Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole baisse, l'Irak fait douter d'une réduction de la production

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont baissé lundi après des propos irakiens faisant craindre un échec de l'accord de réduction de la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).
Le prix du baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a perdu 33 cents à 50,52 dollars au New York Mercantile Exchange (Nymex) sur le contrat pour décembre.

A Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord a reculé de 32 cents à 51,46 dollars pour le contrat pour décembre, sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

Les déclarations irakiennes au cours du week-end indiquant qu'ils estiment qu'ils devraient pouvoir augmenter leur production et ne pas être soumis à des quotas ont fait surgir des inquiétudes sur l'accord de l'OPEP, a indiqué Phil Flynn de Price Futures.

Fin septembre, les membres de l'OPEP avaient réussi, au cours d'une réunion à Alger, à s'entendre sur une réduction de leur production, ce qui avait orienté les cours à la hausse.

Cet accord doit cependant être encore finalisé fin novembre et de nombreux analystes pointent comme principale difficulté la répartition des quotas.

Raison invoquée par les Irakiens pour y déroger: ils sont engagés dans une bataille contre (le groupe) Etat islamique, a expliqué Bob Yawger de Mizuho Securities USA, qui a rappelé que les différends entre l'Irak et l'OPEP sont nombreux.

L'Irak et le cartel ne sont notamment pas d'accord sur le niveau actuel auquel le pays pompe, ce qui est crucial dans la perspective de l'établissement de limites de production.

Avec l'Iran, la Libye et le Nigeria qui sont déjà exonérés, ce virage du second producteur de l'OPEP pourrait provoquer l'échec de l'accord, a ajouté Tim Evans de Citi dans une note.

Une grande partie de l'effort de réduction de la production reposerait alors sur l'Arabie saoudite, pays dominant du cartel.

Or les Saoudiens ne pourront pas continuer à vendre des obligations ou des parts de leurs entreprises pour renflouer leur budget, a estimé Carl Larry de Frost & Sullivan dans une note.


- Dollar fort

Tout espoir d'un accord ne s'est toutefois pas encore envolé, ce qui a permis au baril de se maintenir au dessus de la barre symbolique des 50 dollars à New York.

Les 28 et 29 octobre, une réunion technique des membres de l'OPEP doit se tenir à Vienne à laquelle la Russie, important producteur non membre du cartel qui pourrait se joindre à l'accord, a été invitée.

Avant cela, le ministre du russe de l'Energie, Alexandre Novak continue de faire part du volontarisme de son pays. Après s'être rendu en Arabie saoudite ce week-end, il a rencontré lundi le secrétaire général de l'OPEP, Mohammed Barkindo à Vienne.

M. Novak a jugé urgent d'accélérer le rééquilibrage du marché pétrolier, craignant un énorme surplus d'offre cet hiver.

Enfin, parmi les facteurs pénalisants pour le marché, le dollar, monnaie dans lequel le brut est libellé, continue de se renforcer depuis début octobre face a la plupart des monnaies, ce qui renchérit le coût de l'or noir pour les opérateurs utilisant d'autres devises.

Le dollar profite de la perspective d'une hausse des taux de la Réserve fédérale américaine (Fed) d'ici la fin de l'année, probablement en décembre.

(c) AFP

Commenter Le pétrole baisse, l'Irak fait douter d'une réduction de la production

Commentaires   

0 #2 NABAN 25-10-2016 08:28
Messieurs, au lieu de vous inquiéter comme vous dîtes si bien de pays comme l'Irak qui ne respecterait pas les quotas d'offres de brut à l'avenir, inquiétez-vous plutôt de ce pays, qu'est l'Arabie saoudite qui a beaucoup de sang sur les mains!!! Quelle honte de négocier avec ces gens qui relèvent plutôt d'être jugés comme crime de guerre contre l'humanité dixit de ce qui se passe au Yémen!!!
0 #1 Fredvn 25-10-2016 00:15
Les spéculateurs vont encore s'en mettre pleins les poches sur le dos des consommateurs . Tous les états du monde se gavent sur cette saleté qui nous pollue , provoque des guerre . Les états dirigeants s'en servent comme une arme pour mettre a mal des pays récalcitrants a leur politique . Comment feront-t-ils quand tout serra passé a l’électrique ? Le baril de pétrole ne devrait pas être vendu a plus de 50$ au dessus de ce prix , c’est de l'argent volé dans la poche des consommateurs. Les états sont tous complices de cette arnaque mondiale et personne ne bouge.


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 15 décembre 2017 à 21:04

Le pétrole termine en ordre dispersé après un indicateur amé…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole new-yorkais et londoniens ont terminé en ordre dispersé vendredi, après le recul du nombre hebdomadaire...

vendredi 15 décembre 2017 à 18:18

Le pétrole hésite, entre surproduction et perturbations en m…

Londres: Les cours du pétrole divergaient vendredi en fin d'échanges européens après une semaine volatile, alors que les baisses de production causées...

vendredi 15 décembre 2017 à 15:29

Le pétrole avance à l'ouverture, l'oeil rivé sur la mer du N…

New York: Le prix du pétrole new-yorkais progressait à l'ouverture vendredi, les craintes autour de la fermeture d'un oléoduc en mer du...

vendredi 15 décembre 2017 à 12:14

Le pétrole monte un peu, la production de mer du Nord reste …

Londres: Les prix du pétrole avançaient légèrement vendredi en cours d'échanges européens, les marchés hésitant entre perturbation de la production à court...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:09

Pétrole: le Canadien Cenovus supprime jusqu'à 700 emplois

Montréal: Le producteur de pétrole canadien Cenovus a annoncé jeudi la suppression de 15% de ses effectifs, soit près de 700 emplois...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:08

Le pétrole new-yorkais soutenu par la perspective d'une haus…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse jeudi à New York, portés par la perspective d'une augmentation des...

jeudi 14 décembre 2017 à 18:09

Le pétrole se reprend mais le marché tâtonne encore

Londres: Les cours du pétrole repartaient à la hausse jeudi en fin d'échanges européens, restant soutenus par la fermeture d'un pipeline en...

jeudi 14 décembre 2017 à 17:28

Produits pétroliers: hausse de la consommation française en …

Paris: Les livraisons de produits pétroliers en France ont progressé de 2,7% en novembre sur un an, avec une hausse du fioul...

jeudi 14 décembre 2017 à 16:47

"Force majeure" autour de l'oléoduc Forties en mer…

Londres: Le groupe pétrochimique Ineos a déclaré l'état de "force majeure" après l'arrêt pour cause de fêlure du principal olédoduc pétrolier de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite