Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole baisse et finit sous les 50 dollars le baril à New York

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse mardi, souffrant des incertitudes sur l'application de l'accord de réduction de la production annoncé fin septembre par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).
Le prix du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a perdu 56 cents à 49,96 dollars au New York Mercantile Exchange (Nymex) sur le contrat pour décembre.

A Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord a reculé de 67 cents à 50,79 dollars pour le contrat pour décembre sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

"Nous avons une dose d'incertitude supplémentaire introduite par l'Irak, qui a indiqué vouloir être exonéré de quotas", a expliqué James Williams de WTRG.

D'importantes tractations sont en cours entre les membres de l'OPEP afin de répartir l'effort de réduction de l'offre décidé par le cartel fin septembre à Alger.

Cela a déclenché une envolée des prix du brut, lui permettant de franchir la barre symbolique des 50 dollars le baril à New York, mais désormais le "marché ne bougera pas beaucoup tant que nous n'aurons pas un peu plus de clarté sur la politique de contrôle de l'offre", a jugé Bart Melek de TD Securities.

Mardi, le flou sur la position de l'Irak, deuxième producteur du cartel, persistait.

Alors que depuis le week-end le marché craignait que le pays souhaite totalement être exempté de l'accord, "ils veulent seulement qu'un quelconque quota soit basé sur une estimation plus élevée de leur production actuelle", a rapporté Tim Evans de Price Futures dans une note, faisant référence à des propos d'un porte-parole du ministère de l'Energie.

"Je pense que c'est une stratégie pour obtenir un quota plus important quand les quotas seront attribués", a enchaîné James Williams.

Selon les analystes, l'Irak n'est pas le seul membre de l'OPEP à réclamer la prise en compte de ses propres chiffres, généralement plus élevés que les estimations secondaires du cartel.


- Pétrole libyen

L'espoir d'aboutir à une finalisation de l'accord fin novembre ne s'est toutefois pas envolé.

"Je suis très impressionné par l'OPEP. Ils semblent vraiment être sérieux sur l'instauration de quota pays par pays", a indiqué James Williams rappelant que de tels quotas n'avaient pas été publiés depuis 2008.

Pour réduire efficacement l'excès d'offre, les membres de l'OPEP vont toutefois devoir prendre en compte l'évolution des productions du Nigeria et de la Libye, qui ont été exemptés de quota en raison de leur situation géopolitique.

Or, "les chargements de pétrole brut libyen montent en puissance en septembre grâce aux progrès effectués dans la réouverture des ports et dans le redémarrage des champs pétrolifères", a indiqué Matt Smith de ClipperData dans une note.

L'Iran, membre du cartel, a également été exempté de quota.

Par ailleurs, la Russie, important producteur non membre du cartel, a fait étalage de son volontarisme, mais sans préciser à quel niveau elle était prête à limiter sa production.

Mardi, les investisseurs ont aussi fait preuve de prudence à la veille de la publication des chiffres hebdomadaires du Département de l'Energie (DoE) sur les réserves américaines de pétrole.

Selon la prévision médiane des analystes interrogés par l'agence Bloomberg, les stocks de pétrole brut devraient avoir augmenté de 2 millions de barils lors de la semaine close le 21 octobre, après avoir baissé de 5,2 millions de barils la semaine précédente.

Comme chaque semaine, cette publication sera précédée mardi soir par les estimations de la fédération privée American Petroleum Institute (API).

(c) AFP

Commenter Le pétrole baisse et finit sous les 50 dollars le baril à New York


Les dernières actualités des prix du pétrole

dimanche 17 décembre 2017 à 03:19

Pétrole: le vénézuelien PDVSA et le russe Rosneft signent un…

Caracas: Le groupe pétrolier d'état vénézuelien PDVSA a annoncé samedi avoir signé avec la firme russe Rosneft une série d'accords dans les...

vendredi 15 décembre 2017 à 21:04

Le pétrole termine en ordre dispersé après un indicateur amé…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole new-yorkais et londoniens ont terminé en ordre dispersé vendredi, après le recul du nombre hebdomadaire...

vendredi 15 décembre 2017 à 18:18

Le pétrole hésite, entre surproduction et perturbations en m…

Londres: Les cours du pétrole divergaient vendredi en fin d'échanges européens après une semaine volatile, alors que les baisses de production causées...

vendredi 15 décembre 2017 à 15:29

Le pétrole avance à l'ouverture, l'oeil rivé sur la mer du N…

New York: Le prix du pétrole new-yorkais progressait à l'ouverture vendredi, les craintes autour de la fermeture d'un oléoduc en mer du...

vendredi 15 décembre 2017 à 12:14

Le pétrole monte un peu, la production de mer du Nord reste …

Londres: Les prix du pétrole avançaient légèrement vendredi en cours d'échanges européens, les marchés hésitant entre perturbation de la production à court...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:09

Pétrole: le Canadien Cenovus supprime jusqu'à 700 emplois

Montréal: Le producteur de pétrole canadien Cenovus a annoncé jeudi la suppression de 15% de ses effectifs, soit près de 700 emplois...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:08

Le pétrole new-yorkais soutenu par la perspective d'une haus…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse jeudi à New York, portés par la perspective d'une augmentation des...

jeudi 14 décembre 2017 à 18:09

Le pétrole se reprend mais le marché tâtonne encore

Londres: Les cours du pétrole repartaient à la hausse jeudi en fin d'échanges européens, restant soutenus par la fermeture d'un pipeline en...

jeudi 14 décembre 2017 à 17:28

Produits pétroliers: hausse de la consommation française en …

Paris: Les livraisons de produits pétroliers en France ont progressé de 2,7% en novembre sur un an, avec une hausse du fioul...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite