Menu
RSS
A+ A A-

L'accord de l'Opep, à peine annoncé, déjà controversé

prix du petrole LondresLondres: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a trouvé mercredi un accord qui limitera sa production à partir de janvier, mais des analystes sceptiques préviennent que son application devra être surveillée de près.
Le cartel a annoncé réduire sa production de 1,2 million de barils par jour (mb/j), ce qui équivaut à un plafond de 32,5 mb/j par jour, à la surprise des marchés qui craignaient que les tensions géopolitiques, notamment entre deux de ses plus grands producteurs que sont l'Iran et l'Arabie Saoudite, fassent s'écrouler les négociations.

L'Arabie Saoudite a accepté de supporter le gros de l'effort, faisant reculer sa propre production de 486.000 barils par jour, afin de permettre aux cours de remonter.

Dans un premier temps, l'accord devrait redonner de l'énergie au secteur.

Il pourrait y avoir une hausse des investissements dans le pétrole à moyen terme, et si le cours se maintient au dessus de 50 dollars, le pétrole de schiste américain pourrait revenir en force sur les marchés, a commenté Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.

La hausse des prix du pétrole pourrait faire grimper l'inflation. Les Banques centrales vont devoir être vigilantes, a prévenu Naaem Aslam, de Think Markets.

Mais l'analyste souligne que la limitation à 32,5 mb/j n'est pas encore actée: ce que les investisseurs vont regarder dorénavant, c'est combien de temps l'accord va tenir et si un des participants va tricher.


- Mécanisme de surveillance

En effet, pour rendre une telle remontée des cours possible, il faudra que l'accord soit respecté par les pays de l'OPEP. Or rien n'est moins sûr, car aucune sanction n'est prévue pour les pays qui ignoreraient les limitations.

Dans le passé, la Russie (non membre de l'OPEP) a accepté à trois reprises de limiter sa production avant de l'augmenter. Qu'est-ce qui l'empêcherait de le refaire?, s'est demandé Bjarne Schieldrop, analyste de SEB, avant l'annonce de l'accord.

En 2008, la Russie avait ainsi affirmé qu'elle se joindrait à l'effort de réduction de la production du cartel. L'année suivante, l'OPEP avait en vain rappelé ses promesses à la Russie, dont la production avait atteint des niveaux records pour l'époque.

Cette fois-ci, la Russie a assuré qu'elle limiterait sa production de 300.000 b/j en 2017. Il y aura un mécanisme de surveillance pour s'assurer que chacun fait sa part, et que les pays non-membres de l'OPEP se joindront à l'effort, a prévenu Khaled al-Falih, ministre saoudien de l'Energie, avant la réunion de mercredi, sans préciser la forme que prendrait ce mécanisme.

Dans ce contexte incertain, les analystes vont observer attentivement le marché pour voir si l'accord est respecté.

Les données publiées mensuellement par chaque pays et compilées par l'OPEP sont parfois suspectées par les experts d'être peu fiables.


- Parts de marché

D'ailleurs, le cartel lui-même a préféré se baser sur les rapports secondaires, c'est-à-dire les données compilées par les analystes, pour fixer les ajustements de production de chaque pays.

Nous allons regarder les rapports d'agences d'analystes, mais aussi les données du trafic maritime, si des pétroliers quittent le pays, c'est un signe assez clair qu'il y a de la triche, a résumé pour l'AFP Deshpande Abhishek, de Natixis.

Les producteurs profiteraient certes dans un premier temps d'une remontée des cours permise par une limitation collective de la production, argue cet analyste. Mais ils pourraient tirer avantage à sciemment contrevenir aux termes de l'accord.

Selon M. Abhishek, les producteurs pourraient voir dans la baisse possible de la demande une bonne raison de tout faire pour conserver leurs parts d'un marché qui pourrait rétrécir. De quoi leur donner envie de ne pas réduire la production, quitte à vendre l'or noir moins cher.

Que la demande soit sur le point d'atteindre son pic ou non, cette idée est forcément dans les esprits des ministres de l'OPEP, a-t-il commenté.

Certains spécialistes prévoient que la demande mondiale en pétrole va atteindre prochainement son apogée avant de redescendre, notamment sous la concurrence des autres sources d'énergie. Mais d'autres experts s'attendent à ce que la demande en or noir continue de monter dans les années à venir.

(c) AFP

Commenter L'accord de l'Opep, à peine annoncé, déjà controversé

Commentaires   

0 #1 Dominique 01-12-2016 11:11
Comment ce fait-il que lorsque 2 entreprises concurrentes s'arrange pour vendre leur produit à un prix min, c'est interdit et pour le pétrole on l'autorise?


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 17 novembre 2017 à 20:59

Le pétrole, rassuré sur l'Opep, termine en nette hausse

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a terminé en nette hausse vendredi, porté par des propos rassurants du ministère saoudien de l'Energie sur...

vendredi 17 novembre 2017 à 18:11

Le pétrole dopé par l'optimisme du ministre saoudien de l'En…

Londres: Les cours du pétrole remontaient vendredi en fin d'échanges européens après des propos rassurants du ministre saoudien de l'Energie alors que...

vendredi 17 novembre 2017 à 15:21

Le pétrole ouvre en hausse à New York, le marché rassuré par…

New York: Le pétrole new-yorkais montait à l'ouverture vendredi, des propos du ministère saoudien de l'Energie rassurant les marchés sur la possibilité...

vendredi 17 novembre 2017 à 12:22

Le pétrole remonte, le soutien saoudien à l'accord sur la pr…

Londres: Les prix du pétrole étaient galvanisés vendredi en cours d'échanges européens par le ministre saoudien de l'Energie, qui a réaffirmé le...

vendredi 17 novembre 2017 à 09:24

Le pétrolier Rosneft, vecteur de la politique étrangère russ…

Moscou: De la Chine au Venezuela en passant par l'Irak, les affaires du pétrolier semi-public russe Rosneft ne sont jamais loin des...

vendredi 17 novembre 2017 à 06:48

Les cours du pétrole divergent en Asie

Singapour: Les cours du pétrole divergeaient vendredi en Asie dans un marché qui se demande si la forte production américaine ne va...

jeudi 16 novembre 2017 à 23:23

TransCanada: fuite de pétrole sur l'oléoduc Keystone aux USA

Montréal: L'opérateur canadien TransCanada a annoncé jeudi la fermeture provisoire de son oléoduc Keystone entre le Canada et les Etats-Unis en raison...

jeudi 16 novembre 2017 à 20:58

Se tournant de nouveau vers l'Opep, le pétrole recule à New …

NYC/Cours de clôture: Le pétrole new-yorkais s'est légèrement replié jeudi, les investisseurs se demandant si l'accord engageant l'Organisation des pays exportateurs de...

jeudi 16 novembre 2017 à 18:09

Le pétrole recule, la production américaine inquiète toujour…

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en fin d'échanges européens alors que la hausse des réserves américaines a renforcé le pessimisme...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite