égy…

Milan: Le géant semi-public russe des hydrocarbures Rosneft réfléchit à augmenter de 5% sa participation dans l'immense gisement gazier offshore égyptien de...

jeudi 19 octobre 2017 à 15:34

Le pétrole, lesté par les stocks américains, ouvre en baisse…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York reculait jeudi à l'ouverture, lesté par la hausse des réserves...

jeudi 19 octobre 2017 à 13:41

Le marché du pétrole se rééquilibre plus vite que prévu (Ope…

Londres: Le secrétaire général de l'Opep, Mohammed Barkindo, s'est félicité jeudi à Londres du rééquilibrage du marché mondial du pétrole et a...

jeudi 19 octobre 2017 à 12:47

Le pétrole baisse un peu dans un marché toujours hésitant

Londres: Les prix du pétrole baissaient un peu jeudi en cours d'échanges européens, mais restaient cantonnés dans la fourchette étroite dans laquelle...

jeudi 19 octobre 2017 à 12:39

Bagdad critique vivement l'accord entre le Kurdistan et Rosn…

bagdad: Le gouvernement irakien s'en est pris vivement jeudi, sans le nommer, à l'accord signé la veille par le géant semi-public russe...

jeudi 19 octobre 2017 à 09:09

Norvège: la production pétrolière recule en septembre

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'ouest, a sensiblement reculé en septembre à cause de travaux...

jeudi 19 octobre 2017 à 05:37

Le pétrole en petite baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient légèrement jeudi en Asie dans un marché peu rasséréné par l'annonce d'un recul des stocks de...

mercredi 18 octobre 2017 à 21:27

Le pétrole aidé par un repli des stocks de brut aux Etats-Un…

NYC/Cours de clôture: Les barils de pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé en légère hausse mercredi, soutenus par...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite