Menu
RSS
A+ A A-

Pétrole: l'Iran crie victoire après l'accord de l'Opep

prix du petrole TéhéranTéhéran: L'Iran sort gagnant de l'accord de mercredi à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l'Arabie saoudite ayant dû accepter que son grand rival régional augmente sa production tout en baissant la sienne.
Victoire pétrolière de l'Iran à l'OPEP, Echec de la diplomatie pétrolière de Ryad, titraient les journaux iraniens après cet accord visant à réduire la production du cartel de 1,2 million de barils par jour (mb/j).

Tous les pays du cartel, à l'exception de l'Iran, du Nigeria et de la Libye, doivent baisser leur niveau de production.

L'Iran a même été autorisé à augmenter sa production de 90.000 barils par jour au cours des six premiers mois de l'année 2017. Il y a encore neuf mois, des pays de l'OPEP voulaient que l'Iran gèle sa production à un niveau de 3,6 mb/j, mais ils ont finalement accepté (...) un niveau de production de 3,9 mb/j, se réjouit le quotidien gouvernemental Iran.

L'Iran chiite et l'Arabie saoudite sunnite, qui devra baisser sa production de près de 500.000 barils/jour, sont les principaux pays de l'OPEP, mais aussi deux rivaux qui n'ont plus de relations diplomatiques depuis janvier et se livrent des guerres par procuration dans la région, en Syrie et au Yémen.

Ces dernières années, ils se sont aussi livrés à un bras de fer sur leurs parts de marché, faisant douter de la possibilité d'un accord sur la baisse de la production pour faire remonter les prix.

L'Iran, qui possède les quatrièmes réserves mondiales de pétrole, refusait de geler sa production pour retrouver son niveau d'avant les sanctions, en partie levées en janvier après un accord avec les grandes puissances sur son programme nucléaire.

Téhéran demandait également à l'Arabie saoudite de baisser sa propre production en arguant que le royaume avait profité des sanctions anti-iraniennes pour l'augmenter.

Depuis l'entrée en vigueur de l'accord nucléaire, Téhéran a progressivement augmenté sa production: 3,76 mb/j en octobre et exportation de 2,8 mb/j de pétrole et de condensat de gaz.


- Pas de 'perdant'

L'attitude de l'Arabie saoudite a été guidée par ses problèmes économiques internes. personne ne voulait coopérer avec l'Iran mais la situation économique du pays ne cessait de se dégrader, a déclaré à l'AFP une source du secteur pétrolier à Ryad.

La baisse de la production saoudienne est faible par rapport à son niveau actuel très élevé. Si l'accord permet de faire augmenter les prix, ça aidera le royaume, a ajouté cette source, sous couvert d'anonymat.

L'Arabie saoudite, premier exportateur mondial, est frappée de plein fouet par la chute des cours à moins de 50 dollars le baril. Très dépendante du pétrole, elle prévoit un déficit budgétaire de 87 milliards de dollars (80 milliards d'euros) cette année.

Selon des chiffres officiels, les réserves saoudiennes sont également tombées à 562 milliards de dollars en août, contre 732 milliards à la fin de 2014. Ce qui peut expliquer le fléchissement de Ryad face à Téhéran.

Mais, affirme à l'AFP l'expert koweïtien Kamel al-Harami, il n'y a pas de perdant (...) chacun a gagné 3 à 4 dollars (par baril) au cours des dernières 24 heures puisque les cours se sont envolés de 10% après l'annonce de l'accord.

L'Arabie saoudite et ses partenaires du Golfe, les Emirats arabes unis et le Koweït, avaient augmenté leur production de 3 millions de barils lorsque l'Iran était sous sanctions. La réduction de leur production n'est pas une grosse perte, ajoute Kamal al-Harami. Selon lui, un chef doit toujours faire des compromis et l'Arabie saoudite est le chef de l'OPEP.

Le président iranien, Hassan Rohani, a pointé du doigt les difficultés de Ryad. Il y a deux ans, un grand complot (pour faire baisser les prix) avait été fomenté pour mettre en difficulté l'Iran, alors engagé dans de difficiles négociations avec les grandes puissances sur son programme nucléaire, a-t-il déclaré jeudi selon la télévision d'Etat.

Ce complot a échoué, selon lui, car l'Arabie saoudite a été obligée d'utiliser l'année dernière 100 milliards de dollars de ses réserves en devises (...) alors que nous avons augmenté nos réserves.

(c) AFP

Commenter Pétrole: l'Iran crie victoire après l'accord de l'Opep


Le pétrole en Iran


mardi 11 juillet 2017

Hydrocarbures: l'Iran espère signer 10 contrats dans les pro…

Istanbul: Dans la foulée du contrat conclu avec un consortium international mené par le français Total, l'Iran espère signer "environ dix contrats...

dimanche 02 juillet 2017

Total, premier pétrolier occidental de retour en Iran avec u…

Téhéran: Le groupe pétrolier français Total, à la tête d'un consortium international, va signer lundi à Téhéran un accord de 4,8 milliards...

lundi 13 mars 2017

Pétrole: Hyundai signe un accord de 3 mds EUR dans un projet…

Séoul: Le groupe sud-coréen Hyundai Engineering a signé un accord portant sur un montant de trois milliards d'euros pour investir dans un...


-Voir toutes les nouvelles du pétrole en Iran

Les dernières actualités des prix du pétrole

samedi 21 octobre 2017 à 15:33

Pétrole: l'Irak accroît sa production dans le sud (ministre)

Bagdad: L'Irak a accru depuis samedi de 200.000 barils par jour sa production pétrolière dans le sud du pays pour compenser celle...

vendredi 20 octobre 2017 à 21:10

Le pétrole monte légèrement, prudent face à la situation en …

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a terminé en légère hausse vendredi à l'issue d'une séance hésitante, les investisseurs gardant un oeil sur...

vendredi 20 octobre 2017 à 18:25

Chevron suspend ses opérations dans le Kurdistan irakien

New York: Le géant pétrolier américain Chevron a annoncé vendredi suspendre "temporairement" ses opérations au Kurdistan irakien, région secouée par des tensions...

vendredi 20 octobre 2017 à 18:05

Le pétrole remonte dans un marché hésitant

Londres: Les cours du pétrole se retournaient à la hausse vendredi en fin d'échanges européens dans un marché hésitant sur la semaine...

vendredi 20 octobre 2017 à 15:20

Le pétrole, gardant un oeil sur l'Irak, ouvre en baisse à Ne…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York baissait vendredi à l'ouverture, alors que les tensions en Irak...

vendredi 20 octobre 2017 à 12:49

A Kirkouk, le retour des employés irakiens du pétrole chassé…

Bay hassan (irak): Ils ont renfilé leurs combinaisons grises et inspectent leurs installations en attendant le feu vert pour reprendre le pompage...

vendredi 20 octobre 2017 à 12:23

Ordonnances: la CGT pétrole décidera mercredi des modalités …

Paris: La CGT pétrole, qui a menacé lundi de lancer une grève dans le secteur faute de l'ouverture "immédiate" d'une négociation pour...

vendredi 20 octobre 2017 à 12:13

Le pétrole en berne, la situation s'apaise en Irak

Londres: Les prix du pétrole reculaient à nouveau vendredi en cours d'échanges européens alors que les Kurdes irakiens indépendantistes ont ouvert le...

jeudi 19 octobre 2017 à 21:09

Le pétrole termine en baisse, les inquiétudes sur l'Irak s'a…

NYC/Cours de clôture: Le prix des barils de pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé en baisse jeudi, perdant...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite